Forum RPG sur le manga Bleach
 
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Kurosaki Ichigo YEAH NUMBEEEER 15 !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Kurosaki Ichigo YEAH NUMBEEEER 15 !   Mar 31 Mar - 0:37

Kurosaki Ichigo

 
|| Âge : 20  || Sexe : Homme || Race : TOUT (Humain) || Allégeance : Soul Society et Indép ||

 

 
20ans. Il a grandi oui ! C’est désormais un –vrai– beau mâle que nous pouvons vous décrire. Oubliez tout du gamin de 15ans ou 17ans, c’est d’un homme qu’il s’agit de vous parler maintenant. Le visage d’Ichigo repose sur une série d’expressions faciales assez récurrentes bien que pas toutes absolument basées sur le même modèle. En gros, comprenez que d’un long visage fin se dessine le début de la sveltitude du beau rouquin. Deux yeux marron en amande surplombant un fin nez et une bouche aux lèvres discrètes. Il y a une forme de pure sobriété chez Kurosaki qui transparaît déjà sur son visage. Ses sourcils et ses cheveux sont roux, et ça, c’est pas sobre certes. C’est d’ailleurs là l’une de ses particularités physiques les plus marquantes, cette rousseur, qui connaît des héros roux sérieusement ? Ichigo a pour fonction de montrer qu’un roux aussi peut sauver le monde. Blague à part, la touffe du p’tit rouquin n’a pas changé en trois ans, simplement ses cheveux paraissent plus raides qu’à l’époque gardant toujours une forme un peu piquée parce que sinon ce serait plus Ichigo mais une sorte de playboy un peu inutile. N’empêche que les années ont esthétisés ses traits et que si son statut de beau gosse était discutable, il l’est bien moins aujourd’hui. Ichigo est beau et il le sait, même s’il ne dit rien. Il joue à l’innocent, un espèce de petit numéro d’humilité mais sans en être étouffé, il sait qu’il est pas dégueu le bonhomme. Soulignons ce fameux « jeu de sourcils », en effet, notre p’tite carotte conserve souvent un air neutre, le truc, c’est que pour lui un air neutre c’est avoir les sourcils froncés. Du coup il se trimballe malheureusement à 90% du temps lorsqu’il entre en interaction sociale un espèce d’air ultra-agressif qui fait flipper les enfants et les gens qu’il connaît pas. Ce qu’Ichigo a conservé parce que ça lui faisait un putain de style, c’est ses espèce de pattes rousses qui compensent son côté toujours aussi imberbe. Dire que notre ex-gamin préféré ne fait que tirer la gueule et être agressif serait caricatural. Mais disons que peu importe son expression, le prisme du mec balançant entre le sérieux et le blasé est toujours là, une sorte de preuve récurrente de sa sobriété, pas d’extravagance faciale, que de la classe.

De ce visage s’élance un corps proportionnel et parfaitement adapté au visage d’Ichigo. Toujours entre le svelte et le finement musclé, c’est un corps travaillé qui se dévoile face à nous et nous suggère une vie sportive intense. Le soin qu’Ichigo porte à son apparence a beau se traduire par de la fausse négligence, il consiste surtout à ne pas tomber dans l’excès, loin de la musculature d’un Kenpachi, c’est une série de muscles saillants qui ne lui donnent absolument pas une apparence d’armoire à glace. Si on le voit habillé en civil, verrait-on franchement cette musculature ? Pas vraiment me semble-t-il. En 3ans, il faut bien reconnaître qu’Ichigo a bien grandi, désormais il fait (enfin !) 180 cm pour 68 kg. Il a donc pris un peu en carrure et ça se sent physiquement, mais toujours en restant dans cette espèce d’harmonieuse proportion. La « petite » nouveauté, c’est que désormais notre petit rouquin a décidé d’assumer sa pure virilité et s’est fait tatouer sur la partie gauche de son bas-ventre une sorte de tatouage un peu étrange. Une sorte de soleil stylisé sur un mode un peu tribal avec des rayons groupés par 2 à intervalle régulier. Les rayons remontent vers le haut de son torse et symbolisent précisément cette espèce d’éternelle lumière qu’expose Ichigo sur ses proches. En son sein, se trouve stylisé une sorte de lune à motifs purement esthétiques symbolisant son lien avec Rukia ou même d’une manière générale, son lien à la sobriété de la Soul Society ou même la sobriété de son monde intérieur. Entre le soleil éclatant qu’expose Ichigo à ses proches et cet aspect lunaire plus interne même s’il interagit aussi socialement figure ce tatouage en synthèse psychologique. Il s’agit évidemment maintenant de questionner le caractère intentionnel de ce tatouage, il me semble que cette symbolique est totalement étrangère à Ichigo et qu’il en rigolerait, il s’est juste imposé à lui parce que oui voilà, il fallait le faire.

En tenue civile, Ichigo est vêtu de vêtement habituellement serrés, plutôt typé slim portant le n°15, en référence à son prénom « Ichi : 1 » ; « Go : 5 ». En termes de couleurs et même de type de fringues, ça varie énormément mais ce sera en général plutôt des t-shirts, il a appris à porter des sweats en temps froid et commence même à porter des chemises histoire d’avoir la classe de temps en temps. En bas, pas tant de jean que ça et plutôt majoritairement des pantalons chino beige, noir ou encore rouge, majoritairement des tons chauds qui s’accordent à merveille avec sa chevelure et le teint de sa peau. D’une manière générale, les mains dans les poches la majorité du temps, c’est insouciant que se déplace Ichigo en ville, revenant toujours à cette espèce de mine blasée que nous observions plus tôt. On oubliera pas de préciser que le rouquin se balade toujours une ceinture accrochée au froc pour maintenir le tout bien stable et conserver le côté saillant de ses fringues. Ses tricots de peau sont toujours noirs, exceptionnellement il peut en porter un blanc mais c’est vachement rare. En tenue de shinigami, Ichigo est carrément plus sérieux et revêt une tenue bien plus martiale. Le classique hakama noir composé de 2 plis arrière et 5 plis avant représentant la voie de la vertu des combattants traditionnels, preuve du culte des anciens de cette pensée. A ce hakama s’ajoute une large veste noire. Depuis 3 ans, son apparence a clairement changée à cause de son passage dans la division Royale où une nouvelle tenue et un nouveau Zanpakuto lui ont été attribués. Concernant sa tenue, il porte maintenant une large croix au centre de sa veste maintenant le tout avec la classique ceinture blanche des shinigamis. La partie en croix contient des morceaux d’os et des cheveux des membres de l’ancienne division 0 lui permettant de franchir les barrières vers la Dimension Royale. Malheureusement, elle ne fonctionne plus depuis que l’allégeance de ce Royaume a changé. Cette croix se finit sur sa branche gauche en haut à gauche et en bas à droite avec des finitions à écailles rouges. De part et d’autre de la partie haut de sa croix des finitions suivant la forme du cou d’Ichigo apparaissent. Deux sabres sont accrochés à sa tenue, le plus petit est accroché à sa taille, à droite de son hakama, le plus gros est dans son dos, poignée enroulée dans un bandage comme l’ancien Zangetsu et est fixé par la croix de l’uniforme. Enfin, une sorte de moitié de haori blanc à motifs noir typique d’un Capitaine est fixé à la moitié basse de l’uniforme du Shinigami remplaçant.

 

 
Le paternalisme est le trait le plus marquant au premier abord chez Ichigo. Ça pourrait le faire passer pour un débile ou même pour un mec qui croit trop en sa force et dénigre en contrepartie ses « faibles » compagnons, or c’est autre chose. C’est la question du risque, sa vie vaut autant que les autres, il n’est pas fou mais il a été investi d’une sorte de « mission » que sa voie martiale lui impose, la protection. Il ne s’agit pas de penser d’une manière un peu universelle « olala il est temps de sauver le monde ! » Les bras d’Ichigo ne sont pas assez larges pour enlacer le monde, mais il espère au moins, même dans les cas désespérés pouvoir protéger ceux qui lui sont chers. C’est là le sens de son budo. Ce paternalisme peut être agaçant et donne souvent lieu à des situations assez cocasses (ou agaçantes elles aussi !) où il s’agit de déterminer qui des amis est le plus prompt à aller sacrifier sa vie. Mais il s’agit en fait de tout autre chose, de la simple et pure expression du désir de protéger l’autre.

L’impulsivité, ce rapport paternaliste donne lieu à un comportement totalement impulsif dans certains contextes. Ainsi, un proche blessé ne fera pas que le troubler mais le mettra réellement hors de ses gonds, c’est toujours dans cet espèce de rapport éthique pur à l’altérité qu’Ichigo se positionne frontalement comme un défenseur, un protecteur qui, s’il n’arrive pas au terme de sa mission s’énerve. On pourrait ainsi décrire là une sorte de côté un peu « mauvais perdant » mais je vous accorderai le caractère caricatural d’une telle dénomination. On préférera parler « d’acharné », il ne s’agit pas de gagner ou de perdre, le combat n’est pas un jeu, le combat est un lieu où il s’agit d’écraser l’autre pour protéger.

Belliqueux, car ce serait bien trop simple de s’arrêter là et de prétendre qu’Ichigo ne prend pas de plaisir au combat. On l’a vu, on le sait, il n’est pas pur et connaît sa force. Tout au long de ses combats, il prend conscience de cette force et la déploie pour protéger, mais la vraie question c’est : Tire-t-il du plaisir de la protection de ses proches ou du combat, de cette montée d’adrénaline, de ce sang qui coule, de cette joie de faire souffrir, de recevoir de la négation et d’y répondre par de la négation en tentant de résoudre une sorte d’éternel conflit entre les lames. Le rapport qu’Ichigo entretient au combat n’est pas si caricatural que celui d’un Kenpachi bien que nous pourrions étayer le caractère intéressant de Kenny. En fait, il s’agit pour lui de protéger, ça on l’a compris mais également de comprendre. Pourquoi te bats-tu ? est la question directrice de la lame et du comportement en combat d’Ichigo. La progression d’Ichigo lui a fait perdre sa pitié, lorsqu’il tue Kugo, la réponse la plus évidente est de dire « Il l’a tué parce qu’il a fait du mal à sa famille ! » C’est vrai. Mais ce n’est pas tout, ce serait trop simple, il est appelé « Véritable Shinigami » lorsqu’il quitte la division 0 par son précepteur Ichibei. C’est parce qu’il a perdu la « pitié », cet espèce d’apparat christianisant rendant faible le combattant. Cela signifierait-il pour autant que ce serait devenu une machine à tuer ? Non, cela signifie qu’il ne souffre plus de l’hésitation face au meurtre, serait-ce par cruauté ? Non plus ! C’est parce qu’il a saisi la neutralité de la philosophie de la Soul Society, à cheval entre injustice et justice, comment expliquer que l’on puisse procéder à une balance des âmes en tuant ses propres sujets ? C’est parce que la logique doit être une logique du monde et non pas une logique de la subjectité. Mon monde n’a pas plus d’intérêt que le tien, le vrai monde, c’est le monde objectif, celui qui doit être balancé entre le Hueco Mundo et la Soul Society. Enfin, la perte de l’innocente pitié d’Ichigo ne fait pas de lui un combattant comparable aux autres Capitaines de la Soul Society, il a encore de la compassion, c’est ce qui fait encore de lui un esprit en quête de paternalisme. Je défends ma famille et je sais avoir le regard émotif attendu face à la misère du monde. Mais le principal progrès d’Ichigo en 3 ans, c’est d’être capable d’assumer sa mission jusqu’au bout, de ne plus souffrir de l’hésitation dans sa lame. Du moins tant que la compassion et le meurtre ne coïncideront pas en la même personne.

La loyauté, c’est ce qu’amènent principalement ces progrès dont nous parlions plus tôt. Cet Ichigo que nous décrivons a commencé à se développer après son retour de la division 0 et surtout durant les trois ans qui nous séparent de lui. Et cette loyauté infaillible, c’est la même que celle d’Urahara ou son père, envers l’ordre du monde et donc par conséquent envers la Soul Society qui dans ses hautes instances veille à cet ordre. Ichigo n’est pas un officier de la Soul Society, c’est un Shinigami remplaçant qui a bien mieux saisi le sens de leur philosophie que la majorité de ses soldats. Tuer ce n’est pas tuer, c’est proposer à l’avenir une alternative d’existence. Le paradoxe d’Ichigo désormais, c’est de réussir à négocier mission sacerdotique consistant à protéger son monde et plus précisément ses proches tout en faisant régner la justice normale, c’est-à-dire l’importance de l’harmonie du monde dont il a été obligé de prendre conscience en voyant de ses yeux (et de ses mains !) le Roi mourir. On oubliera pas de préciser qu’il ne s’agit pas d’une loyauté aveugle mais d’une loyauté consciente, si la Soul Society est un moyen pour préserver cette harmonie, Ichigo n’en est le servant qu’en ces termes et assume son indépendance dans ses actions de manière totale.

La générosité, en cela Ichigo n’a rien de quelqu’un de refermé. Il a beau tirer la gueule et avoir un air sévère la majorité du temps, il est bien certain que c’est un garçon avenant qui est prêt à aider même s’il ne connaît pas la personne. Ce n’est donc pas un mec égoïste, juste un mec qui a besoin de sentir le contact humain, sentir le partage d’un même vécu pour prêter de l’attention à son prochain. Dans la générosité, c’est bien le rapport à l’autre qui est en jeu, rapport qui est essentiel chez le rouquin. En fait, on pourrait dire qu’Ichigo aime l’autre et aide l’autre mais que le statut « d’autre » est énigmatique. Est-ce que l’anglais dont Ichigo n’a jamais entendu parler et qui a des problèmes financiers va le toucher ? Non, sûrement pas. Pour qu’Ichigo prenne en compte le problème de l’autre, il faut que cet autre soit soumis à l’injustice de la bataille. Quelqu’un de capturé injustement, un être tué injustement… Ce rapport à la justice est un leitmotiv de la personnalité d’Ichigo qui malgré tout arrive avec brio à ne jamais tomber dans la caricature et à trouver un juste milieu, comme nous  le répétons depuis maintenant quelques paragraphes, jamais Ichigo ne tombe dans la mesure universelle où sa justice embrasserait le monde, ce sont les évènements qui lui tombent dessus qu’il doit évaluer et aucun autre, en gros, il cherche pas la merde, il aide ce qu’il peut aider. La générosité d’Ichigo est donc partagée entre une générosité mesurée et un véritable engagement qui mène à l’impulsivité pour tenter de son point de vue de rester le plus juste possible, son meilleur argument étant sa lame.

 
L’épée avait tranché net.

- Le sang qui coule dans tes veines ne peut pardonner l’existence du Roi.

J’écarquillais les yeux dans un sursaut, Ishida, Yhawch et le reste du Vandenreich avaient réussi à s’installer dans la Dimension Royale et en imposant leur nouvelle autorité nous avaient tous expulsés. Ce rêve m’avait niqué ma nuit. Avais-je véritablement tué le Roi des Esprits ? Quel sort me réservait en retour la Soul Society ? Et puis je m’en fous en vrai… J’ai toujours tout fait pour eux, je leur ai fait confiance jusqu’à les suivre après cette histoire de badge, s’ils étaient incapable de me passer ça… Je n’y étais pour rien, j’avais voulu le sauver et à la place j’avais condamné le monde. Je tournais la tête à droite et voyait une Yoruichi étalée, si paisible avait-elle l’air, elle avait violemment été blessée par Ishida plus tôt dans la journée. En nous retrouvant dans le Seireitei, expulsés, j’étais allé voir les hautes instances pour leur expliquer la situation, de toute évidence ils n’avaient aucune réponse directe à me fournir… C’était normal et je m'étais alors naturellement laissé diriger jusqu’aux chambres libres de la famille Kuchiki histoire d’aller récupérer un petit peu, une journée pareille, c’était la merde sérieux.

Le petit matin sonnait, Yoruichi pionçait toujours une loutre, je la regardais à moitié gêné à moitié blasé de la voir si posée dans une situation pareille. Les ouvertures laissaient la lumière du petit matin filtrer, ma nuit avait été nulle, entre ce rêve et… Enfin bref, j’avais plus rien à foutre ici, il fallait rentrer maintenant. Ukitake devrait pouvoir me faire ça, comme d’habitude quoi… Me dirigeant vers les quartiers de la 13ème division, je pensais à Rukia, j’avais beau avoir pioncé dans le domaine Kuchiki, elle était vachement gonflée de pas être venue me dire au revoir ! Après une telle série événements, elle comme moi n’avions absolument aucune idée de quand nous nous retrouverions, elle abusait quoi, comme d’hab. Arrivé aux alentours du Senkaimon, j’attendais patiemment Orihime, Chad et les autres, nos blessures n’étaient pas si graves et il n’y avait pas lieu de traîner ici, mais personne n’apparaissait. Au bout d’une heure je voyais enfin tout le monde se pointer d’un coup d’un air apitoyé, alternant regards vers moi et vers le sol. A la tête du cortège, le nouveau Commandant Kyoraku qui avait remplacé le vieil homme.

- Salut… Ichigo

Il avait beau parler décontracté, je sentais bien à son regard qu’un truc allait me saouler dans ce qu’il allait me sortir. Je faisais mine de rien :

- Yo ouais

Orihime et Chad s’avançaient vers le senkaimon, Shunsui de son côté venait vers moi :

- Eh tu sais… Avec tout ce qui s’est passé, ton passage dans la dimension royale tout ça tout ça… Ta pression spirituelle a pris une autre tournure et dans l’état des choses, pour la sécurité de tes proches, je ne peux pas me permettre de te laisser retourner dans le monde des humains.


Cet enfoiré avait choisi ses mots avec soin, il savait piquer là où ça me touchait, je le regardais l’air totalement perdu :

- Mais de quoi tu parles ?

Il continuait :

- Bah c’est que tu vois, ta pression spirituelle a pris une densité qu’elle n’avait pas encore atteint et cette pression est en train de se stabiliser, ce n’est pas juste un pic de puissance comme lorsque tu as vécu Aizen, un jour comme ça dans le monde des humains passe encore… Mais tu dois prendre les mêmes dispositions qu’un Capitaine et être soumis à des restrictions de ta puissance.

- Mais alors pourquoi ne pas me mettre une limite à moi aussi ?

Cet enfoiré sortait un petit rire :

- C’est que tu vois c’est pas si simple ! Déjà que t’es pas capable de concentrer ta propre pression spirituelle et que tu restes sans cesse sous forme libérée…

- Alors apprenez-moi bordel ! Comment je vais dire ça à mes proches ?

Il m’expliquait que tout le monde avait été averti, j’étais bloqué mais pas seul, c’était déjà pas mal. Je me calmais un petit peu au bout de quelques minutes, Orihime et Chad ne disaient rien, comme s’ils étaient aussi paumés que moi.

- Alors comment je vais faire ? Pour rentrer je veux dire…

Il reprenait un ton on ne peut plus sérieux :

- Ca c’est une autre question, avant ça tu ferais peut-être mieux de te poser la question du logement ? Va chez les Shiba, je suis certain que ta famille sera heureuse de t’accueillir...


Ma… famille ? C’est vrai que j’avais jamais fait le lien mais si mon vieux était l’ancien chef du Clan Shiba, ça signifiait que Kukaku et toute la bande de joyeux tarés étaient… mes cousins. Putain et quelle famille, je pouvais pas grandir et m’épanouir dans un cadre sain genre chez les Kuchiki ? Non il fallait que je me tape cette bande de tarés et en plus à durée indéterminée. J’acquiesçais face à la proposition de Kyoraku et me cassais sans demander mon reste, Rukia était sûrement au courant, d’où son absence… Orihime et Chad, je leur levais la main en signe de salut, ils n’avaient plus rien à faire ici, c’était mon problème maintenant. La route était aussi longue et chiante que je le pensais, en fait j’avais oublié que mon dernier trajet de chez les Shiba à la Soul Society s’était fait en canon et en prenant en compte qu’elle change sans cesse de place, ça allait être la galère. Je me retrouvais suite à des explications plus absurdes les unes que les autres face à la gigantesque bâtisse Shiba.
Kukaku, allez savoir pourquoi m’attendait au pied d’une des statues de pierre, Ganju était surement encore au Seireitei, j’avais eu la flemme de l’attendre, je voulais me poser et attendre les instructions des autres pour pouvoir commencer mon retour à la maison… Je comptais pas rester ici 30ans non plus, faut pas déconner.

- Hé Ichigo ! Qu’est-ce que tu fous-là ?

Pour commencer il fallait que je lui explique que je savais…

- Bah, je suis bloqué à la Soul Society et je me suis dit que tant qu’à faire, je pouvais bien squatter chez ma bien-aimée cousine.

Je tirais un regard en coin pour furtivement observer sa réaction, elle souriait.

- Alors tu sais tout ? Fantastique, je vais pouvoir te faire souffrir sans te considérer comme un invité. C’est d’accord merdeux, t’auras l’hospitalité qui t’es due ici, mais tu vas devoir taffer, et dur petit branleur !

Et elle avait raison… Corvées, courses, j’étais devenu homme à tout faire, au fond c’était pas si loin de ma vie dans l’autre monde mais bon… Ma chambre était une petite piaule posée, avec peu de déco, juste une couchette histoire que je me couche tranquillement, j’étais plutôt bien traité, pas lieu de me plaindre et on prenait vite l’habitude de la vie chez les Shiba.

Une semaine après mon arrivée, la porte toquait, les deux ridicules gardiens criaient et appelaient « Maître Kukaku ! Maître Kukakuuuu ! », derrière-eux avançaient un large homme en tenue de shinigami et un collier traditionnel : Ichibei, le dernier Capitaine vivant de la division 0. Il engageait immédiatement la discussion :

- Je suis avant tout là pour te remercier Ichigo. Mais également, maintenant que le Roi est mort, ma division et ma mission sont détruites et posées en échec. Exilé, le petit Shunsui m’a envoyé t’entraîner, il m’a expliqué ta situation, je vais tenter de t’aider.

Une lueur d’espoir apparaissant enfin à nouveau ! Il était temps de bouger d’ici.

- Putain mais commençons maintenant l’entraînement alors !

Il me regardait d’un air sceptique :

- J’avoue qu’avant ça je me ferais bien une petite tasse de thé…  On commencera après, profite-en, après on ne s’arrête plus et je préfère ne pas t’entendre geindre toutes les 5 minutes…

Finalement ce sont plutôt des heures qui ont passé. Mais le gros moine avait fini par se lever, il m’invitait à sortir de la maison, à le suivre et à m’assoir en tailleur dans l’herbe face à lui, je m’exécutais d’un air sceptique.

- Et on fait quoi maintenant ?

- Et bien on va te rendre plus fort.

- HEIIIIIN ? Mais c’est absurde, je suis là pour apprendre à réduire mon énergie, pas en développer plus, Kyoraku se fout de moi sérieusement !

Il me regardait d’un air amusé, elle était où la blague au juste ?

- Ecoute moi plutôt, actuellement ta pression spirituelle a gonflé en bloc grâce à la dimension spirituelle et a commencé à trouver sa vraie nature, ton nouveau shikai en est la preuve. Mais tu n’es toujours pas capable de retenir et stabiliser ta pression. Lorsque tu utilises tes techniques, ton reiatsu part en filets sans que tu puisses le contrôler, d’autre part, tu es incapable de sceller ton zanpakuto, peu importe ton niveau de puissance, c’est la preuve que tu n’as aucune maitrise de ton énergie.

Il prenait une pause avant de reprendre :

- Lorsque tu en seras capable, comprends que ton énergie sera comme polie, si elle est actuellement puissante et brute, elle n’en sera que plus puissante et raffinée.

Je finissais par me calmer et choisissais de le suivre même si je ne comprenais pas tout encore, du genre, comment pourrais-je bien retourner dans le monde des humains après ça ? Mon pouvoir restant le même, la seule solution serait d’en perdre.

Quelques mois avaient passé et je n’avais fait que m’entrainer à gérer mes frappes, mes techniques de base, bref, un entrainement avec rien de spécial qui m’entretenait plus qu’il me faisait progresser.

- Bon on fout quoi maintenant ? On commence peut-être un peu à tourner en rond non ?

Il me regardait toujours avec un regard entre le bienveillant et l’amusé :

- Ne t’en fais pas on va commencer, avant ça, saurais-tu m’expliquer l’intérêt de la méditation ?

Je n’avais médité qu’une fois… Pour obtenir le Getsuga Tensho Final, il m’avait fallu entrer en contact volontairement avec mon Zanpakuto mais on pouvait se demander si ce n’était pas lui-même qui m’appelait, la méditation m’était totalement étrangère dans l’idée et son intérêt…

- Discuter avec son Zanpakuto ?

Je tirais une mine exaspérée.

- Tu n’y es pas, lorsque l’on médite, on commence par se comprendre soi-même comme un élément du tout. Je pense que ce n’est pas si grave si des gens meurent, ils revivront sous une autre forme, ainsi, je n’éprouve que de la tristesse parce que j’ai perdu des proches de ma division, pas parce qu’ils sont morts. La mort est factice et la méditation est l’exercice qui nous permet de créer une relation médiatisée par notre monde, précisément ce monde qui s’inscrit dans la périphérie de ce que nous appellerons « nature » ou « tout » ou « morts comme vivants » ou « âmes », « esprit ». Par exemple, ce que les Shinigamis appellent « Balance des âmes » n’a rien d’un crime, il s’agit de préserver le monde vis-à-vis de règles qui luis sont antérieures, s’inscrire à contre-courant c’est s’assimiler à la rébellion puérile des Quincy.

- C’est absurde,  je partage rien avec eux, mais jamais j’accepterais de dire que tuer des gens peut faire du bien au monde !

- Pourtant tu l’as déjà fait, lorsque tu as tué ce Shinigami remplaçant, qu’as-tu fait d’autre que mettre un terme à sa vie sans le condamner à la damnation pour autant ? Tuer, c’est purifier, même si l’on envoie aux enfers, la méditation consiste à prendre contact avec cette richesse spirituelle et ce cycle pour contacter dans une pure introspection sa propre âme, son Zanpakuto.

Kugo…

- Il l’avait cherché lui !

- Il était injuste oui.

Il venait de terminer ma phrase, « injuste », c’était exactement ça…

- Bon au fond on s’en fout de ça, si je me rappelle bien, je dois me concentrer sur mon Zanpakuto en le mettant sur moi et en fermant les yeux.

- Oui, c’est bien ça.

Je m’exécutais, il me regardait d’un air toujours aussi amusé, ça commençait à me saouler, d’autant plus que j’y arrivais pas putain, et ça m’énervait.

- MAIS ARRETEZ DE ME REGARDER COMME CA VOUS ME DECONCENTREZ !

- Ou tu ne comprends pas comment cela fonctionne. Plus l’énergie spirituelle du sujet est grande, plus entrer en contact avec son Zanpakuto est dur, même si c’est une évidence pour tout Capitaine vu que pour arriver là où il en est, il a forcément dû en passer par là. Toi c’est dans l’émotion que tu as toujours trouvé Zangetsu, aujourd’hui je veux que tu saches le voir n’importe quand, maintenant, demain, dans une heure, deux heures.

Il me regardait fixement :

- Pour ça il va falloir que tu apprennes à comprendre cette loi du monde, du rapport de ton monde singulier au reste, ce que je te raconte n’est pas juste le délire d’un shinigami trop vieux pour se battre qui ne penserait plus qu’à la mystique obscure, c’est la base même du fonctionnement de nos sabres qui eux-mêmes se comprennent dans leur monde, ton monde, mais ce monde n’a de sens que si tu comprends qu’il est un monde parmi les particules spirituelles de notre monde.

Ouais bah il n’empêche que moi j’y arrivais toujours pas, Déjà à l’époque, j’avais Tensa Zangetsu et c’était facile à poser sur mes genoux alors qu’un shikai c’est franchement pas pratique, l’énergie est tellement dense que la canaliser et communiquer avec en pensant au média qu’est le monde… pfff. Surtout si ce monde tolère le meurtre et se justifie moralement par l’idée de cycle et de réincarnation, ça n’a aucun sens, vraiment aucun.
UNE PUTAIN D’ANNEE et pas le moindre progrès, méditation sur méditation tout en continuant à observer un scrupuleux entraînement physique, à devenir dingue, je n’avais pas vu Zangetsu depuis plus d’un an parce que je n’avais pas vécu de batailles folles depuis plus d’un an. On changeait sans cesse de baraque, je me plaignais, taffais pour Kukaku et continuais à tenter de méditer…

- Il est temps pour moi de m’en aller, mon exil doit débuter.

Son exil… C'était soudain mais prévisible, Ichibei considérait donc qu’il n’avait plus sa place ici, je le remerciais chaleureusement sans vraiment être franc.Il m’avait apporté un exercice mais pas une foule de réponses, juste du charabia un peu obscur et pas franchement très utile.

- Et qui va superviser mon entraînement… ?

- Oh tu verras bien, il arrivera dans la semaine !

Ichibei parti, il arriva bel et bien, mon nouveau précepteur. Ukitake, le fameux capitaine aux longs cheveux blancs, je le sentais bien dans le trip New Age lui aussi, il allait me bassiner avec ses conneries aussi je suppose.

- Ca fait un bail Ichigo, j’ai un peu de temps en ce moment, les Hollow sont plutôt calmes alors les affaires du monde humain aussi, ils doivent être autant perturbés que les shinigamis par ce « nouvel ordre » qui s’installe…

Certes… Je n’avais aucune nouvelle du monde humain, même si Keigo, Tatsuki ou n’importe qui venait, il ne trouverait jamais la demeure de Kukaku, peu importe les indications qu’on leur fournissait, à moins d’être capable de tracer mon reiatsu…

- Je ne sais pas ce qu’Ichibei t’a enseigné jusque-là mais je vais reprendre les fondamentaux. La méditation te permettra de canaliser ton énergie spirituelle sur un objet en particulier, une projection de ton âme puisqu’il s’agit de ton sabre, tu sauras que ça marche lorsque tu pourras discuter librement avec Zangetsu dans ton monde intérieur, enfin, il faudra canaliser ton énergie dans ton Zanpakuto. Tu comprendras que lorsqu’elle sera stabilisée, non seulement tu seras infiniment plus fort car capable de concentrer ton énergie, mais en plus, tu pourras retourner dans ton monde sans le menacer en ayant une lame comme la mienne ou n'importe quel shinigami.


C’était logique…

- Ichibei m’a raconté tout un tas de trucs sur l’harmonie du monde et je sais pas quelles conneries… Pourriez-vous éclaircir Capitaine Ukitake ?

Surement le seul capitaine que j’appelais par son grade, je l’écoutais sincèrement.

- Jusque-là, tout est allé très vite pour toi, c’est la première fois que l’un de tes entraînements prend un temps normal, un an pour canaliser sa méditation vu l’état de ton énergie, ça n’a rien de surprenant. Mais je suppose que tu dois comprendre que l’injustice est dans la souffrance subjective, au fond ce que tu appelles injustice est une justice pour l’harmonie du monde puisque s’il s’agit de la mort, ce n’est qu’un corps qui redevient énergie. Dans le cas de la souffrance, il y a injustice, tu le sais bien, mais tu n’as pas à être aussi radical qu’Ichibei le proposait, il y a de la place pour ton propre monde, croire en la seule objectivité du monde, ça va pour les moines et pour l’exercice. Comprends que protéger ce que tu protèges est fantastique mais qu’il y a autre chose à protéger, tu protèges d’ailleurs cette chose sans le savoir parce que tu ne saisis pas ce que c’est. C'est lorsque tu comprendras la nature de ce monde que tu méditeras sans soucis.

Quoi encore… ? Pourquoi ils parlent tous comme ça lorsqu’il s’agit de méditation, c’est quoi ce putain de monde objectif ? Que défendre ?

- Allez vu ta tête, je vais te donner un coup de main *rires*. Ce que tu protèges, c’est le support de ton monde, forcer la balance des âmes comme le font les shinigamis, c’est protéger ce monde qui s’écroulerait dans la perte de l’harmonie. Perdre ce monde, c’est aussi perdre ton monde, et pour avoir accès à ton monde intérieur de manière permanente, tu dois prendre conscience du monde sous-jacent.

… Bon j’avoue que sur le coup ça m’a pas paru super clair, la philo, la spiritualité tout ça c’est un peu loin de moi, mais au bout d’une deuxième putain d’année, j’y étais arrivé et Zangetsu m’apparaissait à ma guise. Il me suffisait maintenant de me placer en tailleur et de poser mon Zanpakuto sur moi pour percevoir la richesse de ce monde, cette nature intérieure. Ukitake m'avait laissé cordialement, comme à son habitude. C'était précisément mes zangetsus que je percevais à présent, même si je ne déployais pas mes pouvoirs de Quincy, je voyais bien le pouvoir de l’autre forme me soutenir. J’y étais arrivé. Pour fêter ça, Kukaku a décidé de me tatouer, en fait sur le coup j’en avais parlé comme ça à un dîner, Ganju se foutait de ma gueule, comme d'habitude et illico l'autre folle m’a assommé et attaché à une table puis m’a tatoué le bas-ventre… J’avoue que sur le coup je me suis senti un peu comme un lendemain de gueule de bois mais j’ai pris conscience au fil du temps que ce tatouage avait un sens et qu’en deux ans, la bougre m’avait bien cerné…

- Ce tatouage abruti, c’est la preuve qu’avant d’être un Kurosaki, t’es et tu seras toujours un Shiba, comme ton père, mon oncle.

Elle gueulait souvent ça, même si au lieu de me conforter dans mon intégration au clan, je me sentais surtout agressé. En tout cas j’y étais presque, mon énergie s’était stabilisée, j’avais résolu le problème de mes origines et cela faisait 3 ans que je m’entrainais et passais mon temps à aider Kukaku, mon tatouage faisait partie de mon quotidien et allait à merveille avec cette foutue leçon de spiritualité que j’avais mis si longtemps à capter. J’avais gardé ma tenue de voyage que m’avait confié la division 0 au-dessus de mes vêtements classiques de shinigami et la portais en permanence durant nos déplacements, ça me permettait de cacher ma fonction aux gens. La vie était devenue paisible et je savais enfin ce qu’était que la vie au Rukongai, mais elle prenait bientôt fin et d’une certaine façon… mes sweats aussi me manquaient.

Et Vous ?

|| Voila quoi  || Avant tout  || VIP || jm bien lol ^^ ||
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Kurosaki Ichigo YEAH NUMBEEEER 15 !   Mar 31 Mar - 5:00

Re bienvenue et bonne chance pour la validation avec le rouquin.
Revenir en haut Aller en bas
Fullbringer
avatar
Messages : 129
Date d'inscription : 05/02/2015

Feuille de personnage
Niveau: 15
Expérience:
0/4000  (0/4000)
Spécialité: Kidô
MessageSujet: Re: Kurosaki Ichigo YEAH NUMBEEEER 15 !   Mar 31 Mar - 13:54

Alors, voyons, voyons, voyons...

Dans l'ensemble, c'est une bonne fiche, le mental d'Ichigo est assez bien cerné, le test RP est bon. J'aurais aimé quand même un peu plus de précision sur les sentiments d'Ichigo durant ces deux années. Outre l'entraînement et la vie de tous les jours chez les Shiba, je trouve qu'il manque quand même un passage pour expliquer son sentiment vis à vis de cette vie loin de sa "vraie" famille et de ses amis. De même, en 3ans et avec les tickets que leur a offert Shunsui, il aurait été bien de voir apparaître Tatsuki et les autres...

Mais bon, comme dis, dans l'ensemble la fiche est bonne donc je donne ma voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-hell.forumactif.com
Primera Espada
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 26/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Niveau: 80
Expérience:
4500/20250  (4500/20250)
Spécialité: Hakuda
MessageSujet: Re: Kurosaki Ichigo YEAH NUMBEEEER 15 !   Mar 31 Mar - 14:02

Je plussoie, c'est dommage qu'on ait pas plus de développement sur ses sentiments, et une absence totale de ses amis (m'enfin il va peut-être pouvoir leur en toucher deux mots en rentrant Very Happy).
Mais le reste de la fiche est vraiment bon voire excellent de mon point de vue (encore quelques petits oublis de mots ou tournures bizarres mais rien de choquant non plus).

Tu as donc une deuxième validation, omedeto Very Happy

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Kurosaki Ichigo YEAH NUMBEEEER 15 !   Mar 31 Mar - 16:06

Ouais vous avez eu les coulisses de la relecture du coup XD

Sur les sentiments et amis je suis obligé de reconnaître que c'était de la fainéantise justifiée irp par le vagabondage des Shiba et je ne peux par conséquent qu'acquiesser.

Merci à vous Smile
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Kurosaki Ichigo YEAH NUMBEEEER 15 !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kurosaki Ichigo YEAH NUMBEEEER 15 !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kurosaki Ichigo
» Fan Club d'Ichigo Kurosaki (Bleach)
» Présentation - Ichigo Kurosaki [Terminé || Phase de Relecture]
» Nouvelle vie [PV : Ichigo]
» Colos, dessin ... un peu de tout ! =)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Hell on Earth :: 
Zone Flood
 :: Archive des Fiches :: Archives des Présentations
-