Forum RPG sur le manga Bleach
 
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Elthalen, arrancar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Elthalen, arrancar    Sam 28 Mar - 22:49

Saarkoma Elthalen

     
|| Âge : plus de 70 ans || Sexe : MAsculin || Race : Arrancar|| Allégeance : Las Noches  ||

     

     

La première chose qui frappe lorsqu’on rencontre l’arrancar, c’est le saisissant contraste qu’il offre. Même si ses cheveux blonds paille sont coiffés négligemment, tout en restant doux et revêches , lui tombant n’importe comment derrière la nuque, tels ceux d’un adolescent à l’anarchie capillaire revendiquant silencieusement encore plus de liberté (ou un coiffeur), leur couleur usée traduit une certaine fatigue de leur part, comme de la paille qui jadis plus blonde que le soleil serait restée trop longtemps sous les ravages du temps, à pourrir sur pied.

De même, ses yeux bleus gris semblent délavés et vides la plupart du temps, malgré la petite lueur de gaieté qui vient les embellir de temps en temps lorsqu’il rencontre une personne agréable. En revanche, ils sont rajeunis par deux sourcils blonds joueurs qui ne cessent de sauter, tressaillir, se froncer, faire des sauts périlleux et retomber pour mieux se remettre en mouvement.

Son nez jadis fin fut cassé par de nombreux coups, si bien qu’il n’a plus rien de sa splendeur d’autrefois. De même sa bouche qui se tortille en tout sens pour grimacer porte la trace d’anciennes cicatrices, qui débordent souvent sur le reste du visage (et un peu sur le corps aussi, et les bras, et les jambes, et le cou, alouetteuhhh !) Tant que nous sommes sur le visage, précisons que ce dernier est légèrement rond mais arbore une jolie barbe de trois jours qui lui ajoute quelques petites années. Enfin, rajoutons un reliquat de masque de hollow qui lui ceint le front juste en dessous des cheveux.

Le reste du corps est en accord avec ce visage assez maigre, d’apparence très sec, comme si tout ses muscles s’étaient desséchés pour former uniquement des câbles d’acier sous la peau pâle de l’arrancar. Ajoutons quelques détails pour finir de dresser le tableau, détails qu’on n’aperçoit généralement qu'au deuxième coup d’œil. Premièrement, une petite perle qui orne son oreille gauche, ensuite, une succession de spirales tribales orangées, qui, partant de son omoplate, descendent jusqu’à ses doigts.

L’arrancar porte souvent le même genre de vêtement (merci les designs arrancar, au moins ils sont plus variés que la collection Printemps-Eté-Hiver-Automne de la Soul Society) , à savoir un pantalon de toile blanche, agrémenté d’un débardeur de couleur, porté avec une chemise noire sous un pardessus blanc. Au niveau de ses accessoires, il porte une chaîne autour du cou, ainsi qu’un bandana noir sur la tête assez souvent. Quand à son zampakutoh, il le porte accroché dans son dos , à cause de sa taille.

     

     

N’y t’il rien de plus présomptueux que d’essayer de décrire en quelques lignes quelqu’un alors que les plus proches relations ne se connaissent pas parfaitement ? Si, mais ça ne va pas m’empêcher de le faire au moyen de quelques adjectifs.

Taquin : voilà bien un mot qui décrirait l’attitude générale de notre arrancar. Vif, toujours réagissant au quart de tour, malgré le nombre d’ennuis que cela lui attire. Il ne peut pas s’empêcher de se moquer des gens qu’il rencontre, la plupart du temps gentiment, de façon tellement ridicule que ses intentions ne font aucun doute. Cette attitude a par ailleurs comme conséquence d’énerver facilement la plupart de ses interlocuteurs au sang bouillant, tandis que cela contribue à le détendre, en dédramatisant la situation. Étrangement, il continue de taquiner qu’il perde ou gagne.

Dynamique : Sautillant en tout sens, toujours prêt à lâcher une vanne foireuse, hurlant, criant, piaillant, couinant, gémissant, chiant, notre arrancar est toujours prêt à prendre part à un acte qu’on lui propose, préférant tenter n’importe quoi que rester sagement assis en attendant qu’on appelle son numéro. Il se montre toujours optimiste, préférant garder la tête haute et se débattre sur la toile d’araignée plutôt que d’attendre que celle-ci ne vienne le bouffer. (Les araignées du hueco mundo sont très grosses)

Jusqu’au boutiste : Dans tout ce qu’il entreprend, le blondinet ira jusqu’au but, et utiliseras tout les moyens nécessaires s’il en juge le besoin. Il est capable de s’arracher lui-même la peau si besoin est, d’utiliser les ruses les plus basses, même s’il est généralement un adversaire plutôt honorable. De même, il refuse généralement d’abandonner son objectif prioritaire (qui est généralement sa survie) et continuera obstinément son but.

Coureur de jupon invétéré : Avouons le, l’élément qui déterminera le plus la réaction qu’Elthalen aura face à vous se niche dans vos gènes. Sur vos chromosomes sexuels. C’est absence du gène SRY qui fait tout. Car oui, Elthalen aime les femmes. Mais elles ne l’aiment pas. C’est pour cela que le malheureux blondinet, qui a beau essayer de se montrer élégant, raffiné, sympathique, gentil, avec ces demoiselles, se retrouve souvent « rejeté injustement par ces vilaines harpies qui ne comprennent pas la chance qu’elles ont qu’[il] soit célibataire !» Généralement, cela se traduit par une approche plus gentille que la moyenne pour les jeunes femmes de 16 à 40 ans (en dessous elle passe sous la juridiction de la règle protecteur, au dessus elle sont trop vieilles pour lui, et si elles sont moches, elles sont alors trop démoniaques pour lui.)

Protecteur : C’est bien ce qui doit faire tout le potentiel de sympathie du personnage. Il ne peut s’empêcher de prendre la défense d’une personne en mauvaise posture, surtout si cela implique la mort de la dite personne. Il est plus que probable que cela soit du à une certaine lassitude face à tout ceux qui aiment se proclamer supérieur, chose que cet arrancar à souvent rencontré, ce qui serait la raison du pourquoi il a juré de passer plus de temps à défendre la vie de ceux qui ne le peuvent pas, afin d’éviter un gâchis de plus. Cela est particulièrement vrai avec les personnes « faibles » comme les enfants et les fem…nonnon j’ai rien dit !

     

   
Dans les derniers jours de la paix,
Alors que l’enfer approchait,
Le monde retenait sa respiration :
L’invasion arriverait tôt ou tard,
Mais quand ?
Qui sera le premier à tomber ?
Qui sera le dernier à tomber ?
Restera t’il quelqu’un pour arrêter cette folie ?
Que personne ne peut encore voir….
Rien ni personne.