Forum RPG sur le manga Bleach
 
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Kahei Byakuren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Prince des Enfers
avatar
Messages : 58
Date d'inscription : 24/02/2015

Feuille de personnage
Niveau: 57
Expérience:
4115/14500  (4115/14500)
Spécialité: Zanjutsu
MessageSujet: Kahei Byakuren   Mar 24 Fév - 19:37


BYAKUREN Kahei

Informations

|| Âge : Approximativement 650 ans
|| Sexe : Masculin
|| Race : Pêcheur
|| Allégeance : Lui-même / Enfers

|| Pseudo : Yukana
|| Âge : 19 ans
|| Avis : Rien à signaler.
|| Code :

DESCRIPTIONS

Physique

Kahei mesure un peu plus d’un mètre soixante-quinze, ce qui le place dans une moyenne correcte, sans pour autant lui donner des airs de géants. En comparaison avec le reste de ses alliés (comme de ses adversaires, d’ailleurs), il est d’un gabarit plutôt inférieur. Son corps n’est pas particulièrement épais, mais il conserve cependant une certaine résistance, bien plus due à son reatsu qu’à sa réelle force physique. En réalité, Kahei possède plutôt une apparence frêle, et parfois on pourrait même se demander s’il n’est pas toujours sur le point de s’envoler ou de se briser en deux. Cette apparente fragilité se mêle très bien avec son attitude corporelle. Kahei est en effet quelqu’un qui sera souvent peu démonstratif, discret, dissimulé, et il fera toujours de son mieux pour dissimuler ses particularités, ses habitudes et même, assez souvent, ses émotions. Il en résulte qu’on le voit souvent comme froid et effacé, un jeune homme à l’air à peine adulte et aux traits comme figés. Sa prestance physique n’est pas non plus aidée par sa voix, douce et parfois à peine audible. Sa parole est le plus souvent calme, mais il n’a pas une voix grave qui porte au loin comme peuvent l’avoir les vieux vétérans.
Tout dans son attitude et son apparence semble exister dans l’unique but de passer inaperçu.

« Humainement » parlant, il pourrait se faire passer aisément pour un étudiant, voire un lycéen, et on lui donnerait à peine la vingtaine. Une des principales raisons est qu’il a un visage doux, aux formes légèrement rondes et lisses. Il a les cheveux courts, et seule une mèche, à gauche de son visage, dépasse son menton. Pour en terminer avec sa coiffure, il porte presque toujours une sorte de couronne dorée qui se mêle à leur couleur noire en se faufilant à travers quelques mèches rebelles. L’ornement est noué à l’arrière de sa tête, et se termine par un léger ruban noir. Enfin, ses yeux possèdent une douce couleur bleue, comprenant cependant une légère nuance de vert et de gris.

Depuis son séjour prolongé dans les Enfers, et son ascension comme Pêcheur, Kahei possède une apparente normalité, mais son corps cache en réalité de nombreuses marques. S’il peut s’estimer chanceux d’avoir conservé un visage humain, le Hollow en lui n’a pas cessé de se manifester pour autant. C’est ainsi que son corps entier est assez largement recouvert d’une sorte de peau blanche et très solide, faisant penser à ce qui compose les masques de Hollows. Ses doigts sont ainsi d’un blanc parfait, et ces marques remontent le long de son bras comme s’il avait été profondément griffé des poignets jusqu’aux coudes. Il dissimule ainsi très souvent ce détail en portant des gants ou des protections diverses. Son dos est également strié, à l’horizontale, comme si ses côtes étaient ressorties dans son dos. Une même excroissance semble imiter sa colonne vertébrale, la longeant du bassin jusqu’à la racine des cheveux, où elle se fond aisément dans sa chevelure. L’épaisseur de ces couches solides est pourtant suffisamment fine pour passer inaperçues sous les couches de vêtements qu’il porte généralement.


Mentale

La pensée de Kahei se définirait simplement par l’absence. L’absence de souvenirs, l’absence de volonté, l’absence d’objectif, l’absence d’intérêt. Il est facile de lister tout ce que Kahei n’est pas, et tout ce que Kahei ne fait pas comme les autres. Il fait partie de ceux qui sont silencieux, qui observent sans piper mot. Il fait partie de ceux qui ne recherchent pas le pouvoir sur les autres, de ceux qui veulent simplement vivre leur vie dans leur coin sans qu’on vienne les tuer. Il est de ceux qui aspirent à une vie « normale » loin de tout danger mortel. Ce serait mentir que de dire que l’ivresse d’un combat ne le plonge pas dans une certaine extase. En réalité, il aime se battre et il aime tuer, mais il n’aime pas se sentir particulièrement menacé et n’hésitera pas à fuir si le danger est trop grand.
Le fait qu’il ne puisse pas mourir de façon définitive reste cependant une grande satisfaction, mais savoir ce qui l’attend après sa courte et passagère « mort » ne rend pas la chose facile non plus.

Kahei est un indépendant. Cela ne signifie pas qu’il est solitaire, car il ne déteste pas la compagnie – la bonne compagnie, s’entend – mais plutôt qu’il préfère mener ses missions seul, qu’il préfère suivre ses objectifs personnels et qu’il n’a qu’une vague notion de solidarité, enfouie très loin, quelque part, peut-être. Sa vie aux Enfers lui a démontré que le genre humain comme tous les autres genres, qu’ils soient des Hollows bestiaux ou de sages Shinigamis, n’était voué qu’à la destruction de son prochain. Il admettrait volontiers qu’il fait partie de cette catégorie de personnes, qui tueront leur adversaire si leur vie est menacée, et qui ont pris l’habitude d’écraser les autres pour maintenir leur petit confort personnel. Son regard distrait ne signifie pas qu’il n’est pas attentif, seulement qu’il n’a que peu d’intérêt pour votre existence. Sa survie passant avant tout autre chose à ce jour – c’est toujours susceptible de changer, ces choses-là – il n’y a pas beaucoup de chances pour qu’il accorde la moindre attention à vos malheurs ou vos périls, et il ne se mettra pas en danger pour sauver autrui.

Kahei n’est pas un rêveur. Il est au contraire particulièrement attentif à son environnement et reste d’un genre très prudent. L’honneur d’un mort n’a pour lui aucune valeur, et il préfèrera toujours fuir face à un ennemi clairement plus puissant que lui. S’il peut éviter l’affrontement, il le fera, mais si le combat est inévitable, il s’y lancera corps et âme. Ses propres blessures l’électrisent et celles de son adversaire le mettent en joie. La montée d’adrénaline dans un combat est ce qui se rapproche le plus d’une drogue pour lui, bien qu’il sache se tenir.

Les Enfers, en revanche, l’étouffent. Il n’aime pas y vivre et est plutôt prêt à tout pour passer du temps à l’extérieur, prenant un grand plaisir à observer la vie des autres et à essayer de retrouver ses souvenirs perdus. Ce vide dans son esprit lui donne parfois des airs de grand naïf, comme s’il découvrait soudainement la vie. De temps à autres, il apparait même comme étant un être complètement perdu, dès lors qu’on le confronte à une situation complètement inédite. Son naturel curieux lui fait parfois poser des questions « qu’il ne devrait pas poser » et il lui arrive de se fourrer dans des situations imprévues. Sa vie « d’avant » n’existe plus dans sa tête, et bien qu’il soit particulièrement envieux de connaitre cette vie à nouveau, se souvenir de ces évènements l’effraye, et s’il se souvient, de manière très ponctuelle, de tel ou tel évènement passé, il lui arrive d’en souffrir. Chaque vision, chaque bribe d’image ou de parole qu’il perçoit de son passé est susceptible de lui provoquer une crise de panique. N’étant pas particulièrement courageux, il lui arrive très souvent d’être paralysé par la peur, même face à un adversaire qu’il pourrait en réalité abattre facilement.

HISTOIRE

« Kahei… c’est vraiment un joli prénom !
- Tu trouves ? Ça signifie « argent » … Je crois que mes parents aimaient les richesses. Je ne me souviens pas vraiment. Je crois… je crois que je portais ce nom étant humain. C’était il y a longtemps. Personne ici ne se souvient non plus de sa vie humaine… Byakuren. Ça signifie « pureté » ; je trouve ça joli. Comme si moi, ma famille, mes parents… nous étions destinés à une vie sage et pure.
- Kahei… tu es vraiment trop sérieux. »

Son visage, son nom. Il était incapable de s’en souvenir. De temps en temps, il avait comme… des bribes de conversations, floues, qui lui revenaient en mémoire.

« Kahei ! Kahei !
- Quoi ?
- J’ai été prise à la seconde division ! Et toi ?
- … Pas encore… »

Il avait croisés des Shinigamis, souvent. Il connaissait leur uniforme, et au loin dans son esprit, il lui semblait qu’il avait autrefois porté un tel costume. Il n’avait aucun souvenir de cette période, pas plus que celle d’avant. Il avait le gout du sang sur la langue, il connaissait l’odeur du métal et de la sueur, il frissonnait des pieds à la tête lorsqu’il sentait tel ou tel reatsu. Comme si son corps était nostalgique d’une vie passée. D’une vie oubliée. Cette vie, c’était celle d’un autre. Un autre lui, dans un autre monde. C’était ainsi qu’il le voyait.

« Qui es-tu ? Es-tu mon Maitre ?
- Qui es-tu… ? »

Kitsujin. Une bouffée d’air chaud souffla sur lui. Il était assis, seul, au beau milieu d’une ville pourtant animée. Où était-il ? En quelle année se trouvait-il ? Qui était-il ? Son corps lui semblait lourd, et son existence, vide. Kitsujin. Kitsujin, où était-il ? Il savait qu’il devait le chercher, sans savoir qui il était. Ce nom lui semblait d’une importance capitale, alors qu’il déambulait dans les rues, invisible aux yeux de tous. Il portait une étrange tenue blanche, aux airs de kimono. Pas après pas, il avançait lentement vers l’horizon. Etait-ce là-bas qu’il avait toujours vécu ?
Qui sait ?

« Kahei…
- Kitsujin, c’est toi ? »

La voix venait de nulle part. Il avait encore dormi dehors, à la faible lueur des étoiles, sous un ciel nuageux. Maintenant, il pleuvait. Il tombait de l’eau du ciel, et cela coulait sur son corps. Il prenait ça pour une preuve de son existence. Les éléments ne pouvaient pas l’ignorer. Il s’était allongé sur le sol, bras écartés, et il avait fermé les yeux pour ne pas recevoir de gouttes d’eau à l’intérieur : il avait trouvé cela particulièrement désagréable la première fois.

« Kahei… tout est vide ici. Où es-tu ?
- Kitsujin… c’est vraiment toi ? »

Quelque chose en lui, quelque chose qu’il ne comprenait pas, lui assénait cela comme une certitude, une évidence. La voix, c’était Kitsujin.

« Es-tu un fantôme ? »

Il aurait juré que la voix avait ri.

Il aurait été incapable de décrire son errance. Il aurait été incapable de décrire la façon dont il avait perdu la mémoire. Aujourd’hui toujours, il n’a pas retrouvé ces souvenirs perdus. Il se sentait comme si, soudainement, on avait effacé tout son être, toute son existence, et qu’on l’avait renvoyé dans le monde à l’état de nouveau-né, mais avec une conscience d’adulte. Tout ce qu’il savait, il l’avait appris seul. Combien d’années s’étaient écoulées alors qu’il errait dans le monde entier ? Il avait découvert tant de choses sur lui-même. Plusieurs fois, il faisait ces rêves étranges, qu’il savait réels sans savoir d’où il le savait.
Dans son rêve éternel, il ouvrait les yeux sur un ciel bleu et brillant. Il se trouvait sur une plaine immense, blanche comme de la neige mais chaleureuse, et douce comme un nuage. Pieds nus, il pouvait marcher des heures sans voir un autre paysage. Au bout d’un moment, un être à la chevelure blanche, et aux traits semblables aux siens, finissait par s’approcher de lui.

« Qui es-tu ? lui demandait-il à chaque fois.
- Je suis Kahei. Qui es-tu ?
- Kitsujin. »

Alors son cœur lui hurlait que ce n’était pas Kitsujin. Pourtant, ces yeux lui étaient familiers, et ce sabre qu’il portait à la taille était identique au sien. Il trainait ce katana avec lui depuis aussi loin que remontaient ses souvenirs.

« Tu n’es pas Kitsujin, il affirmait, sans comprendre pourquoi. Kitsujin est dans mon cœur.
- Ici ? »

L’ombre blanche posait le doigt sur la poitrine de Kahei. Ils restaient là à se dévisager en silence, sans bouger. Alors, il remontait sa main pour toucher celle de l’autre. Il observait ses cheveux longs et blancs, les trouvant particulièrement brillants. Il effleurait encore sa peau si blanche. Il comparait son uniforme au sien. Identiques.

« Je suis Kitsujin, et il est moi. Nous sommes ta force, Kahei. Ton pouvoir. Souviens-toi ! »

Alors il essayait de se souvenir, de toutes ses forces, mais à chaque fois, il était renvoyé hors de ce monde des rêves, et il mettait tant et tant de jours à y retourner, qu’il se sentait toujours particulièrement frustré.

D’autres années s’écoulèrent, et peu à peu, l’homme de ses songes arrêta d’en avoir après ses souvenirs. Il se montra plus combattif, toujours aussi doux pourtant, mais plutôt que de lui demander de se rappeler, il l’exhortait à se battre. De plus en plus souvent, Kahei croisait ces monstres étranges et puissants, porteurs d’un masque blanc étrange. Il fuyait constamment, mais une ou deux fois, il fut obligé de se battre pour vivre. Chaque fois qu’il tenait son sabre entre les doigts, chaque fois qu’il transperçait un de ces masques, chaque fois qu’il sentait la victoire comme étant sienne… cette étrange extase le rendait si nostalgique, et si heureux, qu’il se mit à chercher ces monstres pour les abattre. Il continua ainsi pendant si longtemps, que l’homme blanc venait de plus en plus souvent hanter ses nuits.
Puis un jour, il comprit.
Il ne se souvint pas, non, c’était une autre forme de compréhension.

« Enfin ! Appelle-moi !
-  Hurle dans la nuit, Kitsujin ! »

C’était Kitsujin, et en même temps, ce n’était pas lui. Il était incapable de l’expliquer, c’était juste ce qu’il ressentait.

« Je vais t’aider. »

Il ne se souvint pas vraiment de ce combat. Il se souvint de l’après-bataille, ce moment où il marchait sans but dans les rues, avant de croiser son reflet dans une vitre. Le blanc de ses yeux était noir comme les ténèbres, et son visage était caché derrière un de ces masques blancs. Il posa les doigts dessus, et il sentit qu’il pouvait l’ôter. Il le détacha prudemment, pour le voir. Ses yeux ne changeaient pas de couleur.

« C’est aussi Kitsujin. C’est aussi moi.
- Non… non je ne suis pas un de ces monstres !
- Regarde-moi, Kahei. Suis-je un monstre ?
- Byakuren. Le lotus blanc, la pureté absolue. C’est toi ?
- Non. Je suis Kitsujin. Ton pouvoir. Ton monstre. »

Il releva les yeux vers son reflet, mais il était alors au même endroit que dans ses rêves. Il pouvait voir l’homme blanc, et ils se dévisageaient.

« Je ne suis pas de ces pouvoirs qui veulent le dessus sur leur Maitre. »

Kahei ne disait rien, il le regardait seulement.

« Tu tiens le sabre. Je goute seulement le sang de tes ennemis, Kahei. Tant que tu vis, tant que tu existes, tant que tu te bats, je suis heureux.
- Kitsujin…
- Mais si tu te laisses mourir. Si tu désespères. Si tu perds l’envie de vivre… je te vaincrais, et tu m’appartiendras ! »

Il se sentit alors comme éjecté de sa propre vie, de sa propre pensée, juste l’espace d’un instant. Il se retourna sur lui-même, et vit l’image d’un homme qu’il ne connaissait pas. Celui-ci était tout de noir vêtu, et n’avait pas de visage.

« Celui-là n’est qu’un échec, débarrassez-vous en. »

Alors il se souvint de la douleur, et juste de la douleur. Il se réveilla en sursaut, posté tout en haut d’un toit, à observer les nuages qui avaient fait disparaitre le jour, humant l’odeur du vent qui chassait ces malotrus.
Kahei avait toujours été, depuis le plus lointain de ses souvenirs, un corps humain régit par l’instinct. L’instinct qui lui disait comment vivre.

La douleur, la douleur encore, il la connut le jour où il pourfendit un énième Hollow. Sa lame s’enfonça dans son corps, traversa la chair, trancha son masque. A cet instant, il sentit la souffrance. Une sorte de tentacule semblable à un harpon s’était logée dans son abdomen, et traversait son corps de l’arrière à l’avant, attirant le pauvre Kahei avec lui. Il entendit dans son dos s’ouvrir d’immenses portes, et il vit une chose immonde se saisir du Hollow, et l’entrainer avec lui dans les ténèbres. Ce qui s’était planté l’entraina avec lui, et lorsque les portes se refermèrent, il était du mauvais côté.

D’abord, il y eut les ténèbres. Le sang recouvrait plus de la moitié de son corps, et emplissait sa bouche, alors qu’il se trainait sur une surface plane et terne. Il voyait et entendait la souffrance, mais son corps n’était pas capable de mouvement. Le monstre l’avait lâché, mais il était perdu dans cet endroit étouffant. Il sentait l’homme blanc de ses rêves comme s’il était tout proche de lui. Comme s’il chuchotait à son oreille. Après un temps interminable, il fut capable de se trainer sur quelques mètres, laissant derrière lui une trainée de sang.

« Kahei, bouge ! Bouge ! BOUGE ! »

L’homme blanc hurlait dans sa tête, et son reatsu montait doucement alors qu’il sentait qu’il perdait le contrôle. Il continuait de ramper, et peu à peu ses yeux changeaient de couleur, et le masque blanc recouvrait son visage. Il releva la tête face à un étranger, spectateur dans son propre corps.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Ça s’est perdu… »

Il sentit son corps lutter de toutes ses forces pour se relever, bouger, mais il ne leva que son poignet, et toucha l’homme du bout de son sabre. A cet instant, il sentit son masque se briser de lui-même, et se retirer tout au fond de lui. Pas plus d’une seconde plus tard, il sentit une lame transpercer sa nuque et il mourut instantanément.

« Ah, c’est un petit nouveau ça…
- Kitsujin… ? »

C’était un inconnu. Kahei trouvait cela étrange d’être encore vivant. Il se tournait et retournait pour vérifier si tout se passait bien pour lui. Il sentit ses doigts étranges, et il les observa, recouverts d’une sorte de peau blanche… il se tâta de partout, et le constat fut le même pour les étranges stigmates dans son dos, et sur ses avant-bras. Il avait changé.

« Eh gamin ! »

L’inconnu se leva brusquement, et l’attaqua. Il roula sur lui-même, bondit, glissa, dégaina Kitsujin, para, frappa, bondit encore, et trancha dans le vif.
Ainsi commença son séjour dans les Enfers.

Il était absolument incapable de savoir combien de temps s’était écoulé depuis qu’il y était. Combat après combat, mort après mort, résurrection après résurrection, il était devenu plus fort. Après toutes ces années, il avait rattrapé son retard de connaissances, sur les Hollows, les Arrancars, les Shinigamis, le Hueco Mundo, la Soul Society. Il avait appris les mots qu’il devait mettre sur ce qu’il avait toujours fait par instinct, et parfois, il devait réapprendre à marcher et à courir comme s’il était un bambin. Il pouvait toujours sentir Kitsujin, et son Hollow. C’était lui qui tenait la barre, car il s’était retiré au dernier moment, avant qu’il ne perde la vie dans les Enfers. Son Hollow n’était pas un conquérant, il préférait observer à travers ses yeux et n’avait guère envie d’éprouver ce qu’il vivait. Il avait décidé de disparaitre en lui, et faisait désormais simplement partie de son être, de son pouvoir. Une ou deux centaine(s) d’années avaient été nécessaire pour qu’il atteigne une des plus hautes strates de puissance, mais il préférait tout simplement se cacher, vivre dissimulé, ne pas attirer l’attention et continuer son chemin dans son coin.
Mort après mort.
Vie après vie.

La seule chose qu’il cherche maintenant, c’est de trouver une raison à sa vie. Pourquoi vivait-il ici ? Dans quel but ? Pourquoi avait-il perdu la mémoire ? Pourquoi devait-il encore se battre ? Dans quel but ? Quel était le sens de tout ça ? Et Kitsujin continuait à l’accompagner.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 05/02/2015
MessageSujet: Re: Kahei Byakuren   Mer 25 Fév - 1:07

Personnage validé niveau 57, Prince des Enfers, si cela te convient ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Kahei Byakuren
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'union fait la force (PV Seki Zennosuke, Kahei et Kazuo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Hell on Earth :: 
Vos Personnages
 :: Fiches de Présentations :: Présentations Validées
-