Forum RPG sur le manga Bleach
 
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Sal Atra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Sal Atra    Mar 24 Fév - 19:02

Sal Atra

|| Âge : 867 ans || Sexe : Masculin || Race : Pécheur || Allégeance : Enfer ||

image

Il y a tant à dire sur Sal qu'il serait difficile de savoir par quoi commencer. De par sa nature de Pécheur, ce dernier possède les entraves enchaînant ses poignets et ses chevilles, reliées aux Chaînes de l'Enfer, le rappelant toujours à sa condition de prisonnier de ce monde infernale. Toutefois, ces dernières n'ont pas ralenti sa croissance, s'adaptant à ses changements morphologique jusqu'à sa taille adulte. Ainsi, Sal Atra mesure environ 1m80, possédant la carrure qui va avec bien évidemment. Large d'épaule, avec un torse puissant et une ceinture abdominale correspondante, notre Pécheur n'en reste pas moins d'une souplesse de félin, tel une panthère à l’affût.

Si l'on dis que les Chaînes n'ont pas gêné sa croissance, ce n'est pas simplement parce qu'il est entré aux Enfers dans son enfance. Non, Sal Atra est né là-bas. D'un père et d'une mère Pécheur, de ce premier il obtint sa carrure imposante, ses oreilles en pointes et des yeux d'un noir d'outre-tombe. De sa mère, il obtint une chevelure rouge comme le feu et son agilité de chat. Mais les Enfers ne sont pas tendre, même avec un enfant. Presque instantanément agressé par l'atmosphère novice, ce fut probablement l'expérience la plus agréable qu'il ait vécu de sa vie. Les incessantes attaques contre sa personne le laissèrent couvert de cicatrices, épargnant presque par miracle son visage.

Ainsi, de son visage encore immaculé de cicatrices, l'on peut voir de fins sourcils, graves, surmontant de yeux tout aussi sombre qui semblent simplement le reflet de l'Enfer, bien que ce puisse être logique, étant donné qu'ils n'avaient jamais rien vu d'autres. Un nez fin et droit, sévère, surplombe des lèvres tout aussi fine, mais non pas dénuées de vie pour autant, affichant des sourires carnassiers, le plus souvent au milieu des combats, sarcastiques ou encore dubitatifs, mais rarement de joies. Pour entourer son visage, une longue toison rouge sombre, comme teintée de sang, que Sal aime à attacher par moment, en une simple queue de cheval, parfois en une natte, complexe ou simple, lorsqu'il ne les laisse pas voler au vent.

Les marques laissées par une vie en Enfer sont toutefois plus que visible sur son corps. Qu'il s'agisse de son corps, de ses bras, de ses jambes, les coups d'épées, de dents, les marques laissées par la poigne des Kushanada restent gravées au fur et à mesure. Recouvert de cicatrices, il n'en laisse aucune voir le jour, non pas qu'il en ait honte, les dissimulant sous des couches de vêtements. Tout d'abord une tunique blanche à manche longue, près du corps, couvrant de son cou à ses poignets, remontant en un élégant triangle de tissu sur le dessus de sa main. Un pantalon a pince simple, noir, couvre les cicatrices de ses jambes alors que d'épaisses bottes cintrées enserre ses pieds, remontant à mi-tibia pour lui assurer une meilleure protection et adhérence au sol.  Pour sa propre protection, et aussi par souci d'esthétique, Sal porte également une armure partielle, couvrant son torse, le haut de ses jambes et ses épaules, dans une matière semblable à un cuir marron aux reflets rougeâtre, retenu à la taille par une ample ceinture en tissu vert sombre.

Lorsqu'il sort des Enfers sa chaîne de restriction apparaît aussitôt, enserrant son bras droit de l'épaule au poignet. Mais qu'il soit à l'intérieur ou à l'extérieur, notre Pécheur aime à porter la longue cape pourpre caractéristique des siens.

image

Que peut-on réellement attendre d'une personne qui est née et a vécue toute sa vie dans un Enfer, au sens biblique du terme ? Sûrement pas de faire preuve de pitié, de gentillesse et de générosité. Dans un monde où le plus fort gagne, le plus faible se fait écraser et meurt, pour un enfant, y vivre nécessite d'aiguiser son corps et son esprit pour être plus tranchant qu'une lame de rasoir. Ainsi, Sal est presque hermétique à la beauté telle que l'on la conçoit chez les Humains et les Shinigamis, n'ayant connu que la douleur et la peur dans ses plus jeunes années. Il n'est toutefois pas insensible, bien sûr, et tiens à sa mère, comme n'importe quel enfant ou presque, et déteste son père au point de la voir tuer plus d'une fois de ses propres mains avant de détruire définitivement toutes envies combatives chez lui, le laissant comme une âme errante dans les Enfers.

Mais comparé à ses compagnons, luttant sans relâche pour leur liberté, Sal est l'un des rares à considérer les Enfers comme sa maison, étant né et élevé dans cet endroit, n'en ayant connu aucun autre, il a rapidement à appris à accepter le cycle de mort et de résurrection comme faisant parti de lui, n'en éprouvant pas plus de rancœur envers les Kushanara qu'envers les autres lorsque, pris dans un élan de folie, ils s'en prennent à lui. Toutefois, s'il ne leur retient aucune rancune, Sal n'est pas non plus du genre à éprouver de la sympathie envers eux. Au mieux, il les tolérera sans animosité, au pire, il se contentera de les abattre. Habituer aux tueries et aux combats, il n'éprouve aucune gène à administrer la mort à ceux qui, selon lui, la mérite ou la cherche.  

Sans aller jusqu'à dire que c'est un bagarreur dans l'âme, Sal n'en reste pas moins un combattant aguerri qui refuse rarement un combat, si celui-ci peut s'avérer être un défi intéressant. Son plus grand challenge, celui qu'il n'a encore jamais réussi à relever, reste les Kushanara, sa plus grande déception, aussi lui paraîtra-t-il logique de lancer soudainement un combat contre un adversaire qui lui paraîtra fort, comme il l'aurait fait dans les Enfers, par mimétisme des autres Pécheurs s'en prenant aux Kushanara. Quoi de plus normal, pour un enfant qui a vécu au milieu des combats, de la violence, de la mort et de la torture tous les jours de sa vie, que de rechercher la violence et l'affrontement après tout ?

A cause de cela, il y a peu de choses que Sal aime ou n'aime pas. Il n'a encore jamais eu l'occasion de goûter de la nourriture, de se promener dans les montagnes, d'admirer un coucher de soleil. De même que pour les jeux divers, la lecture ou autre, ce sont là des plaisirs et déplaisirs qui lui sont inconnus. Toutefois, il existe une et unique personne qui attire toute son attention : sa propre mère, n'ayant connu qu'elle et étant donné tout ce qu'elle avait fait pour elle, c'était l'être le plus précieux qu'il ait et il ne respectera jamais personne plus qu'elle.

 « D'aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours été là. Probablement parce que c'est le cas d'ailleurs. Il y avait toujours cette odeur étrange que j'ai eu tant de mal à identifier jusqu'à ce que la vérité me frappe en plein visage, pour ainsi dire littéralement. Quel age est-ce que j'avais déjà ? Probablement pas plus de 6 ou 7ans...  Mais peut-être serait-il mieux de commencer par le le tout début.

Je suis né dans un endroit bizarre, d'un père et d'une mère bizarre. Cela sentait vraiment mauvais là-bas et je n'ai aucun souvenir de mon géniteur. Quant à elle, je ne l'ai jamais entendu parler de lui et je n'ai jamais vraiment eu de questions après tout. Dans ce monde, il n'y avait aucun intérêt à chercher une quelconque vérité, la seule chose à faire était de survivre. Les Kushanara ne sont pas les seuls menace des Enfers, la plupart des résidents y sont pour une très bonne raison ; meurtres, viols et autres réjouissances du même genre semblaient chose commune ici bas. Lorsque je fus en âge de le comprendre, ce fut même la première chose que ma mère pris la peine de m'apprendre. Les Kushanara n'étaient pas ce dont il fallait s'inquiéter. Après tout, j'étais un Pécheur qui n'avait commis aucun Péché, comment devait-il me traiter ? Étais-je voué à la torture éternel et la souffrance infini également ou non ? C'était probablement la raison pour laquelle, ces premières années, ma mère et moi fûmes tranquille, hormis de la folie des autres résidents.

D'après ma mère, les Enfers ne font aucune différence entre ceux qui ont péchés et ceux qui sont restés purs. Si l'on y est, on y reste. D'après elle, le fait que mes chaînes soient apparues peu après ma naissance en était la preuve, ils n'allaient pas me laissait partir aussi facilement. Je n'ai jamais bien compris pourquoi les gens voulaient tant sortir de là. Mais c'était peut-être simplement parce que j'y suis né, n'ayant connu rien d'autre, je n'ai jamais pensé un instant qu'il puisse y avoir quelque chose de bien ou de mal dans l'endroit où nous vivons. Mais là encore, peut-être n'était-ce qu'une ruse de ma mère. Ceux qui ne combattent pas risque moins de se faire dévorer, si je fuyais les Kushanara, je n'aurais pas à souffrir de la mort et de la résurrection constante. Probablement était-ce là son plan d'origine ou peut-être ne voulait-elle simplement pas perdre son enfant.

Maintenant que j'y pense, je n'ai jamais demandé à ma mère pourquoi elle se trouvait là, mais ça ne m'intéressait pas réellement. Qui a envie de connaître les fautes de ses parents après tout ? Elle s'était toujours occupée de moi du mieux qu'elle pouvait dans un environnement aussi hostile, je n'avais aucune raison de douter d'elle. C'était une belle femme, avec des traits fins, volontaires, et un caractère épouvantable, selon les autres. Il serait faux de dire qu'elle était douce, calme et aimante tout ce temps, surtout après avoir passé plusieurs centaines d'années en Enfer, bien sûr,  mais jamais elle n'a levé la main sur moi en dehors de nos séances d'entraînements. Les rares fois où elle se mettait réellement en colère, c'était lorsqu'elle me voyait faire n'importe quoi, partir en combat face aux Gardiens ou chercher des noises à des guerriers plus forts que moi.

Ha ! Je ne peux pas m'empêcher d'en rire à chaque fois que j'y pense. Combien de fois est-ce que je me suis réveillé et ai dû ramper en dehors de ces fichus volcans après avoir insulter un type qui faisait deux fois ma taille ?! J'ai rapidement arrêté le compte ! Mais après tout, comme pouvais-je seulement penser à affronter les gigantesques Kushanara si j'étais incapable de vaincre un Pécheur simplement parce qu'il était plus grand que moi ? Ha, pas étonnant que ma mère se soit fait des cheveux blancs aussi rapidement avec un gosse comme moi ! Faut dire aussi, à voir tous ces Pécheurs foncer droit contre les Kushanara dès leurs apparitions pour les abattre et foncer vers la grande porte... Aucun n'a jamais réussi je crois bien. Dire qu'elle a décidé de m'entraîner à survivre, j'avais à peine 5ans ! Mais quelle guerrière c'était ! Je suis sûr que même maintenant je serais bien incapable de gagner contre elle... N'empêche qu'elle m'en a voulu de ne pas être d'un rang plus élevé ! J'ai bien cru que j'allais me faire fesser comme quand j'étais gamin le jour où ma Chaîne de Restriction est apparue ! Non, mais franchement, vous imaginez ça ! En même temps, un Seigneur qui réprimande un de ses sous-fifres, ce n'est pas si étonnant quand on y pense.

Toujours est-il qu'à 5 ans, donc, elle a commencé à vouloir m'apprendre à me battre. Quitte à chercher la merde, autant savoir l'enlever, comme elle disait. Tous les jours, elle me faisait courir dans Malebolge, de long en large jusqu'à ce que je sois capable de parcourir entièrement le premier cercle sans m'arrêter, si bien que je connais tous les chemins par cœur maintenant ! Et si jamais j'avais le malheur de tomber de fatigue, et vas-y qu'elle me faisait faire des pompes et des abdos pour me punir !  Quand elle en a eu fini avec la course à pied, ce fut au tour de la natation ! Crous-l ou non, mais elle m'a balancé du haut de Malebolge jusque dans le cimetière en-dessous, direct dans l'eau ! J'avais jamais nagé avant et elle m'a appris à la dure. Mais jamais, elle n'a été méchante pour autant. Elle me laissait dormir lorsque j'en avais besoin, elle me laissait me reposer lorsque je me blessais et pas une seule fois elle ne m'en a voulu de pleurer sous l'effort.

Lorsqu'elle a décidé que c'était suffisant... Alors elle m'a fait courir toute la matinée et nager toute l'après-midi ! Parfois on alternait les deux, ça dépendait des jours.. c'était dur, mais j'aimais bien. C'était notre temps à nous deux... Non pas qu'on soit très occupé en temps normal, à part fuir les Gardiens ou les autres Pécheurs, il n'y a pas beaucoup de choses à faire en Enfer. Toujours est-il que la plupart du temps, on se retrouvait rien que tous les deux. Cela nous a pris quoi … deux ou trois ans peut-être, avant qu'elle se décide que j'étais prêt pour la suite ? Elle m'a fait nagé jusqu'au fond du Cimetière pour aller aux Lacs de Soufre. Et tout du long, elle m'a même fait aller jusqu'aux volcans, pour m'entraîner à me battre. Bon, je dois avouer, au début, je comprenais pas bien l'utilité, mais essaie d'imaginer David, sans son lance-pierre, en plein milieu d'un volcan, face à Goliath ! C'est le même principe, il règne une chaleur d'enfer, sans mauvais jeu de mot, et je me retrouve face à une des meilleurs combattantes des Enfers en face de moi, et elle a pas eu l'intention de me faire de cadeau...

Tiens regarde un peu, la plupart des cicatrices que tu vois là, c'est elle qui me les a fait. C'est probablement le truc le plus pratique là-bas, c'est que tu peux t'entraîner en combat réel tout le temps, tu te feras ressusciter en attendant un peu. C'est pour ça qu'elle m'avait traîné là-bas, ça évitait des allers-retours inutiles en rajoutant un challenge supplémentaire, fallait quand même supporter la température. Toujours est-il que sans même m'en rendre compte, en plus de me renforcer physiquement, mon Reiatsu avait presque explosé tellement j'étais devenu fort. Bon, fort par rapport au gamin que j'étais, hein. Ma mère pense que c'est également dû à plusieurs facteurs. Déjà, selon elle, mon père était un ancien Hollow et elle-même était puissante, du coup j'ai hérité des deux côtés... Et rien que le fait de rester en Enfer est un entraînement en soit. Tous les jours, si on peut appeler ça des jours, elle me faisait me lever en même temps qu'elle, me faisait courir une matinée entière et se lancer à ma poursuite avec ses lames.

Ha ces fichus lames … Elles aussi je les connais bien, je les ai souvent vu de près, un peu trop même. Tout du moins jusqu'à ce que je développe mes propres capacités, là j'ai pu commencer à riposter un peu ! C'est pas facile de frapper sa cible quand elle te balance des boules de feu dans la tête à tout bout de champ. Là encore, ma mère avait sa p'tite théorie. Mon père aurait été une sorte de salamandre avant de finir ici et j'aurais hérité de son pouvoir à lui. Du coup, elle s'est dis que j'avais peut-être hérité du sien par la même occasion, une sorte de mix des deux. Crois-le ou non, après m'avoir découpé en tranche pendant dix ans, elle a passé les dix ans restant à me faire trimer pour que j'exprime une quelconque forme de pouvoir ressemblant au sien.

Mine de rien, c'est probablement grâce à ça que j'ai pu  avancer autant. Tu te rends compte qu'en à peine plus de vingt ans, j'ai gagné suffisamment de pouvoir pour blesser un Kushanara ? Combien peuvent se vanter d'en avoir fait autant en autant de temps ? Bon c'était pas grand chose non plus, juste un doigt, mais couper un doigt à un Gardien, ça en jette, surtout pour quelqu'un d'aussi jeune ! Et ça ne s'est pas fini là. C'était mon premier fait d'armes, donc forcément, ma mère m'a laissé tranquille pendant un moment, on ne s'entraînait que quand on n'avait rien d'autres à faire... Même si elle n'en montrait rien, je suis quasiment sûr qu'au fond, me voir réussir si tôt lui laisser espérer avoir une chance de s'en sortir. Même elle avait cette envie étrange de quitter les Enfers, je me suis toujours demandé si le monde à l'extérieur était si intéressant, s'il valait autant le coup que cela... Si je pouvais trancher un Kushanara, alors je pourrais en vaincre un, au moins un jour et, qui sait, peut-être même briser les Chaînes, pas vrai ? »


Se redressant, Sal s'étira un peu, son interlocuteur ne bougeait pas, semblant écouter avec attention, bien que ce ne devait probablement pas être le cas.

« Et 800ans plus tard, environ, je me retrouve là. J'ai toujours pas réussi à éliminer définitivement un Kushanara, c'est pas faute d'avoir essayé pourtant ! Ho ça, ils ont pris cher les bougres, je me suis pas fait dévorer depuis des années et j'ai parfois même l'impression qu'ils m'évitent ! C'est des foutaises bien sûr, comme s'ils pouvaient avoir peur d'un Pécheur, c'est juste qu'ils vont s'attaquer aux proies faciles d'abord. Ils sont loin d'être stupide, pas comme la plupart des résidents des Enfers.

Toujours est-il que je me suis réveillé un matin à cause d'une sensation de brûlure sur tout mon bras droit et sorti de nulle part, une chaîne ! Encore une, c'est pas comme si les autres étaient pas suffisantes pourtant! Mais elle n'était pas pareil, la couleur déjà était différente, mais surtout elle n'était liée à rien en particulier... Le message est passé juste après, comme quoi on attendait de nous qu'on aille sur Terre et qu'on récupère toutes les âmes qui traînent pour les envoyer ici. Je suis pas contre sur le principe, c'est pas comme si j'en avais quelque chose à faire des autres de toutes façon.... Tss, je ne comprends toujours pas comment j'ai pu être surpris d'apprendre que ma mère avait obtenu une Chaîne d'Or ! Une femme comme elle ne pouvait qu'être Seigneur après tout... C'est pour ça que t'es là d'ailleurs... »


Se penchant vers son interlocuteur, Sal attrapa le manche du sabre qui transperçait le pauvre homme, le maintenant contre le mur, comme un insecte épinglé.

«T'aurais pu te moquer de n'importe qui d'autres que ça ne m'aurait posé aucun problème. Mais jamais je ne tolérerai que l'on insulte ma mère, compris ? Ni toi, ni personne, jamais. »

Les flammes embrasèrent alors le corps sans vie, depuis probablement le tout début, le réduisant en cendre sans un cri et sans un bruit autre que le crépitement caractéristique du feu. Alors seulement, le Pécheur retira son sabre du mur, dématérialisant ce dernier avant de se tourner vers les Portes, toujours fermées.

« Bien, elles ne devraient pas tarder à s'ouvrir, n'est-ce pas ? »

S'adressant à tous les autres, il n'attendait pas la moindre réponse pour autant. Si sa mère tenait à sortir de là, alors il n'aurait qu'à capturer suffisamment d'âme pour elle et lui offre ce privilège, les Instances feraient peut-être ce petit cadeau à celui ou celle qui aurait rapporté le plus, une fois tout terminé.

Et Vous ?

|| Pseudo ? || Âge ? || Code ? || Avis ? |
Revenir en haut Aller en bas
Fullbringer
avatar
Messages : 129
Date d'inscription : 05/02/2015

Feuille de personnage
Niveau: 15
Expérience:
0/4000  (0/4000)
Spécialité: Kidô
MessageSujet: Re: Sal Atra    Ven 27 Fév - 2:31

Présentation validée niveau 55 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-hell.forumactif.com
 
Sal Atra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SORTIE] Le Labyrinthe d'Urgoz [Reporté]
» Lazare Atra
» Formation de Wird
» Le rejeton d'Atra [Quête Argent, /w Alinae]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Hell on Earth :: 
Zone Flood
 :: Archive des Fiches :: Archives des Présentations
-