Forum RPG sur le manga Bleach
 
Derniers sujets

Partagez | 
 

 [ Flashback ] I'm Alive ? [ Stivell ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
HFC - Sevens
avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 26/05/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau: 60
Expérience:
0/15250  (0/15250)
Spécialité: Hohô
MessageSujet: [ Flashback ] I'm Alive ? [ Stivell ]   Sam 24 Sep - 23:19

I live !
Feat. Alain Stivell

Son coeur semblait rater des battements. Il ouvrit les yeux en sursautant. La douleur était présente. Elle parcourait son corps ankylosé. Il laissa échapper un gémissement plaintif, fronça les sourcils, inspira autant d'air que possible. Où était-il ? Il parcourut des yeux ce qui l'entourait. Pitoyable. Une structure en béton le surplombait, et il reposait sur un matelas peu confortable. Il paniquait. Il n'était pas pourtant du genre à perdre son sang froid, mais ses derniers souvenirs étaient faits de flammes et de sang, et il ignorait totalement ce qui s'était passé ensuite. Il bougea les doigts à la recherche de son poignard, pour se rassurer. Il le sentait, là, tout près de lui. Il finit par refermer les doigts sur le manche et soupira de soulagement. Bon. Il était vivant. C'était déjà pas mal.

Les évènements lui revenaient en mémoire. Il avait affronté un psychopathe pyromane qui avait cramé la moitié du quartier, et il ne se souvenait pas vraiment d'être sorti vainqueur. Il tâta la couverture qui le recouvrait en grimaçant. Il avait du mal à remuer. Son dos le brûlait encore, et surtout, il ne ressentait rien. C'était hautement perturbant. Voir à quel point il s'était habitué à vivre en s'acclimatant au fait de sentir la pression spirituelle autour de lui était assez étonnant. Voir à quel point il se sentait mal et perdu dès qu'il perdait cette capacité était, au contraire, effrayant. La furie rousse était fort heureusement absente et... eh bah tant mieux. Il tira sur la couverture pour vérifier son état, mais cela lui arracha un nouveau sifflement de douleur. Ok. On abandonnait l'idée.

Il ferma les yeux, puis les rouvrit une fois calmé. Ses doigts n'avaient pas lâché son poignard. Il pouvait presque sentir le pouvoir de Greed entre ses doigts. Enfin, non, ce n'était sûrement qu'une vue de l'esprit, son cerveau stupide qui essayait désespérément de le rassurer. S'il ne sentait rien, il ne sentait pas son pouvoir non plus. Il soupira.

« What a motherfucker... » murmura-t-il dans sa barbe.

C'était vrai quoi. Il s'en était sorti de justesse, parce que ce type était pas foutu de cramer proprement d'autres gens que lui. Bien sûr que c'était sa faute, et qu'il avait manqué de prudence... mais bon sang ! Il était épuisé. Sa tête tournait, et il avait l'impression d'avoir perdu plus de sang qu'il n'en avait à la base. Sans compter le fait que sa synchronisation devait être ridicule. Il voulut chercher son téléphone et vérifier son dispositif, mais il était incapable de se redresser seul. Alors il ferma les yeux à nouveau.

Il les rouvrit en sursaut quand il y eut, tout à coup, du mouvement près de lui. Il tourna la tête en ayant un mouvement instinctif de recul.

« Qui est... ? » commença-t-il dans un japonais approximatif.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Traitres Quincy
avatar
Messages : 17
Date d'inscription : 18/08/2015
Age : 25
Localisation : Karakura

Feuille de personnage
Niveau: 72
Expérience:
0/18250  (0/18250)
Spécialité: Kidô
MessageSujet: Re: [ Flashback ] I'm Alive ? [ Stivell ]   Dim 25 Sep - 22:30


Quincy. Un mot qui ne voulait rien dire dans la société moderne humaine et que même si l’idée saugrenu de l’écrire sur un CV pouvait lui prendre, cela ne lui servirait à rien. Alain ne savait rien faire, perdu dans un pays qu’il ne connaissait que peu. Le pauvre maniait à peine le japonais, juste de quoi se présenter et encore, et n’avait même pas d’argent. Alors le voilà qui avait dû élire domicile sous un pont comme un simple SDF, les vêtements de plus en plus rapiécés, lui qui venait pourtant d’une noble famille. Si ils savaient cela… Que pouvaient ils en savoir de toute façon ? Les Stivell avaient perdus les deux tiers de leurs enfants, il ne restait plus que lui… Du moins ce qu’il restait de lui, de ce qu’il avait été… avant tout cela… Yuukan était à ses côtés, fidèle compagnon de route et de désespoir. Au moins un qui ne le jugerait pas, qui ne le regarderait pas comme un vagabond, un traître, une menace à éliminer. Dire qu’il en était venu à voler dans les magasins pour survivre, passant si vite qu’un œil humain ne pourrait le voir. Ridicule.

Plongé dans ses pensées, grignotant un bout de chocolat, le Quincy releva la tête quand la pression spirituelle augmenta soudain dans un quartier de la ville. Ça se battait encore visiblement… Et cela se dispersa… Néanmoins Alain sortit de sa planque, laissant Yuukan sur place et partit voir de quoi il retournait. Avant d’arriver sur les lieux, il vit de la fumée au loin qui n’augurait rien de bon, il accéléré et vit des flammes embrasant ci et là quelques immeubles, l’odeur de chair brulée lui monta à la gorge. Le jeune homme nauséeux envisagea de faire demi-tour devant les corps calcinés mais peut être que quelque part quelqu’un était en vie et avait besoin d’aide. Il tâcha de se ressaisir et parcouru prudemment les lieux.

Apparemment tout le monde était mort… Non, ce corps venait il de bouger légèrement, de respirer ? Alain s’approcha de ce qui se révélait un autre jeune homme inconscient, inconscient mais vivant, un poignard à la main. Il mourrait néanmoins si rien n’était fait. Ne pouvant se résoudre à laisser quelqu’un mourir ainsi alors qu’il avait le pouvoir de le soigner, il s'approcha. Avant de le déplacer, Alain préféra le soigner, au moins les côtes qu’il diagnostiqua comme cassée, pour ne pas aggraver son cas, toussant un peu à cause de la fumée. Quelques fils de lumières bleutés s’entremêlèrent, allant guérir les blessures. Néanmoins il n’avait pas le temps de s’attarder, aussi soigna-t-il son dos ensuite un minimum pour pouvoir le porter et ramassa le poignard auquel l’individu semblait précieusement tenir.

Ceci fait, Alain le pris dans ses bras afin de le transporter de hirenkyaku en hirenkyaku, jusqu’à sa planque, puis il le déposa doucement sur un matelas usé. Il s’assura que Yukaan n’était pas partit, mais non, le jeune furet faisait la sieste tranquillement et le Quincy posa le poignard dans un carton. Un bredouillement en japonais lui fit tourner la tête, il s’approcha de nouveau du patient qui avait les yeux ouverts, s’agenouilla à ses côtés et préféra utiliser l’anglais pour le rassurer d’une voix douce :

- Du calme, du calme, je n’ai pas fini de te soigner. Tu as mal ?


Surement puisque certaines blessures n’étaient pas encore traitées. Alain posa ses yeux bleus fatigués sur lui puis lui pris doucement le poignet et se concentra afin de faire agir le frieden, un apaisement de la souffrance avant de continuer de faire appel à son reiatsu pour accélérer sa régénération. Après tout, qui lui en voudrait de révéler ses pouvoirs à un humain ? Il avait prévu de le re-déposer ailleurs, et le patient croirait surement à une hallucination dû à la douleur.

_________________

Venez me chercher...

Fragile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HFC - Sevens
avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 26/05/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau: 60
Expérience:
0/15250  (0/15250)
Spécialité: Hohô
MessageSujet: Re: [ Flashback ] I'm Alive ? [ Stivell ]   Lun 26 Sep - 16:21

I live !
Feat. Alain Stivell


« Du calme, du calme, je n’ai pas fini de te soigner. Tu as mal ? » s'éleva une voix, en anglais.

Il plissa les yeux, suspicieux. C'était une voix complètement inconnue, et quand la forme humaine - qui possédait cette voix - émergea à son tour, il ne put que rester silencieux. Il avait l'étrange impression d'être face à un membre de sa famille : la même peau pâle, les mêmes cheveux gris-blancs étranges. Seuls leurs yeux étaient là pour marquer la différence : bleus pour l'inconnu, verts pour lui. Son bleu tirant sur le vert et son propre vert, sur le bleu.. s'ils n'avaient pas été de parfaits inconnus, ils auraient très bien pu être jumeaux. Enfin... Vladimir pensait cela, tout simplement parce qu'il ne s'était pas encore levé. L'autre type devait bien faire une tête et demi de plus que lui. La nature est vraiment mal foutue.

Il dégluttit difficilement, encore trop sous le choc de son combat, et de cette rencontre improbable. Il baissa les yeux sur la main qui tenait son poignet, et frissonna. Il y avait là quelque chose de louche. Qui était ce putain de type ? Il ne ressentait plus rien. Quelle horreur ! Il toussa, et nota qu'il crachait du sang. Ah. Ca, ça puait carrément. La dernière fois qu'il avait fait un rejet, il avait dû garder le lit pendant deux semaines au moins... Il remua frénétiquement les doigts en tâtant ses poches maladroitement.

« Mon... téléphone. Donne le moi. NOW. » Il s'énervait.

Ce n'était pourtant pas la faute de cet inconnu, mais il paniquait, et il laissait échapper son aggressivité naturelle. L'autre batailla une éternité - il lui semblait - avant de lui mettre, ENFIN, entre les doigts, son téléphone. Il était parfaitement intact. Le matériel d'Human Future Corp. ha ! Ca, c'était pas de la camelotte... L'écran affichait péniblement sa synchronisation, et elle était pitoyable. On dépassait pas les 10% : c'était carrément dangereux. Néanmoins, le chiffre, qui oscillait entre 8% et 12% à chaque respiration, semblait se stabiliser à chaque fois que l'inconnu faisait... un truc. Impossible de savoir ce qu'il fabriquait. Il jeta un oeil discrêt au capteur de l'écran et étouffa un grognement.
Génial. Ce type était un Quincy. Et il était plus puissant que lui, pour courronner le tout ! Magnifique. Il était en veine. Quand est-ce qu'on allait célébrer ses obsèques ? Au moins, il était tombé sur un Quincy qui parlait anglais. Cela allait lui épargner de batailler avec cette langue asiatique de barbare qu'il s'efforçait de baragouiner dans cette ville ignoble.

« Je sais pas ce que tu fous, Quincy, mais surtout ne t'arrêtes pas. »

Il soupira de soulagement en voyant sa synchronisation arrêter de faire des montagnes russes. Au moins, elle était stable. Elle était ridiculement faible. Mais stable. Un liquide chaud coulait sur ses lèvres. BORDEL. Il saignait du nez. Et il se sentait complètement faible. Incapable de bouger. Il fallait qu'il appelle le Patron. Qu'on vienne le sortir de là et qu'on annule cette mission bordélique et merdique à souhait. Il préférait encore passer un mois en isolement pour insubbordination, mais par pitié, qu'on le sorte de là !

« T'es qui, au juste, toi ? » Il essuya son nez en tremblant, les doigts incapable de bouger selon son bon désir. Il étalait le sang plus qu'il ne l'essuyait. Ses jambes ne répondaient plus. Magnifique. « T'occupes pas d'mon nez, continue ça. » Il désigna vaguement la main du type.

Une migraine se pointait. Il commençait à respirer difficilement. C'était une bonne, grosse, journée de merde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Traitres Quincy
avatar
Messages : 17
Date d'inscription : 18/08/2015
Age : 25
Localisation : Karakura

Feuille de personnage
Niveau: 72
Expérience:
0/18250  (0/18250)
Spécialité: Kidô
MessageSujet: Re: [ Flashback ] I'm Alive ? [ Stivell ]   Lun 26 Sep - 19:33

« Je sais pas ce que tu fous, Quincy, mais surtout ne t'arrêtes pas. »

Alain lui avait pourtant rendu son téléphone, pensant que celui-ci appellerait sa famille mais ce n’était pas le cas. L’inconnu était assez… tendu apparemment, mais le plus surprenant était qu’il avait su nommer sa race. Le jeune s’arrêta de soigner un instant malgré les dires de l’autre blanchet – du moins ce qui était resté blanc car avec la poussière, la fumée et le sang ce n’était plus si évidemment –éberlué, affichant une tête surprise et un brin blessé. Etait-ce un de ces humains à pouvoir ? Possible puisqu’il tenait une arme. Sans doute que le combat l’avait tellement affaiblit qu’Alain ne s’en était même pas rendu compte. Il mit son agressivité sur le compte du choc et de la douleur, de toute façon dans cet état le Fullbringer n’était guère une menace pour lui.

Du sang se mit à présent à couler, Alain ne comprenait pas pourquoi. Pourtant il avait soigné, et continuait de le faire à nouveau. Que se passait-il ? Il n’allait quand même pas devoir passer en Vollstandig pour le guérir tout de même ? Le Quincy préfèrerait rester discret… Exposer ainsi son reiatsu le conduirait surement à des ennuis… N’étant pas obligé de le toucher pour soigner – cela avait surtout été pour apaiser la douleur et le rassurer, Alain s’écarta un peu, s’arrêtant, pour chercher un paquet de mouchoir – valait mieux pour lui d’en avoir toujours sous la main.

« T'es qui, au juste, toi ? T'occupes pas d'mon nez, continue ça. »

Même si l’humain avait dit de ne pas s’en préoccuper, ce n’était pas le jeune homme qui aurait de quoi lui prêter des vêtements vu sa condition. Et puis ils ne faisaient même pas la même taille. Alain ne savait pas quoi répondre à sa question. Ni quoi dire au sujet de son état de Quincy. Ses longs doigts finirent par se saisir d’un mouchoir, le faisant glissé du plastique, suivit de finalement deux autres vu le saignement, et il lui passa tout. Pensif, le Stivell répondit d’une voix triste, haussant les épaules :

- Je ne suis plus un Quincy.

C’était théoriquement impossible, mais cette formulation résumait bien ses problèmes. D’un point de vue légal, il n’était rien. Avait il ne serait-ce quelque pars un papier prouvant qu’il était français ? Rien n’était moins sûr. Chassant ce soucis de sa tête, Alain se remit à soigner, l’état de son interlocuteur était préoccupant, le soigneur savait déjà que le guérir totalement – du moins les brûlures, consolider un peu les côtes et replacer l’épaule – le fatiguerait. Pour ce qui était de la perte de sang… Le Quincy ne connaissait pas les répercutions qu’un pouvoir de Fullbringer poussé à bout pouvait avoir sur le corps de l’utilisateur – de plus il ignorait l’existence des Fullbringer artificiels. Alors il ferait de son mieux. Essayant toujours d’être doux et rassurant envers son patient, il demanda prévoyant tandis que les lueurs bleutées faisaient leur travail :

- As-tu des proches auxquels t’amener ? Tu as peut être soif ?

Lui avait un pack d’eau volée, disposé dans un carton avec une petite réserve de nourriture facile à cuisiner, une poêle et un réchaud à gaz monoplace de camping. Ses repas ce constituaient essentiellement de soupe avec des nouilles, de riz, de conserves et de shushi déjà prêt. Le grand luxe quand on pouvait voler n’importe quoi à l’insu de tout le monde. Ce disant que cette information serait utile, il déclara.

- Je m’appelle Alain.

Son nom n’était pas non plus important. Comme si en reniant sa race et sa famille, Alain pouvait n’être qu’un simple humain sans logis aux yeux des autres.

_________________

Venez me chercher...

Fragile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HFC - Sevens
avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 26/05/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau: 60
Expérience:
0/15250  (0/15250)
Spécialité: Hohô
MessageSujet: Re: [ Flashback ] I'm Alive ? [ Stivell ]   Mar 27 Sep - 11:44

I live !
Feat. Alain Stivell

Le Quincy faisait un truc bizarre. Il avait presque l'impression de sentir son reatsu, mais encore une fois... non, c'était impossible. Pas avec une synchronisation aussi dramatiquement basse. Le saignement continuait, malgré les soins. Il commençait à avoir chaud. De la fièvre peut être...

« Je ne suis plus un Quincy. »

Ah, il était comique celui-là. Vladimir pouvait dire, lui, je ne suis plus un humain mais celui-là, son reatsu ne mentait pas. Il était un Quincy à 100% ; son capteur était formel. C'était mignon, ce déni...

« As-tu des proches auxquels t’amener ? Tu as peut être soif ? Je m'appelle Alain.
- Vladimir. » sa gorge commençait à racler. Il avait mal partout.

Ah, putain. Merde. Fait chier. Saloperie de fils de pute de psychopathe de merde ! Pyromane de sa mère. Il allait le retrouver, ce type, et lui faire passer l'envie de s'égosiller encore ! Il allait tellement l'éteindre qu'il deviendrait une grosse flaque d'eau croupie ! Sa tête tournait. Sa colère n'améliorait pas vraiment son état de santé. Il toussait du sang sur le mouchoir tendu par l'autre. Pas très utile. Il allait continuer ainsi un moment, il le savait. Jusqu'à-ce qu'il perde connaissance, qu'il meure. Ou, par miracle, peut être que ce type était suffisamment doué pour le sortir de là. Il se souvint qu'il lui avait demandé s'il avait des proches. Il laissa échapper un rire douloureux, se rendant compte que sa respiration était complètement erratique. Ah... il était pas encore sorti d'affaire.

Néanmoins, il était assez heureux de pouvoir rester conscient. Sa vision était pleine de trous, elle passait du flou, au net, au flou, au net, donnant cette étrange vertige et impression que sa tête allait exploser. Ou qu'il allait vomir, au choix.

« T'arrêtes pas. » Il grogna vaguement en essayant d'articuler. « Parle. »

Il voulait rester conscient. Disparaitre maintenant dans les méandres de son subconscient ne lui apporterait que des cauchemars, d'une part, et d'autre part, il doutait de se réveiller vivant après un coup pareil. Ce type avait l'air de pas savoir du tout quoi faire, et lui-même n'était pas médecin. Ses consignes risquaient donc d'être aléatoires, et s'il perdait conscience, ce serait... bien pire.

« Appelle le Patron. Si je meurs. Ca le fera chier, ce fils de pute. Perdre son petit Vladimir... » Il tapota l'écran du téléphone. « Je vais pas... crever ici, putain ! »

Sa voix se perdait. Il releva les yeux pour essayer de capter un peu l'atmosphère, mais ça brillait dans tous les sens et ça ne ressemblait finalement à rien. Juste du gris flou. Il devenait fou. Il délirait.

« Je vais... m'accrocher... Patron... » Ou comment Patron devenait carrément une insulte... « Ah... je peux plus... bouger. Chier... »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Traitres Quincy
avatar
Messages : 17
Date d'inscription : 18/08/2015
Age : 25
Localisation : Karakura

Feuille de personnage
Niveau: 72
Expérience:
0/18250  (0/18250)
Spécialité: Kidô
MessageSujet: Re: [ Flashback ] I'm Alive ? [ Stivell ]   Mar 27 Sep - 15:35

Apparemment l’état du patient ne s’améliorait pas tellement au niveau du saignement et de la toux. Alain supposait que c’était toujours le souci d’avoir trop utilisé ses pouvoirs puisque le soigneur ne pouvait strictement rien y faire. Rien. Cela le paniquait un peu, il n’avait pas envie de le laisser mourir, même s’il s’agissait d’un total inconnu, le Quincy ne voulait plus voir des gens décéder sous ses yeux à cause des combats. Encore moins un étranger au physique si similaire au sien qu’il aurait pu être un petit frère, cela lui rappellerait trop la perte de ses deux sœurs. Vladimir qu’il s’appelait d’ailleurs.

Parler, parler… Le temps que le jeune homme réfléchisse à quoi dire, Vladimir parlait déjà. Appeler le patron ? Etait-ce un surnom ? Cela l’étonnait, néanmoins Alain espérait ne pas avoir à le faire. Le Fullbringer parlait-il d’un patron d’usine, ou d’un chef au courant pour le monde spirituel ? Il aurait tout le temps d’y réfléchir. Les soins arrivaient sur leur fin, mais son interlocuteur avait l’air de toujours souffrir à cause de la réaction de son corps face à… au trop plein d’utilisation qu’Alain supposait. Le Quincy essayait d’essuyer le nez du patient d’une main en racontant ce qui lui passait par la tête doucement, pour ne pas être trop bruyant :

- Oui accroches toi d’accord. Ne meurs pas. Ne t’inquiètes pas je te porterais s’il le faut.


Les fils bleutés de lumières s’estompèrent au fur et à mesure. Alain lui pris de nouveau le poignet de son autre main pour apaiser la douleur, à défaut de pouvoir faire autre chose pour l’aider puis continua de parler d’une voix douce malgré l’agressivité de Vladimir :

- J’ai un furet, il s’appelle Yuukan, c’est mon ami. Il appartenait à un autre sans abris qui est décédé à cause des êtres infernaux, alors je l’ai recueilli. L’ironie du sort est que je suis sans abris à mon tour. Je suis français, j’en ai peut-être l’accent. Mais je n’ai pas de papier, légalement je n’existe pas, mais ce n’est pas très important.


Il ne savait que dire d’autre sur le sujet, alors il commenta :

- Tu me ressemble un peu, avec tes cheveux et ta peau pâle, tu pourrais presque être un petit frère, mais…

Il soupira, déprimé :

- Je ne devrais pas dire cela, mes deux sœurs sont mortes alors je risque de te porter malheur.


Comme ce n’était pas un sujet très joyeux pour discuter avec un patient il préféra revenir au sujet initial qui s’était réveillé et s’agitait un peu dans son carton en sentant une odeur inconnu :

- Quand tu iras mieux je te montrerais Yukaan, il est gentil. Il est beige et blanc.


Cet animal était la seule présence qui l’empêchait de devenir fou ou de se laisser mourir car il devait s’en occuper, le choyer, alors il réussissait à tenir tant bien que mal. Ce n’était pas vraiment glorieux comme comportement mais Alain ne savait pas vraiment vers qui se tourner, ayant théoriquement toutes les races contre lui. A pars les Fullbringer normalement. Et encore, Vladimir avait su l’identifier, cela voulait-il dire que ceux-ci avait déjà prévu une politique envers les Quincy ou que des Quincy avaient attenté à sa vie ? Alain ne nourrissait pas de grands espoirs par apport à la race qu’il niait et les pensaient tout à fait capable d’aller taper sur les humains en bonus.

_________________

Venez me chercher...

Fragile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HFC - Sevens
avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 26/05/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau: 60
Expérience:
0/15250  (0/15250)
Spécialité: Hohô
MessageSujet: Re: [ Flashback ] I'm Alive ? [ Stivell ]   Mer 28 Sep - 11:57

I live !
Feat. Alain Stivell

Il commençait à tourner de l'oeil. Il avait sûrement perdu trop de sang. Il toussait encore, et ses doigts devenaient tout mous. Il perdit son téléphone, qui lui échappa des mains. Il grogna.

« Merde. »

Il parlait. C'était agréable. Vladimir essayait de tout comprendre, d'écouter. Ses doigts se tendaient vers son téléphone mais il n'arrivait pas à l'atteindre. Il glissait. Ses yeux se fermaient.

« ... Mais je n’ai pas de papier, légalement je n’existe pas, mais ce n’est pas très important...
- Bienvenue au club. »

Il soupira et ferma les yeux. Il se sentait vidé, sans énergie. Il avait l'impression d'être en train de sombrer dans l'inconscience... mais étonnamment, il restait parfaitement conscient de ce qui se passait autour de lui.

« Dis-moi... » murmura-t-il. « Mpf. Le pourcentage... sur l'écran... quel chiffre ? »

Il fallait que ça remonte. S'il continuait à rester aussi bas, il allait finir par mourir. 10% putain... Il fallait que ça remonte, ça ne pouvait pas rester comme ça ! Il devait bien avoir le visage couvert de sang. Il tremblait. La douleur s'apaisait, puis revenait, puis s'apaisait... Est-ce que ce Quincy savait ce qu'il faisait ou est-ce qu'il essayait au hasard ?

« Fais remonter ce putain de chiffre... »

Difficile de dire à qui il parlait à cet instant. Au Quincy ? Non, ce n'était pas comme s'il pouvait y faire grand chose, ni s'il allait comprendre comment faire. Peut être qu'il parlait juste à lui-même, à son corps perclu de douleurs... Il se sentait sombrer, lentement.

Quand il reprit plus ou moins connaissance, ça allait beaucoup mieux. Ses doigts étaient désespérément serrés sur la manche du type. Il se sentait un peu perdu. Combien de temps avait-il passé dans les vappes ? Aucune idée. Il se sentait mieux. Enfin, mieux. Moins pire. Il tourna la tête lentement, reprenant petit à petit contact avec la réalité. La crise avait l'air d'être passée. Il avait encore mal partout, mais il se sentait mieux. Il pouvait bouger ses orteils. Il soupira. Bordel.

« Ah. ... toujours vivant. »

L'ironie était presque palpable. Eh bah. Ce type avait donc fait du bon boulot, et l'avait gardé en vie. C'était inespéré. Non, c'était après tout à attendre. Ce type, d'après le radar, était plus puissant que lui, pas vrai ? Un frisson le parcourut quand il sentit soudainement une grosse bouffée de reatsu. C'était flippant. Carrément. Il semblait petit à petit se reconnecter à cette vraie réalité. Il quittait ce monde fade d'illusions. Génial. Il tendit le bras avec une extrême prudence et attrapa son téléphone.

« ... magnifique... 21%. »

C'était inespéré. Il ferma les yeux, les rouvrit. Il cligna. Il observa l'autre. Oui, il percevait son reatsu. Pas mal. Pas trop mal. Il fronça les sourcils.

« J'dois aller chez moi. Besoin. De trucs. »

Il passa difficilement sa main sur son visage, grimaçant.

« Merde. Je crois que j'peux pas marcher par contre... »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Traitres Quincy
avatar
Messages : 17
Date d'inscription : 18/08/2015
Age : 25
Localisation : Karakura

Feuille de personnage
Niveau: 72
Expérience:
0/18250  (0/18250)
Spécialité: Kidô
MessageSujet: Re: [ Flashback ] I'm Alive ? [ Stivell ]   Jeu 29 Sep - 12:31

Le pourcentage ? Mais… De quoi Vladimir parlait-il ? Alain ne comprenait pas vraiment, un coup son patient jetait un coup d’œil vers son téléphone. Se souciait-il de la batterie de son portable ? Ce serait curieux. A moins que celui-ci lui indique une autre donné comme les chances de survie de Vladimir ou tout simplement que le Fullbringer délirait ? Etrange. Le Quincy ne comprenait pas ce qu’il voulait qu’il remonte. Un chiffre ? Pourquoi faire ? De toute façon le soigneur ne pouvait rien faire d’autre à pars attendre en apaisant sa douleur, espérant que son interlocuteur survive. Mais il le perdait, l’humain à pouvoir sombrait dans l’inconscience malgré tout.

Anxieux, Alain attendit, mais Vladimir ne semblait pas mourir. Le Quincy restait à ses côtés, assis en tailleur. Il tendit précautionneusement sa main libre vers le téléphone pour savoir à quoi son patient faisait référence quand il parlait de pourcentage. Le jeune homme regarda l’écran et cligna des yeux : il n’était pas à la pointe de la technologie mais il doutait que tout les portables soit ainsi. Il fut choqué de trouver le mot « Quincy » d’indiqué à côté d’un nombre. En haut était indiqué « VLADIMIR » et un pourcentage, surement de cela qu’il parlait.

Alain avait de nombreux défauts, mais il n’était pas stupide au point de louper les évidences… Vladimir avait déclaré ne pas avoir d’existence légal comme lui, lui ou quelqu’un d’autre avait les connaissances et la technologie suffisante pour construire ce… téléphone, et il avait un chef, un « Patron », et vraisemblablement ce n’était pas un fonctionnaire d’usine. Donc lui et un autre minimum savaient pour le monde spirituel. Alain reposa l’objet où il l’avait pris, confus. Pourtant cela ne faisait pas si longtemps qu’il vivait sous ce pont, depuis quand les humains fabriquaient cela ? Il avait loupé un chapitre ? … Néanmoins, l’origine de Vladimir ne lui était pas importante, tant qu’il le sauvait, Alain serait satisfait. Après tout, cela ne changerait pas sa situation, il n’avait rien à voir avec les Fullbringer.

Le Quincy était fatigué d’avoir guérit l’individu mais cela restait une utilisation normal de ses capacités. Il se serait bien installé plus confortablement mais le convalescent agrippait sa manche, un geste qu’Alain interprétait peut être naïvement en pensant qu’il s’agissait d’un besoin de se sentir rassuré malgré son agressivité à l’oral. Alors il veilla sur son patient avec bienveillance. Il bougea néanmoins, étendant son long corps pour attraper une bouteille d’eau, il avait soif à cause de la fumée. Une fois qu’il eut bu, il regarda le visage ensanglanté de Vladimir et se dit que ce serait mieux de le laver un peu. Alain lui fit couler un peu d’eau sur sa figure et passa un petit coup avec sa main maladroitement, au moins Vladimir serait légèrement plus propre. Pour ce qui était des vêtements brulés, le Quincy ne pouvait rien. Une fois ceci fait il attendit patiemment.

Vladimir fini par s’éveiller quelques minutes après d’un « Ah. ... toujours vivant. » qui surpris Alain. Le soigneur n’aurait pas parié sur cette réaction en premier, du moins, pas avec cette intonation. « ... magnifique... 21%. ». Apparemment, le Fullbringer parlait vraiment du chiffre sur son téléphone. Plus c’était haut, plus c’était bien visiblement. Il voulait aller chez lui, cela se comprenait parfaitement mais… même pas un petit, un tout petit « merci » ? Le Quincy le regarda un peu triste mais n’allait pas lui faire remarquer l’excusant à nouveau : il était convalescent, cela viendrait peut être plus tard. Non pas qu’il attende des remerciements en grande pompes mais le jeune homme fragile avait besoin de se sentir un minimum estimé. Il se releva, légèrement engourdit de ne pas avoir bougé et lui dit doucement :

- Ne t’en fais pas, dis-moi juste où tu habites et je t’y déposerais.


Alain regarda dans le carton de Yuukan, s’assura que son jeune furet aille bien et lui passa un crouton de pain à grignoter et mis de l’eau dans sa gamelle. L’animal le croqua avec appétit, le Quincy le gratouilla un peu, réfléchissant à un souci :

- Mais, as-tu quelqu’un pour s’occuper de toi en attendant que tu aille mieux ? Sinon je veux bien continuer de t’aider le temps que tu puisses te lever ou qu’un ami vienne te porter secours.

Il lui jeta un coup d’œil inquiet, Vladimir n’était certes plus à l’agonie, mais s’il ne pouvait marcher, il ne pourrait pas se nourrir donc juste le déposer ne servirait à rien et le condamnerait à une mort lente. Son « Patron » allait peut être venir l’aider ? Quoique vu comment le Fullbringer avait prononcé précédemment ce mot, il n’avait pas l’air de le porter dans son cœur.

_________________

Venez me chercher...

Fragile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HFC - Sevens
avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 26/05/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau: 60
Expérience:
0/15250  (0/15250)
Spécialité: Hohô
MessageSujet: Re: [ Flashback ] I'm Alive ? [ Stivell ]   Jeu 29 Sep - 18:31

I live !
Feat. Alain Stivell

Il fallait qu'il garde cet esprit relativement clair qu'il arrivait à peu près à avoir.

« Ne t’en fais pas, dis-moi juste où tu habites et je t’y déposerais. ... Mais, as-tu quelqu’un pour s’occuper de toi en attendant que tu aille mieux ? Sinon je veux bien continuer de t’aider le temps que tu puisses te lever ou qu’un ami vienne te porter secours. »

Oui, c'était assez juste. Et assez violent. Non. Il n'avait personne pour s'occuper de lui en cas de crise ou de problème. Ha. Il était Greed non ? Le solitaire, celui qui était capable d'endosser tous les rôles, de soutenir tous ses camarades... ouais. Et personne ne le soutenait, lui. Y avait bien le Patron... Mah. Il allait devoir l'appeler. Il avait besoin d'argent. Il essaya de se redresser sur les coudes, mais il ne tenait pas. Ses muscles refusaient de forcer. Ses gestes refusaient de rester coordonnés. Il... se sentait pathétique.

« Bah. » Il dégluttit. « T'as qu'à dormir chez moi. T'as mieux à faire ? »

Il leva le bras pour s'accrocher aux vêtements du Quincy. Allez merdeux, soulève-le le Vladimir, il faut partir. Il ne regretterait pas cet endroit insalubre, en proie aux courants d'air. D'ailleurs, c'est à cet instant qu'il nota que ses vêtements étaient en lambeaux. Ma-gni-fique. La journée était parfaite. Il finit par se faire soulever, se retrouvant tête à tête avec un animal poilu, à moitié réveillé, et curieux. Super. Evidemment, il supposait que la boule de poil allait être de la partie, hein. Il pouvait pas JUSTE prendre le clochard, il fallait ramener la boule de puces avec.
Tout le monde allait prendre un bon bain.

Il lui indiqua vaguement le chemin du bout du doigt, avec plus d'efficacité une fois qu'il comprit où ils étaient. Ca faisait une bonne trotte entre le squat à clodos et le quartier résidentiel. Heureusement que le Quincy n'était pas non plus n'importe quel SDF. Ils arrivèrent enfin devant la porte de son appartement, non sans une certaine difficulté. Il leur fallut batailler encore un moment avant de récupérer les clefs qui avaient presque fondu dans la poche de son pantalon - qui survivait à peine. Enfin, il put se laisser tomber sur le matelas de son lit au fond de la pièce.

Il vivait dans un appartement cosy et moderne, un peu plus occidental que japonais, avec une table, deux chaises, un lit, un bureau, et une grande armoire. Il ferma les yeux cinq bonnes minutes avant de retrouver ses esprits. La balade l'avait complètement épuisé.

« Armoire. Droite. Porte. Deuxième Tiroir. Boite à chaussure. Donne la moi. »

Il avait besoin de prendre un médicament. Vraiment besoin. Après ça, il dormirait tout son saoul et reprendrait, peut être, une vie un peu plus normale.

« Avec de l'eau. Et après... fais comme chez toi. »

Il retira lentement et très, très maladroitement les lambeaux de chemise et de sweat-shirt qui pendouillaient disgracieusement autour de ses épaules, et il balança tout ça par terre. Son corps était marqué par ses récentes blessures, mais d'autres cicatrices pouvaient, peut être, paraître étranges à un inconnu.

« Et je répondrais peut être à tes questions. Demain. Fatigué. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Traitres Quincy
avatar
Messages : 17
Date d'inscription : 18/08/2015
Age : 25
Localisation : Karakura

Feuille de personnage
Niveau: 72
Expérience:
0/18250  (0/18250)
Spécialité: Kidô
MessageSujet: Re: [ Flashback ] I'm Alive ? [ Stivell ]   Sam 1 Oct - 13:33

Alain pris son petit baluchon avec quelques maigres affaires, Yuukan évidemment et le Fullbringer afin de l’amener dans la direction que celui-ci lui indiquait tant bien que mal, s’éloignant au fur et à mesure du pont. Ensuite, le Quincy regarda un peu la pièce après avoir déposé Vladimir chez lui… ça correspondait plutôt à l’idée qu’il s’en faisait, le jeune homme n’étant vraisemblablement pas japonais d’origine. Et puis la modernité allait avec son âge, du moins, Alain supposait qu’ils avaient à peu près le même et que c’était surtout lui qui n’était pas dans la norme un peu comme s’il venait du passé. Peu à l’aise et précautionneux, cela lui faisait étrange de pénétrer ainsi chez quelqu’un après des années d’asociabilité, mais ce n’était pas le moment de faire demi-tour par timidité. Il gardait son furet sur l’épaule, histoire de l’avoir à l’œil dans cet environnement inconnu.

« Armoire. Droite. Porte. Deuxième Tiroir. Boite à chaussure. Donnes-la moi. Avec de l'eau. Et après... fais comme chez toi. Et je répondrais peut être à tes questions. Demain. Fatigué.»

Visiblement, son patient – qui en restait un jusqu’à total rétablissement – avait encore besoin d’aide aujourd’hui, aussi parcouru t’il les lieux du regard pour trouver l’armoire et s’y approcher. Deuxième tiroir, ah voilà. Il mis la boîte à chaussure sur le lit puis se mit en quête d’un verre dans ce qui servait de cuisine. Alain n’était pas vraiment étonné que le Fullbringer n’ait personne pour s’occuper de lui, car personne n’était allé voir le Quincy quand il allait mal, personne ne lui avait demandé s’il avait besoin de parler, de faire une pause. Combien de temps ont-ils mis pour se rendre compte de son absence ? Au moment où ils avaient eu besoin d’un soigneur ? Il soupira, s’empara d’un verre trouvé dans un placard, le remplit d’eau et revint voir Vladimir, gentil avec lui, se disant que peut être… l’autre blanchet voudrait bien être ami avec lui comme ils n’en avaient pas…

Alain n’osait pas trop le regarder maintenant que le deuxième individu s’était mis torse nu. Il en avait certes déjà vu beaucoup tout à l’heure vu l’état des vêtements mais il le soignait alors il était bien obligé, mais là, il n’y avait plus besoin. Il nota tout de même qu’il avait d’autres cicatrices, était-ce aussi un combattant ? Un soldat ? Par erreur ou par vocation ? Il ne demanda pas, c’était personnel, et puis le blessé était trop fatigué pour tenir la conversation alors il le laissa tranquille et s’assit dans un coin… Ne sachant pas trop quoi faire, n’osant toucher à rien. Il sentait l’humidité, la poussière, la fumée… L’appel de la douche se faisait sentir, il n’en pouvait plus d’être sale… D’avoir les cheveux graisseux, le visage crasseux… Finalement il déposa Yuukan, déballa quelque affaires ainsi que sa brosse à dent – il n’avait pu s’en passer- de son sac en tissu usé car ceux qu’ils portaient étaient bon à laver.

Il partit à la douche un peu gêné, mais… Vladimir avait dit qu’il pouvait faire comme chez lui… Alors… Il ferma la porte et se déshabilla. Aah, de l’eau chaude, du shampoing, du gel douche, cela lui avait manqué. Il recommença même une deuxième fois juste pour le plaisir et de bien enlever l’odeur de l’incendie. Alain n’osant prendre une serviette n’étant pas la sienne, il attendit ensuite d’être à peu près sec en se lavant les dents puis s’habilla. La chemise bleu à rayures noirs et le pantalon noir étaient un peu froissés d’avoir été mis dans un sac mais au moins, c’était plutôt propre : il ressemblait presque à une autre personne. Il commençait d’avoir un coup de barre, avoir utilisé ses pouvoirs et la douche faisaient leurs effets. Le Quincy se frotta les yeux et envisagea de dormir au sol… Avant de se rappeler avoir vu un futon dans l’armoire… Est-ce que Vladimir lui en voudrait s’il l’utilisait ? … Alain hésita puis se décida à le prendre discrètement - ne voulant pas le réveiller- il l’allongea où il y avait de la place et s’étendit dessus. Yuukan s’était rouler en boule sur son sac, pas encore rassuré du nouvel environnement et fini par fermer les yeux, tout comme son propriétaire qui sombra dans le sommeil.

_________________

Venez me chercher...

Fragile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [ Flashback ] I'm Alive ? [ Stivell ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Flashback ] I'm Alive ? [ Stivell ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]
» RP flashback en 1623

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Hell on Earth :: 
Zone RPG
 :: Monde des Humains :: Karakura :: Périphérie
-