Forum RPG sur le manga Bleach
 
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Une énième toile gâchée [pv Llanto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Decima Espada
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 25
Localisation : Hueco Mundo

Feuille de personnage
Niveau: 40
Expérience:
5720/10250  (5720/10250)
Spécialité: Hohô
MessageSujet: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Sam 16 Juil - 0:46


Vide. Jamais Saveiro ne s’était sentit aussi vide et dénué de… sens. Depuis plusieurs jours… semaines peut être- qu’importait. Lui qui était rentré de son tour chez les humains, pensant mieux faire pour la suite des évènements n’avait rien fait de mieux. Pas plus que d’habitude. Inutile comme d’habitude. Une vague Quincy avait balayé Las Noches, une nouvelle fois. Encore une fois. Mais cette nuit-là les arrancar avaient perdu une reine et Saveiro avait perdu un frère. Alvaro s’était trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment et il n’avait surement rien vu venir. Ce n’était qu’après, en décomptant morts et blessés que le violet s’était rendu compte de l’absence du rougeoyant parmi les survivants.

Il y avait eu la colère bien sûr, puis celle-ci s’était retirée rapidement pour ne laisser place qu’à un vide. Saveiro était nul tout simplement et n’avait rien pu faire, son petit frère de coeur était mort dans un coin et son ami était devenu roi car il le pouvait. Parce qu’il était fort, parce qu’il fallait prendre vite des décisions. De toute façon ce n’était plus de son ressort, le Decima était depuis longtemps à la traîne, ce n’était un secret pour personne, et depuis que la politique était un accord avec les Pécheurs il en devenait encore plus obsolète : on n’émeut pas des êtres infernaux à coup de madeleines et d’humanité. De toute façon, l’arrancar n’avait même pas participé – un coup à se ridiculiser profondément et humilier l’Espada.

Alors Saveiro s’était réfugié dans la peinture. Passe-temps étrange pour un arrancar mais il le faisait déjà avant que tout commence. Il prenait de la peinture et des toiles chez les humains, les ramenaient dans sa chambre et peignait le Hueco Mundo encore et encore en série, restant enfermé des jours avant de tout recouvrir compulsivement de noir pris d’un élan de destruction. A quoi bon puisque le seul avec qui il discutait d’art était mort ? Puis il fracassait les tableaux et recommençait. Parce qu’il savait le faire, tout simplement. Il n’osait même plus se montrer, honteux. De toute façon on n’avait plus besoin de lui, on n’aurait pas besoin de lui et le seul qui avait eu besoin de lui en temps voulu n’était plus. Et puis il y avait Llanto.

Saveiro se doutait que celui-ci n’allait pas bien mais il n’avait aucun réconfort à lui apporter, n’étant lui-même pas l’incarnation de la joie. Il n’avait pas non plus grand soutient militaire ou stratégique à offrir vu son incompétence. L’Espada se sentait aussi utile qu’un cinquième pied de chaise : sans lui, tout marcherait aussi bien – ou aussi mal vu la situation. En cette journée, ou nuitée, Saveiro faisait la même chose que les précédentes, à l’étape consistant à regarder avec fascination de la peinture noire couler sur une énième toile gâchée. Cette fois un bruit incongru l’interrompit : on frappait à sa porte. Un instant il crut que c’était Alvaro avant de se corriger : il ne frapperait plus jamais à sa chambre. Quel être s’était rappelé de son existence ? Lentement il ouvrit la porte d’un air lasse et tomba sur un messager étonné – la peinture sur les mains sans doute ou la découverte que la chambre était réellement habitée – qui l’informa que le roi l’attendait dans la salle du trône. Dans un soupire fatigué, le violet lâcha un « j’arrive. » avant d’aller se laver les mains puis il s’y mit en route.

Que vais-je lui dire ?

Démissionner ? Est-ce qu’un Espada avait déjà démissionné ? Saveiro n’était plus à une excentricité prêt. Il ne voulait plus de sa place. Il ne la méritait pas. Il n’y avait plus besoin de diplomatie, juste des gens assez fort pour défendre Las Noches et pouvant en mettre plein la vue aux « allier » comme aux ennemis. Le Decima se virerait s’il se voyait, histoire de monter une élite puissante et charismatique.

Ses sombres pensées ne cessaient de tourbillonner dans sa tête alors que ses pas raisonnaient dans les couloirs trop grands de Las Noches. Saveiro était habillé comme à son habitude, mais légèrement débraillé, plus lasse, et moins bien coiffé. Il n’usa pas de sonido, n’ayant toujours pas décidé de comment il allait annoncer cela. Puis soudain, il fut dans la salle du trône avant d’avoir tranché.

Et décida de ne rien en dire à moins que son renvoi ne soit le motif de sa venue : Llanto était avachit sur le trône. A ce moment-là, Saveiro réalisa qu’il aurait dû venir le voir bien plus tôt même si son soutient était des moindres. Il cacha sa peine et son hésitation pour ne pas affliger d’avantage son ami et réussi – après plusieurs jours sans vraiment parler – à décrocher un :

- Bonsoir Llanto.

L’arrancar aux longs cheveux continua de s’avancer, diminuant la distance protocolaire entre eux pour être plus près de lui, non pas comme un sujet, mais comme un ami, sans pour autant aller jusqu’au trône, ne sachant encore si il souhait le voir en tant que roi ou connaissance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primera Espada
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 26/03/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau: 80
Expérience:
4500/20250  (4500/20250)
Spécialité: Hakuda
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Sam 16 Juil - 15:14



Hello, my old friend

I've come to talk with you again...


Froid. Il n'imaginait pas pouvoir ressentir ce froid. Il l'avait fait, oui. Sous la colère, il avait prit le pouvoir et il avait pris sa place. Il avait saisi sa chance. Il ne voyait que sa vengeance, sa colère, sa haine. Toutes ces émotions qui lui avaient permi d'avancer. De continuer à se battre. Ses doigts se resserrèrent sur l'accoudoir alors qu'il y pensait encore. Peu à peu, la colère s'était estompée. Il était Roi. Il ne pouvait pas diriger uniquement à grand coup de colère : il avait des responsabilités après tout. Ces dernières l'avaient tenu occupé un moment. Pour que plus jamais il n'ait à subir une telle douleur, il avait fait des choix. C'était contestable, bien sûr. Mais il les avait fait et il les assumait. Ces Shinigamis n'avaient pas voulu de leur paix, ils avaient levé le menton, regardant de haut ces Arrancars qu'ils méprisaient. Ils avaient craché sur ce qu'on leur offrait, et il les avaient considéré comme des déchets stupides. Il serra les dents. Il les détestait. Pas tous, non, il connaissait bien comment fonctionnait le monde... Chacun avait sa petite idée sur la question, chacun se débattait dans son coin avec ce qu'il savait et ce qu'il pensait savoir. Llanto savait. Il savait que Kyoraku Shunsui était un être méprisable, peut-être même qu'il était du même acabit qu'Aizen. Tous deux persuadés qu'ils devaient dominer les autres et que c'était dans leur bon droit. Ts.

Shinigamis et Quincys étaient ses ennemis naturels. S'il avait tenté de pactiser avec les Shinigamis une fois, du temps où elle aurait souhaité la paix, il avait bien compris que c'était inutile. Il ne comptait pas perdre plus de temps avec eux. Il s'était donc tourné vers l'autre côté. Les Enfers. Les raids des Quincys avaient exposé une de leurs faiblesses, et Llanto savait qu'il y avait quelque chose à jouer. Il avait négocié, une sorte de trève, de non-agression. Ils restaient dans leurs coins, chacun de leur côté, et ils ne faisaient rien. Les Enfers n'avaient aucune raison de le lui refuser, après tout la plupart des Arrancars finiraient là-bas à leur mort, ce n'était donc que de partie remise...

Il passa une main sur son visage fatigué, se frottant les yeux pour observer la salle vide devant lui. Seul. Il se sentait désespérément seul. Ceux qui venaient le voir étaient rares, et ce n'était jamais pour lui parler. Ce n'était qu'un défilé incessant de plaignants ou de problèmes. Personne pour partager sa colère. Sa douleur. Sa tristesse. Il avait autant d'enfants qu'il y avait d'âmes au Hueco Mundo. Mais pas d'amis. C'était une triste vérité, et la perte de sa reine était une blessure qui ne guérirait sans doute jamais... Il se sentait froid, glacé de l'intérieur. Alors il repensa au petit Décima à l'air perdu, terrifié... Il sourit vaguement, et envoya quelqu'un le chercher. Voila. L'avantage d'être Roi ; il pouvait convoquer qui il voulait, quand il voulait.

Il mit un temps interminable à venir le rejoindre. Llanto était patient, mais facilement irritable ces derniers temps. Il fermait les yeux, ses doigts fermés en un poing pour que sa tête repose dessus. Il se tenait mal, avachi, appuyé sur l'accoudoir en laissant ses perceptions vagabonder. Il n'avait pas changé de tenue, si ce n'est que sa veste reposait négligemment sur son siège, au lieu de se poser sur ses épaules. Il rouvrit les yeux quand le Decima ouvrit la porte, et ses yeux las mais en colère se posèrent sur lui.

« Bonsoir Llanto. »

Et il avait le toupet de lui servir du bonsoir alors qu'il avait mis des plombes à le rejoindre. Sans parler du fait qu'il n'était jamais venu avant. Pas de lui-même. Pas sans y être expressément convoqué. Il le laissa s'approcher sans rien dire, le regardant juste, effaçant sa colère pour ne laisser place qu'à une profonde mélancolie. Il ferma les yeux à nouveau. Inspira profondément.

« Elle me manque. »

Il n'avait absolument pas besoin de mentionner de qui il parlait. C'était l'évidence même pour quiconque l'avait jamais vu en Primera. Elle avait toujours été son maitre, elle donnait les directions, il suivait. Il ne vivait que pour elle... alors à quoi bon maintenant ? Il avait échoué. Il avait perdu sa présence, et son coeur ne semblait pas vouloir s'en remettre. Combien de fois supporterait-il encore la perte de quelqu'un ?

« Est-ce que j'ai fait le bon choix ? Je me le demande sans cesse. Mais il n'y a jamais personne pour répondre à mes questions. Je suis Roi maintenant, je suis sensé tout savoir, tout connaitre, tout maitriser. Je pensai que nous étions amis. Mais je ne suis pas venu voir comment tu allais. Je suis désolé. J'étais occupé, et je n'avais pas envie de faire des efforts. Je n'avais pas envie de voir un visage familier aussi triste. Pas encore... J'ai appris. Pour Alvaro. Je suis désolé. »



_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Decima Espada
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 25
Localisation : Hueco Mundo

Feuille de personnage
Niveau: 40
Expérience:
5720/10250  (5720/10250)
Spécialité: Hohô
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Dim 17 Juil - 15:48


Durant un instant, le Decima cru que le nouveau roi allait l’incendier sur place, mais il n’en fut rien et colère laissa place à mélancolie.

« Elle me manque. »

Etait-ce le moment de dire quelque chose ? Mais rien ne venait… Saveiro savait le bouleversement stratégique de perdre une reine, mais il n’y était pas attaché personnellement. Il n’avait rien partagé avec Tia. Aucun moment, aucun secret, aucun désir. La reina avait été son supérieur, point. Mais s’était une toute autre histoire avec l’ancien Primera, et il n’avait pas besoin d’imaginer le vide qu’une telle perte pouvait engendrer : il la vivait. Il pouvait mentir, dire que cela finirait par s’estomper au bout d’un moment, que tout allait bien se passer et que leur non-vie suivrait son cours, mais se serait faux. Il baissa simplement les yeux avec un léger signe de tête affirmatif. Il comprenait, mais n’avait pas de solution.

« Est-ce que j'ai fait le bon choix ? Je me le demande sans cesse. Mais il n'y a jamais personne pour répondre à mes questions. Je suis Roi maintenant, je suis sensé tout savoir, tout connaitre, tout maitriser. Je pensai que nous étions amis. Mais je ne suis pas venu voir comment tu allais. Je suis désolé. J'étais occupé, et je n'avais pas envie de faire des efforts. Je n'avais pas envie de voir un visage familier aussi triste. Pas encore... J'ai appris. Pour Alvaro. Je suis désolé. »

Saveiro l’écouta, sans comprendre. Il n’avait pas envisagé tout ce que l’on demandait à un roi, parce que lui ne demandait rien. Juste de faire comme il le sentait et advienne que pourra.  Après tout Llanto n’allait pas acquérir la science infuse en s’asseyant sur le trône – si une telle magie était possible le Decima irait bien poser ses fesses dessus quelques secondes histoire de s’améliorer. Mais pourquoi parlait-il de leur amitié au passé ? Cela serra la gorge de l’arrancar, il ne savait pas s’il pourrait supporter cela en plus. Parce qu’ils n’étaient pas venu se voir ? Peut-être, alors en ce cas Saveiro le pardonnait et s’excuserait, mais la mention d’Alvaro lui fit tellement un nœud dans la gorge qu’il s’en retrouva incapable de prononcer un mot sous peine de fondre en larme. Au moins cela répondrait il la question : les arrancars peuvent t’ils pleurer ? Il ne savait pas pour les autres mais lui s’en sentait capable, là, de suite.

Saveiro tâcha de se contrôler : Llanto l’avait fait venir, peut-être pour se consoler, pour chercher quelques paroles de réconfort et voilà que cela non plus, Saveiro ne pouvait pas le faire. Il déglutit difficilement et respira un grand coup avant de déclarer :

- Je ne suis pas venu non plus, je m’en excuse… Je ne me sentais pas à la hauteur.

Il chercha de quoi répondre à ses interrogations, tâcha de se calmer et de trouver une assurance qui n’était plus que de façade depuis longtemps.

- Je pense que tu as fait des bons choix. Tu es fort, tu es respecté pour cela et il fallait quelqu’un pour nous rassembler rapidement avec le chaos, avant que l’on se batte pour le trône, des luttes internes nous auraient affaiblit tragiquement. Nous n’avons rien pu obtenir des shinigami, et même si je n’aime pas non plus les Pécheurs, il fallait bien trouver ne serait-ce qu’un accord de neutralité quelque pars sous peine d’être anéantit. Evidemment nous n’aurions pas pu tenter de négocier comme avec les shinigami.

En les achetant à coup de pâtisserie.

- Mais je ne m’attendais pas à ce que la connaissance de l’univers t’apparaisse une fois assit ici. Si cela peut te rassurer d’une manière ou d’une autre, je ne te demande pas de tout savoir et tout maîtriser. Honnêtement ce serait mal venu de ma part. Si le trône avait un tel pouvoir, je me serais assis dessus discrètement au moins une fois, pour être moins nul.

Il eut un bref rire sans joie qui se termina en sanglot étouffé avant d’essuyer rageusement une larme traîtresse.

- Sinon… pourquoi a tu dis que nous étions amis, nous ne le sommes… plus ?

Si tel était le cas, le Decima n’aurait plus personne. Ses yeux vairons le regardèrent, hésitant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primera Espada
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 26/03/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau: 80
Expérience:
4500/20250  (4500/20250)
Spécialité: Hakuda
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Lun 18 Juil - 17:37



Hello, my old friend

I've come to talk with you again...


Il n'avait pas osé venir. Il ne se sentait pas à la hauteur. Evidemment. Saveiro ne se sentait jamais à la hauteur. Il se dévalorisait sans cesse. Cela confortait Llanto dans sa solitude. Etait-il trop puissant ? Il baissa les yeux sur ses mains. Ces mains qui avaient tué tant et tant de fois. Oh, cela n'avait aucune importance. Mais ces mains qui pouvaient briser le petit Decima juste à côté de lui... étaient-elles indignes de son amitié ?

« Je pense que tu as fait des bons choix. Tu es fort, tu es respecté pour cela et il fallait quelqu’un pour nous rassembler rapidement avec le chaos, avant que l’on se batte pour le trône, des luttes internes nous auraient affaiblit tragiquement. Nous n’avons rien pu obtenir des shinigami, et même si je n’aime pas non plus les Pécheurs, il fallait bien trouver ne serait-ce qu’un accord de neutralité quelque pars sous peine d’être anéantit. Evidemment nous n’aurions pas pu tenter de négocier comme avec les shinigami. »

Oh oui. Llanto ne les aimait pas non plus. Il serra les dents et son reatsu crépita doucement autour de lui. Il les détestait. Ils avaient tué les siens autant que les Quincys et Shinigamis. Alors pourquoi eux ? Parce qu'ils avaient été les seuls à écouter ses mots. Les seuls à potentiellement comprendre... Le reste de son discours avait été voué à le rassurer. Enfin, à essayer. Il n'était pas là pour exiger de lui une connaissance absolue de l'univers... mais tout de même. Il pinça les lèvres.

« Sinon… pourquoi a tu dis que nous étions amis, nous ne le sommes… plus ? »

Il croisa son regard hésitant, inquiet. Il inspira pour essayer de se calmer, puis il se leva de son trône. Sa veste resta sur le siège. Il marcha dans la salle vers la fenêtre. Il observa son royaume. La nuit qui le recouvrait, les immenses dunes de sable. La lune éternelle qui les éclairait si peu. Il secoua la tête.

« J'ai douté de notre amitié, Saveiro. Tu étais comme le seul à accepter de me la confier, et pourtant... pourtant tu hésites à venir me parler. Tu n'oses pas venir, tu ne te sens pas à la hauteur... »

Il ne pouvait pas. Il ne devait pas. Lui dire tout ça était comme avouer qu'il lui en voulait. Qu'il ne l'accablait que de reproches. Il savait qu'il devait encaisser et se taire, qu'il devait surmonter sa solitude comme il l'avait toujours fait. Mais peut être que ces dernières morts dont il avait été témoin avaient été celles de trop. Perdre un morceau de sa Fraccion puis sa Reine. Les deux avec si peu d'intervalle... non, il ne pouvait pas le supporter. Et il supporterait difficilement qu'un autre s'écarte de lui aussi définitivement.

« Qu'y a-t-il ? Tu ne comprends pas ? Si tu te penses indigne de mon amitié parce que tu es faible, alors qui en est digne ? Qui peut bien être mon ami ici ? Dois-je attendre encore quelques siècles, un millénaire, avant qu'une âme puissante émerge des rangs et soit digne de mon amitié ? Je suis en colère contre toi Saveiro, mais pas pour les raisons que tu penses. Et je t'interdis de t'enfuir, tu m'entends ? »

Il tourna la tête vers lui. On y lisait non seulement la colère, mais aussi la peine. La fatigue aussi, c'était certain. Autrefois, Saveiro était son collègue, un Espada. Plus faible, mais tout aussi important. Aujourd'hui, il était un de ses sujets, Llanto était son Roi. Mais rien n'avait changé pour lui, et rien ne devait changer. Bon sang, il l'aurait même nommé Primera s'il avait pu le forcer à ses côtés. Mais Primera était... disons un peu trop improbable. Bon nombre de regards suspicieux se seraient tournés vers le petit, et il n'aurait pas été capable d'endurer ça. Sans parler de la concurrence, de ceux qui pensaient encore que le Hueco Mundo n'allait plus que se reposer sur la puissance.

« Tu penses que tu es seul parce que tu n'es pas aussi fort que d'autres. Mais je connais la solitude, Saveiro. Je la connais sûrement mieux que toi. Et ça me met en colère que tu préfères t'éloigner de moi plutôt que de partager ta peine. »

Il serra le poing, puis détendit ses doigts en montrant la fenêtre.

« Certains jours, j'ai envie de détruire cet endroit. De raser Las Noches de la carte, couloir par couloir. Personne ne s'opposerait à moi - qui oserait ? J'ai tué ceux qui voulaient cette place quand je l'ai exigée. J'ai pris ce trône par le sang comme c'en a toujours été la coutume. Mais ça ne doit plus durer. Le Hueco Mundo ne doit plus fonctionner ainsi, nous ne sommes pas des animaux ! Cela ne nous rend pas plus forts... bien au contraire. Il n'y a aucune unité, aucune camaraderie ! Alors que faire ? »

Il ferma les yeux, une seconde, deux secondes, puis les rouvrit pour les poser sur Saveiro.

« Je veux tes conseils. »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Decima Espada
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 25
Localisation : Hueco Mundo

Feuille de personnage
Niveau: 40
Expérience:
5720/10250  (5720/10250)
Spécialité: Hohô
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Mar 19 Juil - 19:20

Saveiro l’écoutait, le suivant du regard. Il se savait pas quoi dire et Llanto semblait avoir besoin de parler alors cela équilibrait la situation. Le Decima réalisa qu’il s’était mal exprimé, que ce n’était pas ce qu’il avait voulu dire, il n’avait pas été le voir à cause de sa puissance mais parce qu’il ne se sentait pas à la hauteur mentalement à soutenir quelqu’un moralement. Néanmoins c’était vrai que pour les autres choses il ne se sentait guère glorieux non plus. Il avait échoué, encore, en restant dans son coin il n’avait fait qu’attiser la tristesse de son ami, qu’il pouvait discerner derrière sa colère. L’arrancar hocha la tête de compréhension, le cœur serré.

Llanto lui interdisait de fuir. Avait il comprit que Saveiro avait été à deux doigts de demander sa démission ? Il n’aurait pas été bien loin en réalité, pensant juste laisser la place à quelqu’un de plus compétent dans la défense. Lui aurait toujours été disponible évidemment, où irait-il de toute façon ? Mais il ne protesta pas. Laisser sa place était peut être signe de lâcheté. Une sorte de fuite.

« Tu penses que tu es seul parce que tu n'es pas aussi fort que d'autres. Mais je connais la solitude, Saveiro. Je la connais sûrement mieux que toi. Et ça me met en colère que tu préfères t'éloigner de moi plutôt que de partager ta peine. »

Je n’étais pas seul. Je ne l’avais jamais été.

A vrai dire il n’avait pas non plus souhaité se mêler aux autres, les trouvant trop stupides pour le comprendre. Saveiro avait été arrogant au départ, avant les désillusions : être si faible était une humiliation constante et l’avait forcé à apprendre l’humilité, fourrer son ego en boîte et fermer sa gueule. Au final il ne différait pas quand que cela de ses congénères : lui aussi voulait du pouvoir, au début pour lui, par satisfaction personnelle, puis pour les autres, pour ne pas échouer à protéger. Alors il s’était dit que puisqu’il ne pourrait pas être fort, il serait intelligent, mais même ça il n’y arrivait pas totalement. Alors s’il ne pouvait ni être fort, ni intelligent, il serait excentrique, et ça il l’avait réussi haut la main : il avait sauvé des Plus et un bébé humain, qui dit mieux ?

Que l’on ne s’y trompe pas : le Decima aurait été puissant, il aurait été détestable et pédant, narguant les faibles avec un sourire narquois. L’Espada songea que Llanto ne l’aurait peut-être même pas apprécié. Comme quoi tomber de haut change un arrancar. Et maintenant il n’y avait même plus Alvaro. Il n’avait réalisé que trop tard que son ami avait été comme une partit de lui, indissociable, ils avaient traversé tellement de choses ensemble, et voilà qu’aujourd’hui le Violet devrait survivre sans. C’était comme s’il lui manquait un bout. Mais le Roi avait raison, il n’était pas le seul dans ce cas et il aurait dû lui en parler plutôt que de rester dans son coin. Saveiro se serait peut-être même effondré dans ses bras s’il n’avait pas continué de parler, aussi se contenta-il de le suivre du regard, s’avançant un peu vers lui quand l’ancien Primera regarda par la fenêtre.

« Certains jours, j'ai envie de détruire cet endroit. De raser Las Noches de la carte, couloir par couloir. Personne ne s'opposerait à moi - qui oserait ? J'ai tué ceux qui voulaient cette place quand je l'ai exigée. J'ai pris ce trône par le sang comme c'en a toujours été la coutume. Mais ça ne doit plus durer. Le Hueco Mundo ne doit plus fonctionner ainsi, nous ne sommes pas des animaux ! Cela ne nous rend pas plus forts... bien au contraire. Il n'y a aucune unité, aucune camaraderie ! Alors que faire ? »

Un instant, Llanto ferma les yeux et Saveiro s’approcha un peu plus, pensant qu’il ne parlerait plus. Aussi fut il surprit quand son camarade les rouvrit :

« Je veux tes conseils. »

Maintenant ?

Le Decima se sentait déjà incapable de se conseiller tout seul, alors avoir la solution pour changer le régime du Hueco Mundo… Il y réfléchirait mais pas tout de suite, sa gorge était trop nouée par l’émotion. Llanto voulait ses conseils, il lui accordait tout de même sa confiance même si la vie de Saveiro n’était qu’une succession d’échecs.

- Attends je… je te promets d’y réfléchir mais… d’abord…

Saveiro termina la distance qui les séparait pour le prendre dans ses bras, posant sa tête contre son épaule alors que quelques larmes coulaient sur ses joues.

- Je suis… désolé. Je ne voulais pas te faire de peine. Ce n’est pas à cause de… ton nouveau statut… c’est juste que… je…ne savais pas comment… te consoler.

Il lâcha dans un souffle :

- C’était idiot.

Saveiro resta là, sans rien dire de plus. Il n’avait plus de mots. Le Decima aurait tellement voulu rendre Llanto heureux, le voir sourire à nouveau à la place de cette colère, cette fatigue, cette peine. Encore faudrait-il que le Violet arrête de pleurer contre lui et arrive à reprendre contenance un minimum. Après seulement réfléchirait il à l’épineuse question de la camaraderie façon arrancars et d’un changement possible, quand il pourrait aligner plus de deux phrases.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primera Espada
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 26/03/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau: 80
Expérience:
4500/20250  (4500/20250)
Spécialité: Hakuda
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Mar 19 Juil - 22:34



Hello, my old friend

I've come to talk with you again...


Llanto n'avait jamais été particulièrement doué pour ressentir le reatsu, mais il semblait capable de comprendre Saveiro juste en le regardant. Il sentait sa peau frémir quand le petit s'agitait, hésitait, se tourmentait, s'agaçait... quand il pleurait. L'entendre et le sentir, contre lui, noua sa gorge à son tour. Quel monstre était-il pour laisser son petit Decima dans cet état ? Il le laissa contre lui, posant même une main sur son épaule. Leurs têtes étaient proches. Il se demanda pourquoi il l'avait toujours vu si petit. Ils étaient presque à la même hauteur en réalité... Il le garda contre lui, le serrant un peu plus dans ses bras.

« Je suis… désolé. Je ne voulais pas te faire de peine. Ce n’est pas à cause de… ton nouveau statut… c’est juste que… je… ne savais pas comment… te consoler. ... C’était idiot. »

Il sourit, tristement. Il l'enroula de son deuxième bras et observa le Hueco Mundo par-dessus la chevelure du Decima. Il le garda contre lui, ne l'autorisant pas à s'échapper de son étreinte. Que faire ? Il n'avait plus envie d'y réfléchir. Il n'y avait que Saveiro, collé contre lui, en train de pleurer. Il se sentait coupable. Il ne pouvait pas l'expliquer. Il avait l'impression que c'était sa faute - que tout était sa faute.

« Tu es un idiot, Saveiro... ne pleure plus maintenant... »

Qu'aurait-il fait avant ? Avant tous ces évènements. Qu'aurait-il fait s'il n'était jamais venu à Las Noches ? Qu'aurait-il fait s'il n'avait pas eu à réfléchir à rien, ni au responsabilités, ni aux conséquences, ni à quoique ce soit ? Qu'aurait-il pu faire... ? Ah. Ah oui... il aurait fait ça... Il s'écarta de dix centimètres de Saveiro, baissant légèrement le regard pour le voir. L'observer. Il y avait là de l'affection, certes, mais c'était un regard qui pouvait faire peur. Un regard de prédateur. Le regard d'un chat qui joue avec sa nourriture. C'était pas bien, pas bien du tout mais...
Qui s'en souciait ?

Il attrappa le menton de Saveiro, le collant contre la fenêtre, posant son autre main à plat contre la surface. Il s'imposa à lui, l'écrasant presque sous sa volonté. Voilà ce qu'il allait faire. Il baissa le visage une seconde, et scella ses lèvres à celles du Decima, se retenant de justesse de ne pas le mordre. Il colla son torse au sien, ne lui laissant aucun échappatoire. Il ferma les yeux, profitant de l'instant, de la chaleur relative, de toutes ces sensations agréables. Les choses étaient beaucoup plus simple quand on choisissait de ne pas tenir compte de ce qui n'était pas plaisant. Il sourit contre ses lèvres en s'écartant. Il s'éloigna juste assez pour lui laisser la place de bouger, rouvrant les yeux pour les planter dans les siens, brûlant d'émotions contradictoires. L'envie. La colère. La satisfaction. La tristesse...

« Ne pleure plus. Fais ça pour moi. »

Il le regarda, incertain. Il ne le forcerait pas à faire plus, jamais. Il n'était pas un monstre, tout de même... Il s'écarta légèrement, réajustant la chaîne dorée qui pendait à son cou et l'entourait. Une couleur qui allait si bien avec sa peau hâlée. Il posa ses doigts sur le fourreau de son Zanpakuto. Il allait mieux. Beaucoup mieux. Maintenant... est-ce que Saveiro allait mieux aussi, ou bien s'était-il littéralement liquéfié... telle était la question.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Decima Espada
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 25
Localisation : Hueco Mundo

Feuille de personnage
Niveau: 40
Expérience:
5720/10250  (5720/10250)
Spécialité: Hohô
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Mer 20 Juil - 18:31


Qu’est ce que ? Saveiro regarda Llanto qui s’était écarté avec un regard… prédateur. Le temps qu’il se demande le pourquoi du comment, le Decima fut contre la fenêtre, observant le nouveau Roi, presque fasciné, s’interrogeant sur ce qu’il allait faire. La réponse ne tarda guère : charismatique, Llanto s’était emparé de son menton puis se ses lèvres. Ses pensées logiques s’arrêtèrent soudain et ses yeux bicolores oublièrent de pleurer, s’agrandissant de surprise. Envers Llanto. Envers lui-même. Ce n’était pas désagréable… Un désir primaire le traversa, son corps se rappelait à lui pour l’avoir ignoré durant si longtemps. Il avait chaud.

Aussi soudainement qu’il s’était rapprocher… Llanto se décala pour le regarder dans les yeux. Mais Saveiro était devenu tout rouge et détourna le regard, gêné.

« Ne pleure plus. Fais ça pour moi. »

Pour se donner une contenance, le Decima essuya ses joues maladroitement, se sachant pas trop quoi dire et où se mettre. Il avait toujours chaud et se sentait… excité. Pour le coup il aurait bien essayé d’obtenir le pouvoir d’invisibilité. Ses yeux suivirent machinalement les mains de l’ex Primera, mais ça ne l’aida pas beaucoup d’observer sa peau caramel. Il avait envie de tendre sa main pour le toucher… Voyons, cela faisait plus de 3 ans qu’il l’ignorait, ce n’était pas le moment de laisser ses pensées partir dans un délire pervers qui n’arrangerait pas son état. Il avala sa salive difficilement et essaya de respirer profondément pour se calmer. L’avantage c’est qu’il avait totalement été distrait de ses problèmes et que Llanto semblait aller mieux alors… n’était-ce pas là l’essentielle ? Pourtant Saveiro avait du mal à revenir à sa couleur pâle de peau. Une autre partie de lui avait aussi du mal à revenir à la normale mais cela ne se voyait pas vraiment grâce aux vêtements.

Pour éviter toute suspicion il tâcha de reprendre un air neutre mais aucun mot ne sortait, difficile de penser politique ses pensées étaient embrouillées et focalisées sur deux choses :
- Llanto l’avait embrassé.
- Il avait aimé ça.
Le deuxième point était très embarrassant et son silence n’allait pas tarder à le devenir. Saveiro risqua un coup d’œil à Llanto – fixer le mur derrière lui allait finir par le faire paraître bizarre – puis décrocha enfin, hésitant :

- Et bien… d’accord je… ne pleurs plus… Grace à toi. Merci.

Disait-on vraiment « merci » pour ce genre de chose ? Il re-détourna son regard aux pupilles trop dilatées, mordant sa lèvre, se trouvant une passion inopiné pour l’architecture de Las Noches et les matières utilisées à sa conception. Un sujet un sujet un sujet…. Il ajouta, dans un changement de sujet des plus subtiles :

- Quand j’aurais des idées je les noterais sur papier…

C’était une phrase complètement inutile mais Saveiro essayait fortement de se calmer. En réalité il se fichait bien de le noter sur papier ou pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primera Espada
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 26/03/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau: 80
Expérience:
4500/20250  (4500/20250)
Spécialité: Hakuda
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Mer 20 Juil - 22:28



Hello, my old friend

I've come to talk with you again...


Il était perturbé. Même pas besoin de saisir l'oscillation dans son reatsu, ni de s'y entendre beaucoup en empathie. Sa peau pâle avait rougie, sa respiration était dérangée. Il était dans tous ses états. Et Llanto aimait énormément ça. Ils échangèrent un regard, le Decima ne savait visiblement pas quoi faire.

« Et bien… d’accord je… ne pleure plus… Grace à toi. Merci. »

Llanto ne répondit pas, se reculant légèrement pour laisser le petit arrancar respirer. Enfin... il fallait vraiment qu'il arrête de le considérer comme une petite chose toute fragile. Saveiro n'était plus un enfant, et il n'était clairement pas minuscule. Peut être que Llanto était plus imposant, mais ce n'était probablement que parce qu'il s'assumait pleinement. Et aussi parce qu'il était Roi. Ca allait sans dire. Il se recoiffa distraitement, reculant encore.

« Quand j’aurais des idées je les noterais sur papier…
- Je n'en attends pas moins de toi, Saveiro. »

Il hocha simplement la tête, après ça. Il lui faisait confiance. Il pouvait lui confier ses inquiétudes, ses secrets même. Pourtant, ils ne se connaissaient pas vraiment. Llanto ne parlait pas de son passé, et Saveiro non plus. Il retourna chercher sa veste sur son trône et l'enfila, lissant le liseré vert d'un geste distrait. Saveiro s'était quelque peu calmé, il ne pleurait plus. Mais Llanto avait de nouvelles envies. Il savait se contrôler, heureusement, mais il avait besoin de prendre l'air, un peu. Il observa encore l'extérieur, songeant à tout ce qu'il devait faire, ce qu'il devait surmonter encore, parce qu'il n'avait plus le choix. Enfin, il pouvait toujours tout abandonner, partir dans le désert et retrouver sa vie d'avant. Cette vie solitaire mais simple, où on ne se posait aucune question... et puis... et puis quoi. Attendre qu'une nouvelle entité se pointe pour détruire son monde, tuer les siens ? Quel était l'intérêt de vivre cette vie s'il était le seul survivant ?

« Qu'est-ce que nous allons faire maintenant ? Nous sommes affaiblis et désorganisés. Les Shinigamis ne sont pas au mieux de leur puissance mais ils se reconstruisent plus vite que nous. Les Quincys... » le ton se fit encore plus cassant à cette simple évocation. « nous ignorent pour l'instant mais ils sont toujours puissants et de plus en plus sûrs d'eux. Quand aux autres... difficile de faire alliance avec ce qui est considéré comme de la nourriture. Et il n'y a rien d'autre. Ces êtres nouveaux qui attaquaient à l'aveugle nous ignoreront désormais, pour l'instant. Est-ce que c'est tout ? Est-ce que c'est tout ce dont je suis capable pour protéger les notres ? »

Il soupira. Quelques pensées noires et il retombait à nouveau dans cette petite nostalgie, tiraillé entre l'envie de tout brûler, d'assouvir le moindre de ses désirs sans se préoccuper une seule seconde des conséquences... et Las Noches. La civilisation. Ha. Quelle était belle cette civilisation...

« Peu importe ma décision, les Arrancars me suivront. Je suis leur Roi, et ceux qui refusent ou s'y opposent... ma foi, je m'occuperai d'eux à l'ancienne si c'est ce qu'ils désirent. Mais je veux mieux pour eux. Mieux pour nous. Nous méritons mieux ! Ca me rend fou de ne pouvoir rien faire, de devoir juste attendre et regarder. Je voudrais... Saveiro, je voudrais voir tous les notres en sécurité... mais comment faire ? Ha, comment faire... ça je l'ignore. »

Il leva un sourcil en posant les yeux sur Saveiro. Il avait l'air étrange. Peut être qu'il ne se remettait pas aussi vite que lui d'une... petite... glissade charnelle. Et encore, ça n'avait été qu'un baiser. Et ça les avait plutôt calmé tous les deux...

« Parfois je me dis que je devrais suivre mon instinct en toutes circonstances... »

Il était songeur. Oh, oui, ça sonnait si doux à ses oreilles maintenant. Il sourit doucement.

« Dominer par la force tout ce qui attire mon oeil. Tout posséder. Tout détruire... Ne serait-ce pas la solution, finalement ? Haha... si seulement. »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Decima Espada
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 25
Localisation : Hueco Mundo

Feuille de personnage
Niveau: 40
Expérience:
5720/10250  (5720/10250)
Spécialité: Hohô
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Dim 24 Juil - 1:21


Par un miracle inespéré, le changement de sujet s’opérait parfaitement et Llanto s’était éloigné de lui pour remettre sa veste et tout rentrait en ordre, du moins, Saveiro tâcha de ranger ses pensées comme il se doit et de reléguer cet épisode dans les recoins obscurs du déni. Faire comme s’il ne s’était rien passé et reprendre le cours de cette discussion sérieuse qui siérait plus aux circonstances et à l’endroit : la salle du trône. Saveiro l’écouta ensuite, de plus en plus calme au fur et à mesure que les paroles du Roi s’énonçaient, tout ceci n’avait rien à voir avec l’épisode précédent et l’éloignait de son embarassement.

« Peu importe ma décision, les Arrancars me suivront. Je suis leur Roi, et ceux qui refusent ou s'y opposent... ma foi, je m'occuperai d'eux à l'ancienne si c'est ce qu'ils désirent. Mais je veux mieux pour eux. Mieux pour nous. Nous méritons mieux ! Ca me rend fou de ne pouvoir rien faire, de devoir juste attendre et regarder. Je voudrais... Saveiro, je voudrais voir tous les notres en sécurité... mais comment faire ? Ha, comment faire... ça je l'ignore. »

Etait-ce le moment de parler ? Après avoir remis en route quelques neurones, certaines idées, du moins le pointage du doigt de quelques soucis, apparaissaient déjà au Decima de pars son tours chez les humains, ainsi que certaines solutions compliquées. Ah, mais non, Llanto n’avait pas fini, alors il retint sa langue.

« Parfois je me dis que je devrais suivre mon instinct en toutes circonstances... »

Mmh…. Qu’entendait il part là ?

« Dominer par la force tout ce qui attire mon oeil. Tout posséder. Tout détruire... Ne serait-ce pas la solution, finalement ? Haha... si seulement. »

…..

« Dominer par la force tout ce qui attire mon oeil. » …. Bizarrement, cette phrase trouvait une résonnance particulière à ses oreilles qu’il ne préféra pas relever sous peine de retrouver la couleur rouge. Il ne put tout de même s’empêcher de se demander si il avait attiré son œil et si Llanto l’embrasserait de nouveau. On se calme. Le Decima chercha un endroit où s’assoir et avisa les marches, un endroit où poser ses fesses appropriés et s’assit, réfléchissant à comment construire ses phrases avant de déclarer :

- Nous manquons de moyens de communications efficaces. Les humains en ont de très perfectionnés et rapide. Les Quincy les ont surement aussi, les Shinigami doivent avoir leurs propres moyens, et pour les Pécheurs…

Saveiro haussa les épaules :

- Aucune idée.

Il posa son coude sur sa cuisse et mit sa tête dans sa main, pensif.

- Cela influe grandement sur la désorganisation. Un arrancar à l’autre bout du désert ne sait pas ce qui se passe à Las Noches. Par exemple j’ai complètement loupé l’arrivé de celui appelé Aizen et ne fut au courant de sa chute que pars l’intermédiaire d.. d’Alvaro.

Il butta légèrement sur le prénom de son défunt ami mais réussi à conserver son calme.

- Ainsi nous ne pouvons pas donner un ordre à travers tout le désert, et si un ordre donné ici change en cours de route, c’est trop tard, les gens sont déjà partit. Pour être honnête je serais surement incapable d’inventer de toute pièce une machine mais sur Terre nous pourrions voler et utiliser ceux des humains que nous devrions laisser sur place, ça ne fonctionnerait pas chez nous. Je pense pouvoir réussir à en faire fonctionner sommairement une.

Bien sur les humains verraient des objets flotter s’ils ne faisaient pas attention mais c’est un détail que Saveiro pensait négligeable. L’un des soucis était qu’il ne pouvait pas savoir le principe d’abonnement et de rechargement d’un téléphone alors cela rendait tout cela encore plus compliqué. Sans parler que…

- Et entre nous ça ne nous avancerais pas beaucoup vu que c’est surtout au Hueco Mundo qu’il y a ce soucis. Alors si quelqu’un a une meilleure idée je suis preneur. Ensuite… La camaraderie… Peut-être faire travailler les arrancars en groupe ? Ou former des équipes ? Durant notre formation nous n’avons pas besoin des autres, on ne fait que manger, manger encore et ça laisse forcément des traces. Mais imaginons que nous demandions aux arrancars actuels d’aller dans la forêt des menos, de trouver des hollows avec une âme dominante et de s’occuper d’eux pour les rendre de plus en plus puissant, de veiller à leur développement. Au début ça serait comme s’occuper d’un animal de compagnie puis, une fois au stade adjucha, cela évoluerait éventuellement en amitié.

C’est ce qu’il avait fait avec Alvaro. Mais les limites lui apparaissaient en même temps, il changea un peu de position, se mettant sur son autre cuisse avec son autre bras.

- Evidemment, cela demande du temps, ce que nous n’avons pas forcément à cause des ennemis, mais nous pourrions imaginer qu’à long terme, si chaque arrancar en formait un nouveau et ainsi de suite, les mentalités changent et nous aurions plus de combattants puissants et mieux soudés. Après tout ce n’est pas qu’à toi qu’incombe le changement du Hueco Mundo : il faut que tout le monde fasse des efforts, et ça risque de protester au début c’est certain, mais peut-être pourrait-on au moins les convaincre que c’est pour notre survie… Et si on faisait un test ?

Saveiro se releva soudain, en proie à une idée :

- Nous pourrions demander à des arrancar de créer quelque chose. Qu’il soit beau ou bon. Par exemple faire une annonce aux autres et leur demander de rapporter au bout de quelques jours une création pour que nous puissions faire une exposition. Que ce soit de la peinture, sculpture, poème, pâtisserie, n’importe quoi du moment qu’ils l’aient fait.

Il sourit un peu :

- Cela peut paraître étrange mais ce n’est pas tous les jours que l’on demande aux arrancars de créer à la place de détruire. On pourrait voir combien feront l’effort de cette démarche et commencer par voir  ce qui en ressort.

Le Decima pensait que peut être, si jamais des arrancar s’essayaient à la chose, ce serait les plus… « humains » et donc les plus aptes à travailler en groupe, ainsi auraient-ils un point de départ. Néanmoins, selon son expérience, ce ne serait pas forcément les plus forts. Saveiro voulait vraiment aider Llanto et proposait ce qu’il avait déjà expérimenté de façon empirique. Ca ne marcherait peut être pas, peut être que personne n’essayerait, ou qu’il fallait commencer plus doucement, peut-être même était-il complètement à côté. Mais instaurer un nouveau système était inédit dans ces terres figés, alors il fallait bien commencer quelque part, même sur des idées incongrus. Saveiro regarda ensuite Llanto pour avoir son avis et déterminer le degré de bizarrerie de ses propos. Et sérieusement… Il m’a embrassé….

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primera Espada
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 26/03/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau: 80
Expérience:
4500/20250  (4500/20250)
Spécialité: Hakuda
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Mar 16 Aoû - 20:02



Hello, my old friend

I've come to talk with you again...


Il parlait de communications. C'était un bon début. Lui-même était obligé d'envoyer un messager à chaque fois qu'il avait besoin de quelqu'un, et c'était relativement agaçant. Toutefois, ils ne disposaient pas de la technologie humaine et il lui semblait improbable de pouvoir apprendre un sort de communication comme pouvaient avoir les Shinigamis. La question était bonne, mais il n'avait apparemment pas plus de réponses.

« Cela influe grandement sur la désorganisation. Un arrancar à l’autre bout du désert ne sait pas ce qui se passe à Las Noches. Par exemple j’ai complètement loupé l’arrivé de celui appelé Aizen et ne fut au courant de sa chute que pars l’intermédiaire d.. d’Alvaro. »

Le petit passage sur Aizen lui arracha un léger sourire crispé. Saveiro devait vivre au fin fond des dunes du Hueco Mundo pour ne pas avoir été au courant. Même lui, le type qui s'isolait le plus possible des autres, avait été au courant. Ah ça ! Il n'avait pas pu le louper. Dire qu'un sale Shinigami s'était approprié son trône...

« (...) Et entre nous ça ne nous avancerais pas beaucoup vu que c’est surtout au Hueco Mundo qu’il y a ce soucis. Alors si quelqu’un a une meilleure idée je suis preneur. Ensuite… La camaraderie… Peut-être faire travailler les arrancars en groupe ? Ou former des équipes ? Durant notre formation nous n’avons pas besoin des autres, on ne fait que manger, manger encore et ça laisse forcément des traces. Mais imaginons que nous demandions aux arrancars actuels d’aller dans la forêt des menos, de trouver des hollows avec une âme dominante et de s’occuper d’eux pour les rendre de plus en plus puissant, de veiller à leur développement. Au début ça serait comme s’occuper d’un animal de compagnie puis, une fois au stade adjucha, cela évoluerait éventuellement en amitié. »

Il haussa un sourcil empreint de perplexité, mais le laissa continuer. Cela lui semblait aussi improbable que stupide, mais l'idée n'était, en soi, pas mauvaise. Il doutait juste de pouvoir convaincre quique ce soit dans le Hueco Mundo de s'occuper d'un Hollow pendant quelques centaines d'années, jusqu'à l'apogée hypothétique qu'il aurait ; tous les Hollows, même dominants, ne devenaient pas naturellement Arrancars. Le fait était exceptionnel, et sans cette saloperie d'Aizen pour forcer la transition, cela lui semblait improbable.

Quand au reste, si c'était plus réalisable, il imaginait difficilement son armée devant les fours ou un tableau. Saveiro était un peu un cas à part - sans doute une des raisons pour lesquelles il l'aimait autant. Et aussi le fait de pouvoir en faire ce qu'il voulait pour peu qu'il en ait envie. Enfin, ça... c'était autre chose. Complètement hors sujet. Il toussa légèrement en observant le ciel sombre.

« Ce sont de bonnes idées mais... j'ai du mal à les penser réalisables. Créer. Voila quelque chose d'assez étrange pour nous. Peut être que ce serait une bonne chose de voir qui serait capable d'autre chose. Nous ne sommes après tout pas si différent des humains. Si ce n'est que nous sommes évidemments au-dessus d'eux dans la chaine alimentaire. L'humain mange des animaux et nous mangeons des humains, quoi de plus normal ? Qui ici serait prêt à accepter sa part d'humanité ? ... je veux dire, à part nous deux. »

Il sourit tristement. Ah. Il était fatigué de réfléchir... Il retourna s'affaler plus amplement dans son trône, avisant le pet... son ami Saveiro qui s'était assis sur les marches. Ses yeux se posèrent sur lui, intensément.

« Mais qu'est-ce que cela nous couterait d'essayer ? mh ? Faisons cela. Proposons à chacun de créer quelque chose et de nous le présenter. Cependant j'y poserai une condition. Je veux que tu sois responsable et que tu prennes les commandes. Ca t'occupera, premièrement, et puis ça te mettra enfin un peu sur l'avant de la scène. Tu dois arrêter d'agir comme une proie terrifié. »


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Decima Espada
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 25
Localisation : Hueco Mundo

Feuille de personnage
Niveau: 40
Expérience:
5720/10250  (5720/10250)
Spécialité: Hohô
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Ven 26 Aoû - 15:49

Llanto sembla réfléchir mais Saveiro ne comprit guère pourquoi il toussa. Il leva simplement un sourcil interrogatif mais attendit la suite. Mmh, voilà qui était une bonne question. Qui serait prêt à accepter leur part d’humanité ? Peut-être qu’il ne le fallait pas le présenter de cette façon et plutôt comme une… « autre part d’arrancar peu utilisé» ? Histoire de ne pas caser le mot « humain » dedans et ainsi garder la fierté de leur congénère préservée ? Ensuite son ami le regarda une fois remonter sur son trône. Pourquoi le regardait il ainsi avec insistance ? Est-ce que le Roi voulait autre chose de plus ? Qu’il vienne grimper sur ses genoux ?


« Mais qu'est-ce que cela nous couterait d'essayer ? mh ? Faisons cela. Proposons à chacun de créer quelque chose et de nous le présenter. Cependant j'y poserai une condition. Je veux que tu sois responsable et que tu prennes les commandes. Ca t'occupera, premièrement, et puis ça te mettra enfin un peu sur l'avant de la scène. Tu dois arrêter d'agir comme une proie terrifié. »

C’est tout ?. Enfin… Non, pas « c’est tout » après tout on venait de lui donner une mission et après sa pensée des plus hors propos Saveiro eut un petit stress avant de se dire que… de toute façon il y aurait peu de monde. Si cela atteignait ne serait-ce que cinq personnes ce serait déjà un exploit. Alors que risquait-il ? Il accepta sans discuter :

- D’accord.

Il prit un petit air vexé en repensant au fait d’agir comme une proie terrifiée. Voyons c’était faux. Quoique… Soit, mais Saveiro aurait bien aimé l’y voir poursuivit par exemple par l’ancien Tercera sans réussir à le raisonner que non, il n’utilisait pas les lézards du Hueco Mundo pour espionner les Espada. C’était le genre d’expérience qui dissuadait complètement de se faire remarquer. Que pouvait-il faire de plus ? L’arrancar détourna le regard. Il n’aimait pas cette situation non plus mais cela s’arrangerait peut être par la suite. Détourner le regard… N’était-ce pas justement le reproche que lui faisait Llanto ? Un comportement trop soumis, effacé, disant ce que les autres voulaient entendre ? Pour éviter d’aller dans son sens Saveiro releva la tête et la tourna de nouveau vers le roi situé un peu plus haut que lui, ne pouvant s’empêcher de le détailler. On avait toujours l’impression que ses vêtements pouvaient s’enlever très facilement, glisser et dévoiler sa musculature halée. Son regard bicolore s’embrasa un instant.

Mais… A quoi je pense ? . Ça n’allait vraiment pas chez lui… Saveiro pouvait toujours mettre cela sur le compte de la déprime mais au fond de lui il savait que c’était faux. Il cligna des yeux et se releva… Pourquoi faire ? Fuir ? Il ne pouvait tout de même pas laisser Llanto de nouveau seul. A défaut de descendre il monta les marches, cela lui éviterait de se tordre le cou pour discuter.

- Ce sera plus pratique… déclara il comme si il voulait justifier sa présence incongru ici.

Et maintenant ? Saveiro ne savait pas quoi dire de plus. Enfin si, il pouvait toujours évoquer le fait qu’il se mettrait à la tâche dès que possible mais cela serait un peu redondant. Saveiro se contenta d’un silence hésitant et gêné une fois en face de lui. Finalement, ce n’était peut-être pas une bonne idée d’avoir l’air idiot maintenant…

- Euh je…



Voudrais un autre baisé ?
M’excuser pour avoir grimpé les marches ?
Grimper sur tes genoux pour te faire un câlin ?
Fuir et aller me taper la tête contre un mur parce que je déraille sévèrement ?


Saveiro eut l’air confus, s’intéressa au mur et ricana un peu mal à l’aise.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primera Espada
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 26/03/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau: 80
Expérience:
4500/20250  (4500/20250)
Spécialité: Hakuda
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Sam 27 Aoû - 21:36



Hello, my old friend

I've come to talk with you again...


« D’accord. »

Son regard s'adoucit légèrement et son sourire s'accentua. Saveiro avait beau prendre son plus bel air de garnement vexé, il avait quand même accepté sa mission sans rechigner. C'était un bon petit gars après tout. Il avait toujours été un bon petit gars. Pas foutu de se rebeller quand il était face à plus fort que lui, mais toujours là. A ses côtés. Même quand c'était dur. Il l'observait encore, se redresser comme s'il avait été piqué, s'approcher, essayer d'avoir l'air insolent - mais pas trop quand même. Ca lui plaisait. Cette étincelle en lui, cet air étrange, comme s'il ne savait pas sur quel pied danser. L'incertitude. Pouvait-il le traiter comme un ami ou devait-il le traiter comme son Roi ? Où se trouvait la frontière entre l'amitié et l'insolence ? C'était captivant. Et il ne comptait pas l'aider. Il voulait le laisser chercher, le laisser lui-même mettre les mots et les actes sur leur relation.

« Euh je… »

Il leva un sourcil, curieux. Malheureusement, Saveiro ne finit jamais sa phrase. C'était à peine s'il l'avait commencée, en fait. Llanto laissa planer le silence. Il ne serait pas celui qui ferait le premier pas. Il voulait le regarder faire, le jauger. Cependant, voyant que Saveiro ne semblait pas prompt à réagir, il finit par soupirer et reprendre un sujet plus... triste. Plus sérieux.

« Kate n'a pas survécu. Elthalen a disparu. Je me disais... me demandais... pour l'instant nous avons sécurisé notre position en négociant une non-agression mais... en y réfléchissant. En y réfléchissant un peu, ces Pécheurs venus des Enfers ne sont-ils pas ceux que nous deviendrons à notre mort, pour bon nombre d'entre nous ? Et si nous étions plus naturellement alliés qu'avec aucune autre race ? Et s'ils proposaient une alliance plus durable, un partenariat ou que sais-je ? Est-ce que j'accepterai ? Est-ce que j'accepterai de voir mon peuple encore une fois lancé à corps perdu dans une guerre sans but ? Oh... beaucoup ici en seraient ravis. Avides de batailles et de sang. Moi-même je pourrais m'y plaire. Et toi ? »


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Decima Espada
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 25
Localisation : Hueco Mundo

Feuille de personnage
Niveau: 40
Expérience:
5720/10250  (5720/10250)
Spécialité: Hohô
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Dim 28 Aoû - 19:56

Evidemment, il aurait dû s’en douter. A rester planter ridiculement devant Llanto, Saveiro avait largement mérité le haussement de sourcil, et peut être même la suite de la phrase. Il n’avait pas énormément connu Kate à vrai dire… Et Elthalen… Honnêtement, si il concédait que militairement parlant c’était bien sur une perte de poids, pour lui c’était un souci en moins. Le Decima en était venu à stresser en marchant dans les couloirs, se disant que si s’il tombait sur le Tercera, il allait devoir justifier la présence des grains de sables dans le Hueco Mundo...

Quand au fait de s’allier plus profondément avec les Pécheurs… Mmh… L’arrancar n’était pas sur de les rejoindre après sa mort. Et si un shinigami le purifiait et qu’il allait à la Soul Society ? Aurait-il encore ses souvenirs ? Deviendrait-il amnésique ? Il ne voulait pas devenir un ennemi de Llanto… Alors une guerre sanglante… Une lueur de désapprobation traversa son regard. S’y plaire ? Allons, c’était déjà miraculeux qu’il ait survécu jusque-là, alors repartir guerroyer… Ce serait comme tenter le diable. Il y aurait son ami mais, sa puissant était telle que ce serait difficile de se battre à ses côtés. Seuls les forts apprécient la guerre, du moins de son point de vue, les faibles mourant en quelques secondes ne s’en réjouiraient surement pas. Une guerre ouverte les sépareraient quelque soit le moyen. Pire, il pourrait se retrouver à être son ennemi. Ce serait absurde… Tout comme cette guerre. Au fond : pourquoi les morts se battaient ? A la place de profiter de cette nouvelle vie.

Saveiro posa sa main sur l’accoudoir du trône et se pencha vers Llanto, franchissant allègrement la barrière de la bienséance, ses cheveux tombant d’un côté de son visage et lui répondit :

- Bien sûr que non.

Sur ce le Decima posa ses lèvres sur les siennes doucement, un peu timidement, son autre main caressa quelques cheveux puis il commença de reculer un peu, se disant qu’il avait peut-être été trop loin, néanmoins si jamais… si jamais il lui arrivait quelque chose, Saveiro ne voulait pas regretter de ne pas l’avoir embrasser de lui-même au moins une fois.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primera Espada
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 26/03/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau: 80
Expérience:
4500/20250  (4500/20250)
Spécialité: Hakuda
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Dim 28 Aoû - 20:38



Hello, my old friend

I've come to talk with you again...


« Bien sûr que non. »

Il leva les yeux vers lui en le regardant s'approcher. Il s'en doutait bien sûr. Saveiro n'était pas du genre à aimer les conflits et la violence. Il avait toujours été un type un peu étrange... Très étrange même. Llanto le laissa faire quand il s'approcha, et ils échangèrent un nouveau baiser. Voilà qui était étonnant, non, surprenant. Agréablement surprenant. Bien entendu, il profita de chaque seconde, et s'empressa même de lui attrapper le poignet pour l'empêcher de fuir. Il le tira contre lui, jusqu'à-ce qu'il bascule et tombe assis sur ses genoux. Il lui offrit un léger sourire, un peu triste, mais sincère.

« Bien sûr que non... »

Il se redressa légèrement pour poser son menton sur l'épaule du Decima, et coller son nez contre son cou. Humer son odeur. Il ferma les yeux. C'était agréable. Ca détendait. Il glissa un bras autour de son torse, et le serra doucement contre lui. Agréable, chaleureux. Il avait besoin de cette chaleur, de ce contact. Il avait besoin de son amitié, de son admiration. Il avait besoin de voir dans les yeux de Saveiro qu'il était encore vivant. Qu'ils étaient encore vivants. Il le relacha lentement. Il n'en était pas encore à lui mettre une laisse pour le gratouiller sur ses genoux toute la journée en espérant qu'il ronronne. Mais l'idée n'était pas, en soi, déplaisante.

« T'ai-je déjà parlé de Luz ? Probablement pas. Je crois que, pour toi comme pour tous les autres, je suis apparu ici un beau jour aux côtés de notre Reine. C'est étrange. Ici, comme dans le désert, tout le monde se fiche éperdumment du passé des autres. Nous sommes tous là, comme si nous n'avions jamais existé avant et comme si nous n'avions pas de futur. C'est triste. Non ? »

Sa voix se perdait dans cet instant de nostalgie. Luz. Luz avait été le premier être à jamais lui manquer. Luz avait été son père, son frère, son seul ami. Il l'avait nommé et il l'avait éduqué. Il avait joué avec lui. Ils s'étaient battus ensemble... Et Aizen avait détruit ça aussi. Son reatsu gronda légèrement à cette pensée. Aizen avait fait du Hueco Mundo quelque chose de compliqué et de sauvage, plus encore qu'avant. Autrefois, les Hollows tuaient pour se nourrir, c'était naturel. Maintenant, ils tuaient pour le pouvoir, pour l'importance, ou parce qu'on le leur avait ordonné. Bien sûr, il y avait toujours eu des meutes, mais elles se comportaient comme des meutes. On tuait pour la meute, pour la survie. Barragan avait bien tenté de se considérer Roi, mais un Roi sans terre, un Roi qui ne dirigeait pas le Hueco Mundo tout entier. Non. Tout s'était accéléré à cause d'Aizen. Et Llanto n'avait pas pu pardonner ça. Il rejettait la faute sur les Shinigamis, et les récents évènements n'étaient pas vraiment en train de jouer en leur faveur. Qu'ils crèvent tous !

« Il s'appelait Luz Serosa. C'était un Vasto Lordes. Il est mort pour Aizen. »


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Decima Espada
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 25
Localisation : Hueco Mundo

Feuille de personnage
Niveau: 40
Expérience:
5720/10250  (5720/10250)
Spécialité: Hohô
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Dim 4 Sep - 13:37

Quel sourire un peu triste, mais sincère… L’arrancar se sentait touché en plein cœur – quoiqu’en dise les autres races. Saveiro fut surpris mais sourit ensuite légèrement à l’attitude de Llanto. Non pas pour se moquer mais pour le rassurer un peu, le laissant faire, même sur ses genoux lui caressant un peu les cheveux. C’était étrange de trouver du réconfort maintenant. Pourquoi n’était-il pas venu plus tôt ? Le Decima s’en voulait terriblement. Il ne ferait pas deux fois la même erreur, il se le promit. Néanmoins, cette situation n’était pas censée se reproduire deux fois, car cela voudrait dire qu’un grand malheur serait arrivé. Ensuite, même si son ami – embrasse t’on ses amis ? – l’avait relâché, il eut envie de rester sur ses genoux. Et puis où irait-il s’assoit sinon ? Oh, ce n’était qu’une excuse, Saveiro voulait profiter encore de sa chaleur et l’écouter.

« T'ai-je déjà parlé de Luz ? Probablement pas. Je crois que, pour toi comme pour tous les autres, je suis apparu ici un beau jour aux côtés de notre Reine. C'est étrange. Ici, comme dans le désert, tout le monde se fiche éperdument du passé des autres. Nous sommes tous là, comme si nous n'avions jamais existé avant et comme si nous n'avions pas de futur. C'est triste. Non ?..... Il s'appelait Luz Serosa. C'était un Vasto Lordes. Il est mort pour Aizen. »

Saveiro hocha la tête, assimilant les informations. Ce n’était pas qu’il se fichait des autres ou ne voulait pas en parler. C’était surtout qu’il ne savait pas quoi en dire… Il pensait que ce serait le cas pour les autres, encore une fois il s’était trompé et cela faisait de la peine au Prim- non, Roi. Peut-être devait-il arrêter de supposer et agir ? Il était temps. Le Decima lui proposa :

- Si tu veux, tu peux m’en parler.

Il ajouta tristement :

- Je… n’ai pas… je n’arriverais pas à parler du passé de suite.

La disparition d’Alvaro était trop récente, les mots ne sortiraient pas, bloqués dans sa gorge. Avant que son meilleur ami ne soit là, toutes les journées se ressemblaient, alors, il ne savait plus trop ce qu’il faisait avant cela à pars s’ennuyer et manger. Saveiro avoua dans un murmure :

- J’ai l’impression que… c’est le deuxième petit frère que je perds par ma faute. Même si je ne me souviens plus qui était le premier…

Alvaro n’était pas mort pour Aizen mais qui sait, avait-il connu le-dit Luz lors de son passage chez celui-ci ? Peut-être que le roux n’était même pas mort par élan de bravoure envers les siens, juste surpris par l’attaque et n’avait rien pu faire. Le Decima préférait ne pas y repenser, il culpabilisait énormément pour cela aussi, il n’avait pas su tenir sa promesse. Non, il lutta pour ne pas flancher de nouveau et se remettre à pleurer, Saveiro devait faire de son mieux maintenant, trouver des solutions pour la cohésion arrancar, mettre en œuvre la mission qu’on lui avait confier et s’entraîner beaucoup plus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primera Espada
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 26/03/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau: 80
Expérience:
4500/20250  (4500/20250)
Spécialité: Hakuda
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Sam 17 Sep - 17:33



Hello, my old friend

I've come to talk with you again...

Etonnament, même libre de ses mouvements, Saveiro resta sagement installé sur ses genoux. Le Decima était probablement, lui aussi, en train de prendre goût à cette situation... étrange.

« Si tu veux, tu peux m’en parler... Je… n’ai pas… je n’arriverais pas à parler du passé de suite. »

Il hocha la tête, compréhensif. Llanto n'avait jamais parlé de son passé, à vrai dire. Malgré le temps passé, la blessure était toujours ouverte. Et puis il n'avait pas voulu importuner sa Reina avec ça. Il n'avait pas voulu inquiéter sa Fraccion. Et maintenant, où étaient-ils ? Avec qui d'autre que Saveiro pouvait-il partager un secret ? Son coeur se serra quand il se rendit compte qu'il n'avait personne d'autre à qui faire confiance. Personne d'autre que Saveiro.

« J’ai l’impression que… c’est le deuxième petit frère que je perds par ma faute. Même si je ne me souviens plus qui était le premier… »

Llanto fronça les sourcils. Il n'aimait pas ça.

« Ne dit pas ça. Il n'est pas mort par ta faute. Il est mort parce qu'un autre lui a ôté la vie. Il est mort parce que nous sommes en guerre. Il est peut être mort parce que j'ai décidé de soutenir Hallibel et de protéger notre maison. Peut être qu'il est mort pour énormément de raisons et que cela nous dépasse tous, mais ce n'est pas ta faute. Tout comme la mort d'Hallibel n'est pas la mienne. »

Il leva la main pour l'empêcher de répondre. Ce n'était pas le genre de discours auquel Saveiro était autorisé à protester : c'était un ordre. Saveiro n'était pas responsable de la mort de son ami, de son frère. C'était difficile, peut être, mais c'était comme ça. Il s'avachit un peu plus en gardant son Decima sur les genoux, et ferma à moitié les yeux pour essayer de se souvenir de son passé.

« J'ai tué... des centaines, peut être des milliers de Hollows, Gillians ou Adjuchas avant de devenir un Vasto Lordes. C'est là que je l'ai rencontré. Luz Serosa. J'ignore toujours son passé, je ne sais pas d'où il venait. Avait-il d'autres amis, de la famille, ou était-il désespérément seul lui aussi ? Aucune idée. Je n'avais jamais trouvé quelqu'un qui soit mon égal, un camarade qui aurait besoin de ma compagnie et qui ne serait pas mort juste parce qu'il m'aurait cotoyé. Souvent, les faibles se rassemblent en meutes pour chasser, ils comptent sur le nombre, sur les liens abstraits qui peuvent les relier. Mais moi... je fus toujours seul. Trop puissant pour avoir un ami. Trop avide pour avoir de la compagnie. »

Il inspira doucement, passant une main dans ses cheveux pour se décoiffer plus que pour se coiffer. Ses yeux étincellants fixèrent un instant Saveiro, puis le plafond, avant de se refermer.

« Je l'ai rencontré dans le désert. J'étais insolent et arrogant. Après tout, n'étais-je pas le plus fort ? Jamais aucun adversaire ne m'avait vaincu. J'étais au sommet de la chaîne alimentaire ! Ha ! Quelle leçon ! Battu à plate couture, comme un pauvre hollow qui découvre à peine son existence. Est-ce que tu es un idiot ? je crois que c'est la première chose qu'il m'ait jamais dite. Je me pose encore souvent cette question. Est-ce que je ne suis qu'un pauvre idiot ? »

Il sourit légèrement. Ils avaient tous les deux un peu besoin de légèreté.

« Il m'a appelé Llanto, parce que mon masque avait de drôles de petites fentes qui ressemblaient à des larmes, et parce que j'étais un sale gosse, boudeur et récalcitrant. Ah... combien d'années avons nous passé ensemble, jamais l'un sans l'autre ? ... des dizaines et des dizaines. Quand je me comportais comme un idiot, il me mettait une raclée. Quand je lui manquais de respect, il me mettait une raclée. Quand j'essayais de l'avoir par surprise, il me mettait quand même une raclée. Peux-tu imaginer à quel point il aurait été fier et puissant dans cette Espada ? Ah ! J'aurais beaucoup donné pour le voir siéger à mes côtés. Tous les trois... ç'aurait été très intéressant. »

Il réfléchit à cette possibilité. Luz, Roi du Hueco Mundo, et Llanto et Saveiro, ses fidèles conseillers. L'image lui réchauffait le coeur, mais il se souvint bien vite que Luz était mort depuis longtemps. Tout était... plus froid, maintenant.

« ... et puis... et puis un jour, trois Shinigamis sont apparus au Hueco Mundo. Luz était curieux, même si moi je préférais les éviter. Nous nous séparèrent donc. Luz devint un Arrancar, et un jour, j'appris qu'il était mort. Je ne sais pas comment, pour quelle raison. Je sais juste qu'il obéissait à Aizen et que cela l'a tué. Alors quand ces intrus sont venus, j'ai regardé. De loin, j'ai regardé l'ancienne Espada et Aizen se faire battre. J'espérais qu'ils meurent tous ! Je les haïssais. »

Il essaya de calmer son reatsu qui fluctuait encore, histoire que Saveiro ne perde pas connaissance à cause de l'intensité de son récit. C'eut été dommage.

« Quelques jours après - enfin, si on peut parler de jours - mon masque s'était brisé. Seul. Peut être que cette frontière, nous étions un jour ammenés à la dépasser nous-mêmes. Peut être qu'Aizen est venu et a chamboulé l'évolution naturelle de notre espèce. Que sais-je ? N'empêche que je suis devenu un Arrancar, sans qu'aucun Shinigami ne vienne me triffouiller. Mais malgré ça... je me sentais seul. Terriblement seul. Alors j'ai fini par me décider. Je me suis enroulé dans les morceaux de tissu que je possédais, et je suis venu ici. Tout avait l'air en ruine, tous étaient épuisés. C'est là que je l'ai rencontré... Hallibel... »

La tristesse rejaillit soudainement sans qu'il s'y attende. Llanto n'était pas du genre à savoir bien gérer les émotions, surtout celles qui étaient aussi fortes. Il l'avait aimé du plus profond de son coeur, et sa perte était terrible pour lui. Il avait l'impression qu'on lui avait arraché une partie de lui-même.

« Je ne me souviens plus de ce dont nous avions parlé. Je la trouvais... magnifique. Je voulais être à ses côtés, parce qu'elle était puissante et belle, parce qu'elle était forte et qu'elle pouvait m'apporter un but, une destinée. Je voulais... je voulais lui donner tout mon être. Tout ce que je possédais. Ah, elle ne voulait pas de moi comme compagnon, mais elle m'adressait la parole et elle m'ordonnait de l'aider. Elle me donnait des choses à faire et elle m'offrit ce dont j'avais besoin : une famille. Une place, une communauté, une Fraccion et une Espada. C'était tout ce qui comptait... je pensais... je pensais que c'était tout ce qui comptait... »

Il passa une main sur ses yeux. Elle lui manquait. Kate était morte. Hallibel était morte. Luz était mort. Pourquoi fallait-il toujours qu'il survive et qu'il souffre de ces pertes ? Pourquoi était-il né fort ? Pourquoi n'était-il pas autorisé à perdre les pédales et à tout massacrer sans distinction pour soulager ses nerfs ? Pourquoi est-ce que ça faisait si mal !?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Decima Espada
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 15/03/2015
Age : 25
Localisation : Hueco Mundo

Feuille de personnage
Niveau: 40
Expérience:
5720/10250  (5720/10250)
Spécialité: Hohô
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Mer 21 Sep - 23:32

Saveiro écoutait patiemment, sans jugement, avec compréhension, un peu rassuré. Essayant d’y croire. Ce n’était pas de sa faute. Ca ne pouvait pas l’être… n’est-ce pas ? Lentement, une histoire prenait forme, celle de Llanto Serosa, une histoire bien différente de la sienne, n’ayant quasiment aucun point commun. Ne serait-ce que l’évolution, l’âge, les circonstances, le caractère. Il avait rencontré son ami de façon bien différente, il sourit légèrement, Luz aurait vraiment été un très puissant arrancar. Dommage que celui-ci avait été tué. Mais qui avait pu faire une telle chose ? La puissance pour occire un arrancar pouvant maîtriser Llanto devait être effroyable. Etait-il à présent chez les Pécheurs ou Shinigami ? A moins que ce ne soit la faute d’un Quincy ?

Son masque c’était brisé juste après la mort de Luz. A moins que ce ne soit simplement la colère ? Cette colère qui augmenta soudainement son reiatsu, heureusement que le Roi s’en rendit compte. Au moins ne s’était-il pas trop foiré dans son évolution... Alors c’était à ce moment-là que Llanto avait rejoint l’Espada… Lui n’était arrivé que plus tard, quand la reconstruction était déjà bien avancée et se faisaient re-détruire cette fois par les Quincy. Cela relevait toujours du miracle qu’il ait survécu… En même temps il n’était pas partit se frotter aux plus forts ceci dit.

Saveiro n’avait jamais su à quel point son ami avait aimé Hallibel, aussi le découvrait-il. Llanto avait perdu non pas une, mais trois personnes chères à ses yeux. Le Decima devait à tout prix faire quelque chose pour ses capacités lamentables, il ne pouvait pas être le quatrième. Pour lui-même, et pour son ami qui serait si triste, effondré. Cela lui fit un nœud à la gorge de le voir dans cet état, malheureux. Il ne savait que faire pour consoler de cette perte immense. Il posa timidement une main dans ses cheveux, pour le rassurer peut être un peu.

- Llanto…

Que pouvait-il faire d’autre pour enlever cette peine ? Elle ne passera pas vite, il en était conscient. Il le savait. Saveiro ne savait pas quoi faire avec sa main, même si Llanto était son ami, le violet n’était pas forcément très tactile aussi le… recoiffa t’il maladroitement.

- Pourras-tu m’aider à m’entrainer encore ? Je ne suis pas prêt pour… tout.

Il décida de parler un peu de lui, ce qu’il pouvait prononcer sans sentir sa gorge se serrer :

- Si tu veux le savoir… Je suis arrivé à la première attaque des Quincy…

Ses yeux se perdirent dans le passé, se souvenant du combat :

- J’ai survécu en me cachant le plus souvent… Ou… rattrapant les plus faibles et blessés. Néanmoins j’aurais dû mourir ce jour-là.


La scène incongrue lui revenait à l’esprit :

- Un Quincy nous tenait en joug, mon ami et moi… Si jeune… presque un enfant et déjà trop fort pour moi, trop fort pour nous qui étions blessés. Finalement il abaissa son arme et les lieux s’écroulèrent.

Tué par un enfant qui n’avait pas le quart de son âge, cela n’aurait pas été glorieux et il fit une petite moue, mécontent. Pourquoi des vivants avaient de telles capacités ? C’était rageant pour lui. Il ne pouvait pas faire ce qu’il voulait et risquait de rendre Llanto triste s’il lui arrivait quelque chose. Triste comme maintenant. Mais il ne pouvait pas lui promettre l’impossible, promettre de rester en vie alors qu’il faisait partit des proies faciles que les jeunes Quincy pouvaient s’amuser à dégommer histoire de s’échauffer… Au moins pouvait-il faire autre chose. Saveiro lui pris ensuite la main doucement pour déclarer fermement :

- Je vais faire au mieux pour mettre en œuvre la mission que tu m’as confié.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Primera Espada
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 26/03/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Niveau: 80
Expérience:
4500/20250  (4500/20250)
Spécialité: Hakuda
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   Jeu 22 Sep - 13:22



Hello, my old friend

I've come to talk with you again...

Il ne pensait pas que son histoire aurait autant d'effets. Il avait l'impression d'avoir le coeur en mille morceaux. Saveiro avait l'air tout retourné, son reatsu le lui disait clairement. Ils étaient tous les deux malheureux et épuisés.

« Llanto… »

Son nom le tira de ses pensées, et il rouvrit les yeux pour observer le Decima. Il le laissa glisser ses doigts dans ses cheveux. Il en ronronnait presque.

« Pourras-tu m’aider à m’entrainer encore ? Je ne suis pas prêt pour… tout. »

La proposition lui arracha un léger, très léger sourire. Il savait parfaitement que Saveiro n'était pas prêt pour ce qui allait suivre. C'était pourquoi il ne comptait pas le laisser s'éloigner trop de lui. Nope. C'en était même hors de question.

« Bien sûr, Saveiro. »

Il se souvint qu'une fois, l'idée lui avait traversé l'esprit de nommer Saveiro Primera Espada. Mais il n'oubliait pas que les Arrancars étaient encore trop sauvages pour tôlérer un faible à leur tête. Et Saveiro en serait probablement mort, d'une crise cardiaque. Parfois, il se disait que cette saloperie de Capitaine Commandant avait raison en traitant son peuple de primitifs. Puis il se souvenait que de leur côté non plus, les faibles n'avaient pas vraiment le droit à la parole. Combien de Capitaines étaient incapable d'affronter Llanto en combat singulier ? ... à bien y réfléchir, probablement aucun n'aurait de mal à le blesser. C'était frustrant. Excitant bien sûr, mais frustrant. Il ne pouvait pas se permettre de marcher en guerre ouverte contre eux. Son peuple était bien trop fragilisé par les récents évènements...

Saveiro raconta ensuite, brièvement, son histoire. La façon dont il s'était caché, celle dont il avait failli mourir... Llanto n'était pas du genre à le juger pour son apparente lâcheté ou pour le fait de s'en être pris aux blessés et fuyards. Non, au contraire, il trouvait cette technique plutôt efficace pour quelqu'un qui, de toute façon, n'aurait eu aucune chance en combat ouvert et franc. Il scrutait son protégé, sa tristesse s'effaçant très, très lentement. Il percevait la peur de Saveiro, mais surtout... sa honte. Oui. C'était probablement de la honte.

« Je vais faire au mieux pour mettre en œuvre la mission que tu m’as confié. »

Telle était sa conclusion. Llanto hocha la tête, et se redressa pour arranger la chaine dorée qui pendait autour de son cou. Ce n'était peut être pas le bon moment pour s'étrangler tout seul à cause d'un accessoire qui s'emmêlait.

« Saveiro. Ne doute jamais de la confiance que je te porte. J'ai besoin de toi. Alors je t'interdis de mourir, compris ? »

Il hocha la tête une nouvelle fois, et souleva légèrement Saveiro pour le poser sur l'accoudoir comme s'il ne pesait rien, avant de se relever et de faire quelques pas. Fini. Il fallaient qu'ils se bougent. Ce n'était pas en restant assis sur ce trône à se morfondre qu'ils allaient faire bouger les choses. Il se donna une grande gifle mentale en pensant à ses responsabilités nouvelles. Il avait tout un monde à protéger.

« Je sais que tu n'es pas faible, Saveiro. Parce que tu es digne d'être mon ami, mon conseiller, et de partager tes fardeaux et les miens. Crois-moi, je ferais en sorte que tu affiches le grade et la puissance que tu mérites. »

Il tira sa veste, secoua sa délicieuse crinière et fronça les sourcils en regardant l'horizon. Il se tourna vers Saveiro en quittant la pièce.

« Je te conseille de bien dormir. Parce qu'on commence demain. »


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une énième toile gâchée [pv Llanto]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une énième toile gâchée [pv Llanto]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du nouveau sur la toile--L'autreTV.com
» Yosei, l'étoile du matin
» Boule de poil sur la toile
» Poussière d'Étoile
» Toile d'Araignée : Te prendras-tu dans ma toile ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Hell on Earth :: 
Zone RPG
 :: Hueco Mundo :: Las Noches
-