Forum RPG sur le manga Bleach
 
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Comme Avant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Comme Avant   Jeu 29 Oct - 16:08

« feat Llanto Serosa»

Comme Avant

Tout juste récemment rentrée au Hueco Mondo, la Segunda passa rapidement à Las Noches histoire de faire savoir à tous les présents qu'elle l'était également. Le fait est que depuis l'ouverture des Portes des Enfers, les batailles faisaient rages, et elles n'épargnaient pas les Arrancars. Du coup, chacun d'eux -et c'était obligatoire pour la totalité de l'Espada- devaient signaler sa présence auprès des autres dans la forteresse, pour savoir qui était disponible si les autorités décidaient de lancer une offensive. Lorsqu'elle entra dans la salle principale en y passant seulement la tête, elle y vu juste quelques membres des Fraccions de ses alliés. Des yeux curieux se tournèrent vers sa personne, alors Averia se contenta d’acquiescer puis retourna sur ses pas. Non pas qu'elle n'était pas en bons termes avec eux, mais seulement qu'elle n'éprouvait pas forcément le besoin de parler, et encore moins de se confier. Elle avait plus important à faire, puisque la guerre sonnait le clairon bien trop souvent. La Segunda n'avait d'autre choix que de s’entraîner pour pouvoir défendre ce qui était maintenant sa maison, et ceux qui étaient aujourd'hui sa famille. Elle quitta la forteresse aussi vite qu'elle y été arrivée, faisant tout de même signe aux Arrancar qu'elle croisait sur son chemin.

Averia déboucha rapidement sur le sable, et elle fit face au Désert dans lequel elle avait mené nombre de combat pour sa survie. Aujourd'hui, elle n'était pas désappointée par toutes ces vies qu'elle avait prises, puisque celles-ci lui avaient permis de s'élever au rang d'Arrancar, mais surtout de la Segunda de l'Espada. La guerrière avançait d'un pas sur, et elle pouvait sentir le Reiatsu de beaucoup d'Hollow qui se cachaient derrière les innombrables dunes de sables monochromes. Elle esquissa un sourire, comme si elle avait du temps à perdre avec eux. Non, elle valait mieux que cet Adjuchas qui avait essayé de la tuer le jour où elle est arrivée pour la première fois au Hueco Mondo : Elle avait choisit de laisser une chance à la marmaille qui glapissait dehors, la chance de pouvoir dépasser l'Espada. La chance de prouver ce que chacun d'eux était capable de faire. Maintenant qu'elle avait marché pendant une bonne quinzaine de minutes dans un désert horriblement silencieux, elle s'arrêta. C'était toujours à cet endroit, qu'elle connaissait bien, là où un arbre mort possédant encore trois de ses bras en une santé relativement correct pour un être dont la vie l'avait délaissé, qu'elle rejoignait la Forêt de Menos, en contre-bas.

C'était toujours en ce lieu qu'elle venait pour approfondir ses techniques, et ce depuis qu'elle était devenue Hollow, en ce triste jour de Novembre 1420, alors qu'elle était âgée de 18 ans. Après coup, elle s'était dit qu'être Hollow, et aujourd'hui Arrancar, lui avait offert une vie plus longue, mais à quel prix ? Celui de n'avoir rien d'autre à faire que de pratiquer, s'entraîner, pratiquer, et encore s'entraîner. Heureusement, les conflits de ce siècle étaient tout à fait aptes à venir l'attraper pour la laisser sur un champ de bataille. Au moins, s'entraînait-elle pour quelque chose. La minuscule faille qu'elle avait empruntée, peu la connaissait. Il lui semblait, si ses souvenirs étaient bons, qu'elle avait un jour croisé le Primera dans la Forêt, mais sans possibilité de savoir s'il avait emprunté ce même chemin, même si elle essayait de localiser des traces de son énergie spirituelle, puisque tout deux la cachait. Ce chemin rocailleux avait pour sortie le vide, alors Averia puisa dans la force des ses jambes pour sauter sur les branches de l'arbre le plus proche, et ainsi de suite jusqu'à arriver au dessus d'une place comme qui dirait "centrale", où rien n'obstruait sa descente. La Segunda atterri alors sur ses deux pieds, puis se rendit au milieu de cet endroit dénué de vie. C'était comme si celle-ci fuyait cette place. Elle risqua un regard sur sa droite, et l’arbuste qui atteignait environ cinq bons mètres semblait refusé que ses branches dépassent sur le terrain adjacent.

Qu'à cela ne tienne, la jeune femme saisit la garde de son sabre silencieusement entre ses doigts et commença à l'extraire de sa ceinture. Sans bouger d'un cil, elle jeta un regard froid à sa gauche, comme si elle savait que quelque chose, où quelqu'un se tenait derrière elle. Averia se retourna à la vitesse d'un éclair, menaçant de son katana, la pointe dirigée vers la gorge de son ennemi, la chose qui l'attendait dans son dos. Toute la froidure de son regard s'évanouit lorsqu'elle reconnut son congénère de l'Espada.
"Ah, ce n'est que toi, Llanto. ", s'exprima t-elle sur un ton aussi gelé que son cœur.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Primera Espada
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 26/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Niveau: 80
Expérience:
4500/20250  (4500/20250)
Spécialité: Hakuda
MessageSujet: Re: Comme Avant   Ven 30 Oct - 1:52

Kate était dans un état stable. Inquiétant, mais stable. Et la puissance de son reatsu ne pouvait pas l'aider à aller mieux. Bien au contraire, il risquait d'aggraver la situation en restant auprès d'elle, et son angoisse ne guérissait pas. Sa colère non plus. Il avait bien failli libérer sa rage sur le Tercera, mais il n'avait pas pu s'y résoudre. Alors plutôt que de risquer de détruire Las Noches en se battant pour évacuer la peur, il avait fui. Il avait fui comme à son habitude, n'importe où, là où il n'y aurait personne. Il avait fui comme lorsqu'il avait besoin de solitude, et que l'atmosphère familiale lui pesait. Il avait fui ses responsabilités et son devoir pour se reprendre, et il avait surtout fui à un endroit où le Decima ne serait pas envoyé le chercher, un endroit plutôt inhabituel pour lui. Il avait déjà croisé le reatsu de la Secunda non loin, une autre fois, mais au moins s'il y avait un problème, il pourrait toujours être appelé. Voilà ce qu'il se disait en se réfugiant dans ce coin désolé, tapant et trainant des pieds en marchant, toujours tout droit, jusqu'à cet arbre solitaire.

Pendant de longues minutes, il était resté là, sans bien dissimuler son reatsu à vrai dire, enveloppé dans sa large veste, il observait les alentours et se délectait de sa solitude. Ses yeux définitivement trop verts fixaient l'arbre comme s'il avait pu avoir les réponses à ses questions muettes, et il finit par avoir envie de tout cramer. Ce n'est qu'après de longues heures à essayer de se calmer qu'il perçut un reatsu s'approchant de lui, et qu'il dissimula le sien. Tout d'abord, pour éviter d'être dérangé si ce n'était pas expressemment important, et d'autre part, pour éviter de tuer par inadvertance un promeneur trop curieux. Délicate attention. Enfin, il finit par se rendre compte que la personne qui filait droit sur lui était, sans surprise, la Secunda Espada. Il se demanda si elle l'avait repéré, et décida de s'écarter un peu. Il la vit arriver, majestueuse et glaciale comme à son habitude, et il avança d'un pas pour lui demander des explications, se retrouvant soudainement avec un Zanpakuto devant le nez, qu'il repoussa d'un index agacé.

- Ah, ce n'est que toi, Llanto.

Ses yeux criaient : evidemment, qui veux-tu que ce soit ?! Mais lui, il se contenta d'un poli :

- Bonsoir, Averia.

Sa voix trahissait sans mal son énervement et l'exaspération qui lui nouait les entrailles. Il était à fleur de peau, et il n'avait pas envie de voir du monde. Certainement pas aussi frontalement, et encore moins quelqu'un qui lui rappelait à quel point il avait failli à sa tâche et à quel point il était lâche de fuir ses responsabilités.

- Tu te promènes souvent sans vérifier les reatsus environnants, ou bien tu ne reconnais toujours pas le mien ?

Il n'était pourtant ni agressif, ni moqueur. Simple constatation : si la Secunda levait son Zanpakuto vers lui, il avait parfaitement le droit de lui en faire le reproche. Même si la combattante égalait probablement ses capacités, tout comme le Tercera. Ils avaient plus ou moins la même force, seul le choix d'Hallibel avait donné l'ordre. Ceux qui protégeaient la Famille, Las Noches, l'Espada et les Arrancars avaient eu la priorité au classement, rien de plus. Ils n'étaient plus une bande de sauvages. Aizen avait prouvé à tous que ce n'était que stupidité de ne compter que sur la puissance. Quelques uns étaient conservés, les autres étaient simplement plus responsables. Et merci, parce que c'était uniquement parce que le tiercé de tête - Hallibel et eux deux - savait faire fonctionner leur cervelle, que le Hueco Mundo existait toujours.

- Que fais-tu ici ? J'espérais être seul, à vrai dire. Il se passe quelque chose à la maison ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme Avant   Dim 15 Nov - 14:34

« feat Llanto Serosa»

Comme Avant

La Segunda ne laissa rien paraître de ce qu'elle ressentait. Pour être honnête, elle s'en voulait de son ton froid envers la Primera, avec qui elle s’entraînait le plus souvent. Ils étaient des frères d'armes depuis un sacré temps déjà, et elle ne se serait jamais permise de lever son arme contre lui. Seulement, c'était bien sa carotide que son katana menaçait. Elle garda ses émotions en elle, et ôta calmement cette lame, source du pouvoir qui avait fait d'elle ce qu'elle était aujourd'hui, la numéro 2 de l'Espada. Elle ne regardait pas Llanto alors qu'il parlait, mais elle comprenait très bien les réactions qu'il gardait intérieurement. Averia aurait mit sa main au feu que ses yeux envoyaient des éclairs en sa direction, et elle se contenta d'écouter ses remarques, qu'il n'hésitait pas à accompagner de son agacement.
"Tu te promènes souvent sans vérifier les Reiatsu environnants, ou bien tu ne reconnais toujours pas le mien ?"
Elle lâcha un court soupir... Ils étaient les deux seuls à connaitre cet endroit, et ce depuis longtemps, alors avait-elle réellement besoin de justifier son manque d'attention ? Ses sourcils étaient froncés. Bien sûr, qu'elle ne connaissait pas son Reiatsu. Après tout, ils se connaissaient depuis... qu'ils étaient dans l'Espada, voilà. Bravo Llanto, quelle déduction ! Averia croisa les bras, mais fusilla son ami du regard, qui comprit surement l'ironie qui brûlait dans ses orbites.

Son visage reprit son calme froid habituel, mais ne perdit en rien sa voix qui trahissait sa colère.
"T'as raison... C'est vrai que je devrais vraiment me méfier des Hollows.. Et des Arrancars, tant que j'y suis, baka !, déclara t-elle, toujours avec autant d'ironie. Si un Reiatsu d'une espèce autre que la sienne avait pointé le bout de son nez, elle l'aurait tout de suite remarqué, de toutes façons. Et aucuns d'entre eux n'était assez fous (ou imbus de lui-même) pour venir sonner à la porte de l'Espada. Après ça, elle se retourna, dans l'espoir de retrouver sa quiétude d'esprit. Elle était venue pour s’entraîner, pas pour blablater et laisser sa fureur prendre le dessus. Il en était surement de même pour son allié, surtout depuis l'incident avec Kate, une de ses Fraccions. Elle voyait bien qu'il s'en voulait d'être "si faible". Oui, cela arrivait à la Primera de se sentir vulnérable, même fragile. Il devait être envahi de sentiments contraires, de voix qui le hantaient chaque secondes de sa longue et pénible vie qui ne se résumait qu'à tuer, mais il ne devait rien laisser paraître. Aucun d'eux trois, la Reine et les Têtes de l'Espada, ne devaient montrer qu'ils étaient en proie à des émotions qu'ils ne pouvaient pas supporter. Averia avait ressenti cette faiblesse après la mort de sa famille, même si, à ce époque, elle ignorait tout du monde dans lequel elle vivait. Repensant à ces moments qui l'avaient forgée comme elle était, elle fit face à Llanto, et essayait tant bien que mal de paraître rassurante.
"Je sais ce que tu ressens, et je sais ce que tu viens faire ici... Mais sois optimiste, et dis-toi que ces troubles te permettront peut-être de changer ta manière de voir les choses."
Et qui sait ? Peut-être était-ce bon à prendre pour essayer de régler le problème qui avait forcé les Hollows et les Shinigamis à faire équipe ?

Il y eut un long silence, tels que la Segunda les appréciait, mais là, c'était différent. Comment Llanto pouvait supporter un mutisme pareil, alors qu'elle lui parlait des effets bénéfiques aux blessures de quelqu'un qui lui était cher ? Voilà en quoi Averia était douée: briser le moral. Elle s'en voulu encore une fois, mais elle rassurait en se disant qu'il avait compris le message, sans lui en vouloir pour les mots qu'elle lui avait fait lire derrière celle qu'elle avait prononcée. Pour briser le silence, elle se contenta de dire qu'un bon entrainement lui ferait le plus grand bien, ce à quoi Llanto répondit par un hochement de tête. Il ne fallut pas longtemps pour reprendre ses esprits et lui poser une question sans la moindre forme de colère à l'intérieur.
"Que fais-tu ici ? J'espérais être seul, à vrai dire. Il se passe quelque chose à la maison ?"
La réponse se fut rapide, à vrai dire, elle venait pour la raison qu'elle lui avait conseillée. La deuxième partie de son interrogation la fit presque frissonner: Las Noches pouvait-elle passer d'un calme mort à un carnage en si peu de temps ? Elle répondu à son doute par la négative, et reporta son attention sur le Primera.
"Non. Mais si cela devait arriver, nous ferrons barrage aux Sinners. Et pour ça, rien de mieux que se préparer à l'invasion." déclara-t-elle en découvrant son sabre à l'aide de son pouce.  

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


Désolée pour le retard, mais ça a été littéralement impossible de répondre ces derniers temps ^^' Prends tout ton temps !
Revenir en haut Aller en bas
Primera Espada
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 26/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Niveau: 80
Expérience:
4500/20250  (4500/20250)
Spécialité: Hakuda
MessageSujet: Re: Comme Avant   Dim 6 Déc - 21:01

- Je sais ce que tu ressens, et je sais ce que tu viens faire ici... Mais sois optimiste, et dis-toi que ces troubles te permettront peut-être de changer ta manière de voir les choses.
- Tu n'as pas la moindre idée de ce que je ressens.

Il ne prenait même plus la peine de masquer sa colère. Elle crépitait tout autour de lui comme s'il avait été sur le point de tabasser le premier qui lui aurait lancé un regard de travers. Mais il se retenait encore, oh oui il se retenait ! Imaginez donc ce qui se serait passé s'il n'avait pas été relativement civilisé ? Probablement que la Forêt des Menos aurait été rebaptisée Plaine du Cimetière.

- Non. Mais si cela devait arriver, nous ferrons barrage aux Sinners. Et pour ça, rien de mieux que se préparer à l'invasion.

Encore une fois, elle vint titiller un point sensible, avec la délicatesse d'un éléphant en rut. Il n'était pas sûr que son coeur survive à cette rencontre. Il s'écarta un moment pour respirer, laissant son reatsu s'échapper sans craindre d'écraser sa camarade. C'était d'un reposant... Quelques vagues de pouvoir pur qui s'échappaient de lui, qui mettaient en garde quiconque de s'approcher de son domaine ! Le sol frémit, à chacun de ses pas, et il posa son regard d'émeraude dans le vide. Sa veste glissait, il la remit nonchalamment sur son épaule. Il réfléchissait.

Que faire ? Retourner à Las Noches auprès de Kate ? Non, impossible. Elle ne supporterait pas sa pression spirituelle incontrôlable depuis qu'il était en colère, et son état empirerait. Rester ici ? Avec Averia ? Il n'en avait pas envie. Mais avait-il autre chose à faire ? Errer dans le Hueco Mundo en massacrant ceux qui osent s'approcher n'était pas non plus une bonne solution, et sa douce dame Hallibel allait le sermonner après ça. Il soupira, et se renfrogna encore plus. Bon. Dans ce cas, il n'avait plus soixante-douze solutions. Il se retourna vers la Secunda Espada, le regard encore sévère.

- Que proposes-tu ?

C'était elle qui venait troubler son havre de paix, elle avait plutôt intérêt à trouver une solution, car sinon elle risquait de ressortir d'ici bien plus épuisée qu'elle n'aurait dû. Et pour une fois il ne s'agissait pas de pensées salaces : il allait l'affronter jusqu'à-ce qu'elle en tombe d'épuisement, car elle serait une adversaire suffisamment coriace pour qu'il puisse se lâcher sans la tuer, et ainsi évacuer toutes ces pensées négatives qui l'angoissaient.

Il tira lentement son Zanpakuto hors de son fourreau. La chaine autour de son cou cliqueta doucement.

- Si tu n'as rien à proposer, tu ferais mieux de te mettre en garde.

Après tout, elle avait déjà pointé sa lame vers lui. Il était tout à fait en droit d'exiger ce qu'il voulait. Il était son supérieur. Il était leur supérieur à TOUS ! Et ils feraient mieux de s'en souvenir s'ils ne voulaient pas subir son courroux. Il serait le Roi un jour, aux côtés de sa Reine ou bien seul, si elle ne voulait pas de lui. Qu'ils se mettent déjà tous à genoux ! Il ne craignait personne, il était puissant, il était plus fort que tous les autres ici ! Il était le premier, le Primera Espada !

... alors pourquoi son coeur s'affollait-il ainsi de terreur à l'idée de perdre une de ses Fraccion ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Comme Avant   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme Avant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Plus rien ne sera comme avant » • Morgan
» Juste se retrouver ensemble comme avant | Ziva
» Et si tout redevenait comme avant? Epineux.
» billy&april ~ jamais deux sans trois dit-on... je crains le pire.
» Retrouvons-nous comme avant {PV; Cameron}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Hell on Earth :: 
Zone Flood
 :: Archives des RPs
-