Forum RPG sur le manga Bleach
 
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Kenpachi Zaraki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Kenpachi Zaraki    Jeu 28 Mai - 16:32

Kenpachi Zaraki

 
|| Âge : Inconnu  || Sexe : Masculin || Race : Shinigami || Allégeance : Soul Society ||

 

 
Zaraki est un personnage qui ne passe pas inaperçu, c'est même le moins que l'on puisse dire. Du haut de ses deux mètres, le Capitaine de la onzième division est certainement l'un des plus grands Shinigamis du Seireitei et l'un des plus imposants. Sa carrure est telle qu'elle découragerait plus d'un combattant souhaitant en découdre à mains nues avec lui, même s'il reste néanmoins quelques inconscients qui s'imaginent rivaliser en force avec le monstre qu'est Kenpachi. Son look est celui d'un homme ayant vécut la plupart de sa vie dans les bas quartiers, même après avoir acquis le statut de Capitaine, Zaraki n'a quasiment rien changé à sa façon de se vêtir. Pour lui, l'apparence physique ne compte pas, et les artifices qu'utilisent certaines personnes pour paraitre "plus beau" n'ont aucun intérêt particulier à ses yeux. Non vraiment, la mode et lui ça fait deux, il n'y a qu'à voir son haori de Capitaine qui ressemble plus à un haillon qu'autre chose... Ou encore à la coiffure qu'il adoptait auparavant, avec ces clochettes ridicules qu'il attachait au bout de ses cheveux. On s'aperçoit cependant qu'après l'ellipse, Zaraki a adopté une nouvelle coupe de cheveux qui modifient un peu son style, le modernisant un petit peu. Mais ce n'est là que l'avis purement subjectif. Le cache-oeil qu'il porte en permanence et qui lui donne un petit air de pirate des temps modernes n'est pas là pour cacher une quelconque blessure ou quoi que ce soit d'autre, mais simplement pour dévorer le surplus d'énergie spirituelle qu'il ne souhaite pas utiliser. Oui, voilà l'un des handicap dont nous parlerons dans sa description mentale; afin de ne pas tuer ses adversaires trop rapidement, il supprime volontairement une grosse partie de son pouvoir spirituel afin d'apprécier au maximum tous les combats qu'il livre. Alors, pourquoi un cache-oeil me direz-vous? Il aurait très bien pu demander quelque chose qui aurait eu le même effet et qu'il aurait par exemple pu accrocher à son poignet, mais non, il voulait en plus sacrifier un oeil pour encore moins bien apprécier les distances ( sans doute pour laisser plus de chances à son adversaire de le toucher). L'aspect de l'arme avec laquelle il combat depuis tant d'années révèle le peu de soin qu'en prit Zaraki. Pendant longtemps, son Zanpakutô n'a été pour lui qu'une vulgaire épée qu'il utilisait pour s'adonner à son hobby préféré - qui est bien sûr le combat - et cela se voit. La lame, bien que plus longue qu'un Zanpakutô normal, possède une apparence presque usée qui nous donne l'impression d'une épée émoussée. Et pourtant, le Capitaine de la onzième division montre une capacité à trancher quasiment n'importe quoi avec son arme, ce qui parait assez exceptionnel vu l'état déplorable de celle-ci. Lorsqu'il prononce la phrase de libération, son sabre se transforme du tout au tout et devient une gigantesque hache possédant une longue poignée enveloppée du même tissu blanc que dans sa forme scellée. Son Shikai est très imposant et semble difficile à manier, mais il semble le maîtriser correctement, prouvant ainsi une nouvelle fois ses incroyables talents d'épéiste. Kenpachi est sans conteste un sacré personnage, alors vous qui êtes ses ennemis, priez simplement pour ne jamais croiser sa route...

 

 
Tandis que le monde est rempli de lâches qui trouvent refuge dans la fuite, Zaraki est le parfait exemple de l'homme complètement accro au combat et aux sensations que cela procure. C'est un homme qui recherche constamment de nouveaux défis qui lui permettent de se dépasser, mais les adversaires osant croiser le fer avec le colosse ne se bousculent pas aux portillons. C'est qu'il est impressionnant le Kenpachi ! Pire, c'est un véritable monstre de puissance qui est bien conscient de sa force et qui, au grand étonnement de tout le monde, entrave sa puissance pour prendre plus de plaisir dans les combats qu'il livre. Incroyable n'est-ce pas? Son amour du combat l'a poussé à s'handicaper volontairement pour ne pas tuer ses adversaires trop vite. Certains diront simplement que Zaraki aime souffrir, qu'il ne goute au vrai plaisir que lorsque son corps est malmené, mais c'est peut-être plus compliqué que cela. Enfin, n'essayons pas de trouver de la complexité là où il y en a pas. En effet, beaucoup de personnes ne cessent de répéter que le caractère d'un être vivant ne peut être décrit ou expliqué parfaitement en quelques lignes, il y aurait toujours quelques zones d'ombre que l'on arriverait pas à analyser, pourtant chez Kenpachi, nous n'observons pas ce phénomène-là. Sa vie et ses actes sont régit par une seule et unique chose : le combat. Il vit pour ça et ne pourrait sans passer sous aucun prétexte. D'ailleurs, il n'accorde que peu d'importance aux personnes qui se débrouillent pour sortir vivant d'une bataille en usant de la fourberie car, pour lui, un affrontement doit se gagner par la force et seulement par la force. Il est évident qu'il tient les lâches en horreur, ces derniers n'ont par conséquent par leur place dans sa division. Zaraki est un homme qui ne semble pas ressentir de pitié envers ses adversaires, si ceux-ci ne l'ont pas suffisamment amusé, il les tuera simplement ou il les laissera pour mort en prétextant qu'ils ne valent même pas la peine qu'il les achève. Mais aussi rustre soit-il, et malgré ce que les gens pourront vous raconter sur lui, il n'est pas complètement stupide. Il sait reconnaitre la valeur de ses adversaires, même quand ils sont désespérement plus faibles que lui et qu'il les bat sans trop fournir d'efforts. Mais le Capitaine de la onzième division n'est pas que violence et brutalité. Dans sa relation avec celle que l'on considère en quelque sorte comme sa fille adoptive, Yachiru Kusajishi, on remarque que Zaraki sait également faire preuve d'empathie et qu'il sait se montrer très protecteur dans certains cas. Ils sont tous deux très proches l'un de l'autre et cela se vérifie par le simple fait que Kenpachi parvient à supporter les enfantillages de sa protégée quasiment sans broncher, et dieu seul sait comme il est loin d'être patient. En outre, le colosse possède un sens de l'orientation tout à fait déplorable à cause duquel il lui arrive même de se perdre dans le Seireitei, endroit qu'il est pourtant censé connaitre un minimum puisqu'il y réside maintenant depuis au moins une bonne centaine d'années. Aussi, nous noterons qu'il possède un certain sens de l'honneur qui lui interdira de finir un adversaire qui ne peut plus répliquer et ce peu importe la menace potentielle qu'il peut représenter. Zaraki peut sembler fou, allant même jusqu'à paraitre totalement hystérique lorsqu'il croise la route d'un ennemi à sa hauteur, mais même durant ces accès de folie, on observe chez lui une perspicacité assez étonnante qui n'a d'ailleurs pas manqué de surprendre au plus haut point le Capitaine de la sizième division, Byakuya Kuchiki. En effet, bien que Kenpachi lui même admette qu'il ne possède aucune raison et aucun bon sens, il parvient cependant régulièrement à montrer une flagrante perspicacité et une compréhension qui dépasse ce que l'on pourrait attendre de lui. Ainsi, il arrive aisément à comprendre le mécanisme du pouvoir de ses adversaires et donc ajuster ses types d'attaque et sa façon de combattre en fonction. Néanmoins, on ne peut parler de stratégie car il montre un mépris assez flagrant pour la planification et la tactique, jugeant que cela réduit le plaisir qu'il pourrait tirer d'un combat. De cette perspicacité découle également une capacité à découvrir facilement des traits de caractère des gens qu'il côtoie et savoir ce qui les motive.

 


L'excitation s'emparait déjà de moi alors que je venais juste de franchir l'imposante porte du Muken, le sous-sol de la grande prison centrale de la Soul Society. J'étais plutôt surpris d'avoir reçu l'autorisation de faire ça ici, mais après tout pourquoi pas, le Muken était un lieu si ... Prétentieux. A la hauteur de l'évènement qui allait se dérouler ici, sans aucun doute. Elle était déjà là, attendant patiemment la venue de cet enfant qu'elle avait rencontré il y a des années. Unohana Yachiru, la première des Kenpachi, la seule personne a avoir mérité mon respect et à avoir réussi l'exploit de me faire vraiment apprécier un combat. Sa manière de me regarder ne put m'empêcher de m'arracher l'un de ces sourires monstrueux dont j'avais le secret, le genre de rictus qui fait plus peur qu'autre chose. En effet depuis que le vieux Yamaji l'avait " muselée ", j'avais l'impression que celle qu'elle était auparavant s'était égarée et je n'aimais pas du tout la personne qui l'avait remplacée. Mais là, je la retrouvais, je la retrouvais enfin ...

J'avais eu la présence d'esprit d'ôter mon bandeau dévoreur de Reiatsu avant de me présenter à elle, il n'était plus question de s'handicaper volontairement pour apprécier le combat ici, c'était un affrontement dont l'issue serait la mort pour l'un d'entre nous, pas un jeu auquel je m'adonnais avec un quelconque faiblard qui finirait par s'incliner inéluctablement face à moi. Je savais pourquoi nous nous trouvions ici en ce moment même, il s'agissait de me rendre plus fort afin de protéger plus efficacement la Soul Society contre ces enfoirés tireurs de flèches qui nous menaçaient. Bon, ce n'étaient Je ne savais pas si je devais maudire ces foutus Quincy ou bien les remercier de m'offrir l'opportunité de me frotter une nouvelle fois à Unohana.

Après un échange verbal des plus brefs - bien que cela représentait déjà beaucoup pour des êtres aussi taciturnes que nous - nous sortîmes nos sabres et le combat commença. Cela faisait si longtemps... Si longtemps que ce frisson n'avait pas parcouru mon corps de cette manière la, que chacun de mes sens m'alertaient du danger à venir, c'était tout simplement jouissif. Chaque coup de sabre que j'encaissais me faisait trembler, non seulement parce qu'ils étaient donnés avec une force assez étonnante pour une femme possédant un si petit gabarit, mais également parce que je pouvais ressentir son envie de me tuer à travers chacune de ses attaques. C'était vraiment du sérieux. Au fur et à mesure que les minutes -ou les heures je ne savais pas très bien tant ma perception du temps avait été altérée depuis que j'étais entré ici - passaient, un sentiment bizarre commençait à s'emparer de moi.

Il y avait quelque chose de bizarre dans cet affrontement, quelque chose de pas clair, ça ne collait pas. Cela ne m'était jamais arrivé auparavant, mais il y avait ces instants durant lesquels j'avais l'impression d'être " absent ", comme si je perdais connaissance à des moments qui ne s'y prêtaient pas du tout.

- Mais qu'est-ce qui t'arrive Zaraki, on croirait que tu viens de perdre connaissance, une nouvelle fois Lâcha-t-elle, moqueuse.

Mais bordel qu'est-ce qui était en train de m'arriver ? La manière dont elle me regardait sous-entendait presque qu'elle savait ce qui se passait, mais je ne jugeai pas cela utile de lui demander quoi que ce soit. De tous les combats que je dus livrer dans ma longue existence de Shinigami, celui-ci serait certainement le plus difficile à mener mais surtout le plus excitant. Unohana était la seule personne capable de me fournir un véritable défi, une sorte d'objectif à atteindre, un idéal. Je crois qu'elle s'en rendait compte, j'avais cette fâcheuse impression qu'elle pouvait lire en moi comme je pouvais lire en elle tandis que nous nous battions avec une rare violence. Le sang coulait, abondamment même, je ne doutais pas que pour des personnes " normales " les blessures que nous nous infligions auraient été fatales. Mais nous n'étions pas de simples guerriers, non, notre expérience nous plaçait à un tout autre niveau.

Nos lames s'entrechoquaient encore et encore, dans un vacarme des plus enivrants deux des plus puissants Capitaines du Gotei 13 s'affrontaient. Ce spectacle aurait été de toute beauté pour n'importe quel amateur de combat, j'en connaissais d'ailleurs au sein de ma propre division qui auraient payé très cher pour assister à cela, mais personnellement j'étais tout à fait satisfait de cette intimité que créait le Muken.

- Ne baisse pas ta garde, imbécile !

Elle manqua presque de me trancher le bras, j'avais été distrait. Ce n'était sans doute pas une excuse, mais cet affrontement me rendait nostalgique. Je nous revoyais il y a de cela une éternité, alors que je n'étais encore qu'un simple gamin qui errait sans réel but et qui tranchait à tout va sans raison. A l'époque déjà, je possédais un niveau bien supérieur à la moyenne et rares étaient les gens qui pouvaient prétendre me défier, la plupart du temps je les allongeais tous sans trop forcer. Les adversaires défilaient les uns après les autres, tous plus convaincus les uns que les autres que ce gamin qui ne tenait même pas son sabre à deux mains lorsqu'il combattait ne parviendrait jamais à les battre, et pourtant l'issue du duel était tout le temps la même. Je commençais à me lasser de ces rixes dépourvues d'intérêt. Assis en haut d'une montagne de cadavres d'abrutis ayant tenté de croiser le fer avec moi, je la vis... Unohana Yachiru, alors Capitaine de la onzième division. Sa réputation l'avait précédée, j'avais déjà entendu des récits sur les batailles qu'elle avait remportées et même si je ne doutais pas que les faits avaient certainement été amplifiés comme ils l'étaient toujours dans ce genre de cas, l'envie de me frotter à cette femme s'était rapidement fait ressentir. Une légende vivante, voilà comment elle était décrite par tous les voyous et assassins du district 80, quelle ne fut donc pas ma surprise de la voir au bas de l'amoncellement de corps sur lequel je trônais fièrement. Nos regards se croisèrent et nous nous comprîmes instantanément, sans être vraiment sûr d'être satisfait des compétences de l'autre. Car oui, j'étais jeune et malgré tout ce que l'on avait pu me raconter je doutais encore que cette frêle femme qui se tenait devant moi ne puisse tenir la distance face à moi. C'est donc avec une certaine insouciance que j'entamai le combat face à elle, je la pris à la légère et le regrettai dans la minute qui suivit. Il ne suffit que d'un seul échange pour me rendre compte de qui j'avais en face de moi et qu'au moindre moment de déconcentration, je risquais d'y rester.

Le duel m'opposant à Yachiru se solda naturellement par ma défaite, une défaite à laquelle je ne m'attendais cependant pas même si sur le papier je partais avec un net désavantage compte tenu de nos statuts respectifs. Après tout, je n'étais qu'un petit habitant du district le plus défavorisé du Rukongai, et elle était Capitaine. Elle reconnut néanmoins ma valeur, allant même jusqu'à avancer que le petit gars que j'étais était destiné à porter le nom de Kenpachi. Et elle vit juste. C'était la première fois que je ressentais de la peur durant un combat, mais aussi la première fois que j'en appréciais un ... A partir de là, je commençai à ressentir de l'admiration et l'envie de combattre comme elle... Et aujourd'hui, nous nous affrontions de nouveau, pour la dernière fois sûrement.

Je libérai une puissante frappe verticale que mon adversaire eut beaucoup de mal à parer, lui occasionnant au passage quelques dégâts qu'elle eut vite fait de soigner. Unohana activa enfin son Bankai dans la foulée, c'était la première fois que je le voyais et je fus surpris de voir qu'à cause de la capacité de ce dernier ma peau commençait à fondre et à s'évaporer progressivement. Quelle étrange et amusante technique.

Je revins à nouveau à moi, ma peau recouvrant à nouveau mes os, le combat se poursuivit. Nos échanges avaient redoublé d'intensité depuis le début du duel, mais je sentais que petit à petit je gagnais du terrain sur la première des Kenpachi, jusqu'à ce que ma lame se plante finalement en plein milieu de sa poitrine.

- Excellent. Avec ceci, c'est fini ... Zaraki Kenpachi.

D'un coup sec, je retirai mon arme de sa blessure et la jetai au loin, rattrapant Unohana qui était en train de chuter. Non, qu'avais-je fait ?

- Fini ? Hé, ne meurs pas. Je n'en ai pas encore eu assez, je t'en prie, ne meurs pas. Je t'en prie ... NE MEURS PAS !! hurlai-je

Mais elle demeurait silencieuse, me fixant avec son regard bienveillant tandis que la vie la quittait ... Puis il y eut cette voix.

- Kenpachi... Zaraki Kenpachi !

Quoi ? Est-ce que quelqu'un avait réussi à pénétrer le Muken sans que je m'en rende compte? C'était tout simplement impossible. Je me retournai, cherchant désespérément la provenance de cet appel, mais je ne voyais rien. Il n'y avait personne. Pourtant, mon nom fut une nouvelle fois prononcé et cela semblait venir de mon Zanpakutô.

- Qu'est-ce que... T'es qui, bordel ?

- Tu peux enfin entendre ma voix. Je suis celui qui t'a toujours observé, qui a gardé un œil sur toi en toutes circonstances. Ravi de te rencontrer, Zaraki Kenpachi, je suis ...

Mon corps fut alors comme aspiré dans une autre dimension. Je quittai l'immensité du Muken pour en rejoindre une autre, celle d'un monde qui m'était à la fois familier et totalement inconnu. Devant moi, une silhouette se dessinait dans le paysage, c'était la première fois que je la voyais mais je ressentis quelque chose d'étrange lorsque mes yeux se posèrent sur elle.

... Nozarashi !

Un homme au teint blafard, grand finement musclé et tenant une espèce de hache à la taille démesurée se tenait à quelques mètres de moi. La moitié inférieure de son visage était masquée de telle sorte que seuls ses yeux d'un gris perçant soient visibles. Nozarashi. C'était donc ça, le nom de ce Zanpakutô avec lequel je combattais maintenant depuis tant d'années. Le combat contre Ichigo Kurosaki, qui n'était considéré en ce temps la que comme une vulgaire âme errante que nous devions stopper, me revint naturellement en mémoire. A ce moment la déjà, il n'était pas le premier à avoir insisté sur l'importance d'instaurer une certaine complicité avec l'âme d'un Zanpakutô, qu'un Shinigami se battant seul voyait son pouvoir largement diminué. Malgré tous les sermons qu'on avait pu me faire, je ne croyais pas en ces foutaises, une arme restait une arme et un sabre ne constituait rien de plus qu'un simple outil qu'un guerrier utilisait pour ôter la vie de son adversaire. Mais ce combat contre Ichigo changea quelque peu ma façon de voir les choses à ce sujet et l'envie de connaitre le nom de mon épée commençait à se faire ressentir, mais je n'étais sans doute pas prêt.

Aujourd'hui, je me tenais devant lui, en étant capable d'entendre sa voix ainsi que son nom. J'avais l'impression de pouvoir éprouver son envie de trancher, ce désir irrépressible de confronter son pouvoir à celui des autres, comme moi en fait ... Toutes ces conneries qu'on me rabâchait à longueur de temps sur l'âme des Zanpakutô commençaient enfin à avoir du sens.

- Sois le bienvenu ici, Kenpachi Zaraki, dans ton monde intérieur ! Il était temps que tu me libères de la solitude dans laquelle tu m'avais plongé. Ton dernier combat contre Juha Bach s'est soldé par une défaite, un lamentable échec que je ne peux tolérer. Je suis tout à fait conscient que la perte d'Unohana Yachiru puisse te peser, mais ne perds pas de vue ton objectif... Souviens-toi; quand tu perds, mais que tu ne meurs pas, ça veut juste dire que tu as eu de la chance. A ce moment là, pense seulement à la survie. Survis et pense seulement à tuer le gars qui n'a pas réussi à te tuer.

Un petit sourire étira mes lèvres, j'avais déjà entendu ça quelque part. Sacré Nozarashi, je commençais déjà à aimer sa personnalité.

- Ce sont tes mots, Zaraki! Alors maintenant, ramène-toi et montre moi ce que tu sais faire, montre moi que tu es capable de me manier, moi qui suis capable de tout trancher.

A ces mots, je me rendis compte que ce n'était plus mon habituelle épée que je tenais, mais bien cette gigantesque hache que ce grand type avait à la main. Sans attendre, je m'élançai vers mon opposant, avec cette nouvelle arme que je ne maîtrisais pas encore mais qui, je le sentais, possédait un pouvoir offensif tout à fait incroyable.

A cet instant, je sus que même si je venais de perdre un compagnon d'arme qui m'était cher, je venais d'en gagner un nouveau grâce auquel j'allais retrouver le plaisir de combattre à pleine puissance.

Et Vous ?

|| Pseudo  Musclor  || Âge 19  || Validé by RI-chan || Avis Forum sympathique, population accueillante et contexte intéressant, what else ? ||
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Kenpachi Zaraki    Jeu 28 Mai - 16:53

Bienvenue à toi, Ô Capitaine de la 11ème Division !

Tout d'abord, merci d'avoir choisi notre forum ^^ Ensuite, voici tes deux propositions de test RP, choisi celui qui te convient le mieux :

Test RP 1 : Raconte nous le combat entre Zaraki Kenpachi et la défunte Unohana Retsu qui s'est déroulé dans le Muken, ainsi que la découverte de son Shikai par Zaraki (à savoir donc le premier réel contact avec l'âme de son Zanpakutô, son monde intérieur, la discussion qui a pu s'en suivre, les premières tentatives avec son pouvoir).

Test Rp 2 : A la suite d'un pari avec Kyôraku Shunsui, Zaraki doit aller à un rendez-vous galant avec l'une de ses admiratrices. La jeune femme doit absolument s'amuser et donner un rapport positif au capitaine-commandant, sans quoi Zaraki se retrouvera avec le pire gage qu'il soit : un stage d'infirmier à la 4ème Division !

Bon courage!
Revenir en haut Aller en bas
Primera Espada
avatar
Messages : 62
Date d'inscription : 26/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Niveau: 80
Expérience:
4500/20250  (4500/20250)
Spécialité: Hakuda
MessageSujet: Re: Kenpachi Zaraki    Dim 31 Mai - 1:32

Aye aaaaaye ♥ ! Bienvenue trésor, j'espère qu'on va pouvoir se foutre sur la tronche un de ces quatre !

Mais pour l'heure, je suis obligé de te demander quelques approfondissements, car la présentation nous semble insuffisante. Le Test RP est réussi cependant, c'est pourquoi ces petits ajouts ne devraient pas te poser de problèmes.
A vrai dire, on aimerait surtout que du développes les descriptions, en insistant un peu plus sur le mental. La partie combaaaaaaat est assez bien cernée, mais on ressent quand même une impression de manque. Il n'est nulle part fait mention de la petite Yachiru Kusajishi, par exemple, alors qu'elle est quand même la preuve qu'il n'y a pas QUE le combat dans la petite tête de Kenpachi. Essaye de développer un peu plus tout ça, et tout devrait aller comme sur des roulettes ! ♥

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fullbringer
avatar
Messages : 129
Date d'inscription : 05/02/2015

Feuille de personnage
Niveau: 15
Expérience:
0/4000  (0/4000)
Spécialité: Kidô
MessageSujet: Re: Kenpachi Zaraki    Dim 31 Mai - 13:46

Suite à une concertation Skype avec le reste du staff, la validation t'es accordé très cher !
Bienvenu à toi, Capitaine de la 11ème Division ! Tu peux d'ors et déjà aller faire ta fiche technique. En tant que Capitaine, exceptionnellement, tu seras placé dans le groupe d'event à la place de Tatsuma Horaiji. Ton tour de réponse est donc entre Llanto Serosa et Saveiro Espejismo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-hell.forumactif.com
MessageSujet: Re: Kenpachi Zaraki    

Revenir en haut Aller en bas
 
Kenpachi Zaraki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» techniques zaraki kokoda!
» Petite discussion entre... amis ? [Kenpachi/Tenzouille]
» Tiens, la onzième à un nouveau capitaine [Pv. Kenpachi]
» [Troop Erdu] Egomania - Insel ohne Hoffnung [FB 1623]
» oro kenpachi wanted/renom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Hell on Earth :: 
Zone Flood
 :: Archive des Fiches :: Archives des Présentations
-