Forum RPG sur le manga Bleach
 
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Shiro Korasu Kills The Bleach Universe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Shiro Korasu Kills The Bleach Universe   Mer 6 Mai - 0:27

KORASU Shiro

 
|| Âge : 56 ans || Sexe : M || Race : Humain || Allégeance : Victimes ||

 

 
Que dire de Shiro ? Tout d'abord, c'est un homme. Les épaules larges, le bassin étroit, le poil au menton, la voix grave.

Mais le réduire à ceci serait un peu réducteur pour décrire ce fin spécimen d'être humain.

La première chose qui marque l'esprit quand on rencontre Shiro pour la première fois, c'est son regard, qui semble ne jamais être vraiment fixé sur quelque chose, mais plutôt distant, comme s'il regardait des choses qui se trouvaient à moult kilomètres de son interlocuteur. Le seul moment où son regard semble revenir dans le monde de vivants est quand il est en combat.

Quoi d'autre sur lui me demandez vous ?

Pour commencer, il mesure un tout petit peu moins que le mètre soixante dix-huit pour un poids atteignant presque les quatre vingt dix kilos. Cependant, la graisse n'a que peu place chez le vétéran. En effet, Shiro est un homme au pic de la condition physique pour une personne de son âge, reste de ses années de service et résultat de ses entraînements quotidiens.

Son teint légèrement halé et cuivré suit parfaitement avec ses cheveux d'un noir de jais, quoi que tranchés par quelques mèches blanches, résultats d'une vie bien remplie et assez stressante.

Ses cheveux, parlons en d'ailleurs. Shiro ne sait pas vraiment comment s'en occuper, ayant passé une bonne partie de sa vie à les avoir coupés bien ras. Ainsi, sa coupe de cheveux, peu long et plaqué en arrière, donne une impression assez étrange, comme si quelque chose n'allait pas sans pouvoir mettre le doigt dessus, ce petit picotement désagréable derrière la nuque quand on voit quelque chose d'à la fois incroyablement naturel, mais quand même faux. Ce n'est pas tout niveau pilosité faciale. La grande fierté de Shiro, c'est sa moustache, qui entoure sa bouche et son menton en un trait large de poils aussi millimétrés qu'un jardin à la française. À moins de le capturer et de l’empêcher d’accéder à un miroir et un objet coupant pendant quelques temps, jamais vous ne verrez un poil plus long qu'un autre où un poil perdu dans la pampa. C'est une question d'honneur, bordel à clous.

Que dire d'autre sur l'homme ? Il n'a pas les traits les plus typés japonais qu'il soit possible d'avoir, ses yeux sont marron clair et il porte toujours un air assez las et énervé. Aussi, mais il vaut mieux ne pas lui faire la remarque, ses rides commencent doucement à être de plus en plus visibles.

Parlons (hahaha humour) un peu de sa voix. Assez grave et rauque, elle ne semble pas exactement complètement naturelle, comme si ses cordes vocales avaient été blessées par des années de cigarettes où de hurlements. Et bien si vous aviez répondu la seconde réponse, vous auriez eu raison. Son travail là souvent poussé à hurler plus que de raison et quelques stigmates sont restés.

Parlons vêtements maintenant. Shiro n'est pas forcément la personne la plus à la pointe de la mode, préférant le confort et la practicité. Ainsi, il préfère des t-shirts unis, peu importe la couleur (pour le plus grand malheur des yeux autour de lui) accompagnés d'un pantalon en jean. Il ne crache pas non plus sur de vieilles fatigues. Cependant, quand besoin est, Shiro est tout a fait capable de porter un costume taillé impeccablement et de donner l'impression qu'il est un membre sain et normal de la société.

 

 
Shiro est un homme cassé dans le dedans sa tête.

Tout d'abord, il fait partie des gens ne pouvant voir le monde qu'en deux couleurs. Noir et blanc. Il n'y a pas cinquante, vingt ou même une seule nuance de gris.  Pas qu'il se considère comme un parangon de vertu, loin de là. Tout simplement, pour lui, un mal nécessaire est un mal avant tout et un acte de charité venant de la personne la plus horrible qui soit reste aussi pur que venant d'un saint.

Dans le même ordre d'idée, seul compte pour lui le résultat d'une action, pas l'intention derrière. Par exemple, si un mafieux utilise des actions caritatives pour blanchir de l'argent, peu lui chaud. Tout ce qui compte est le millier d'orphelins qui a pu avoir un Noël heureux cette année là. D'un autre coté, une personne ayant du commettre des actes mauvais pour sa propre survie sans avoir le choix reste une ordure, ou du moins, son acte n'est pas pardonné ni excusé.

Ce que Shiro déteste aussi par dessus tout, ce sont les gens qui n'assument pas ce qu'ils font. Il considère que l'on a toujours le choix de faire le bien ou le mal et qu'on doit se tenir à ses décisions. Pas de « J'ai pas eu le choix » qui traîne ou de « C'était pour le bien commun. » Pour lui, ce qui différencie l'Homme de l'Animal est la capacité à faire le mal en acceptant qu'il est le mal et en ne l'oubliant pas. C'est comme cela et seulement comme cela qu'un Homme peut faire des choix en toute connaissance de cause.

Pour finir sur la psychologie du loustique, il est important de préciser que Shiro déteste la violence faite aux innocents. Blessez une personne qui ne demande rien à personne devant Shiro et vous prendrez tôt ou tard le train direct (du gauche) vers Paintown, Painsilvany.

Entrons dans les détails maintenant. Ayant passé la plus grande partie de sa vie entre l'arbre et l'écorce, Shiro est un homme assez sec et désillusionné, néanmoins doté d'un certain sens de l'humour. Assez distant, l'homme est néanmoins tout à fait capable d'être amical, s'il pense que vous en valez la peine. Cependant, il n'est pas le genre de personne à devenir super keupin et toute relation avec lui sera marquée d'une certaine distance. Quoi qu'il en soit, si vous réussissez à vous en faire un ami, il sera là pour vous tant que vous ne faites pas quelque chose qu'il trouve trop mauvais.

De part son passé militaire, Shiro est une personne qui obéit assez bien aux ordres, quels qu'ils soient, plaçant son obligation morale d'obéir à qui de droit avant tout. Ce n'est pas pour ça qu'il ne viendra pas vous casser la tête après par contre, soyez en certain.

Globalement, c'est un homme que la vie a rendu exigeant avec lui et les autres, mais il est tout à fait capable de rendre ce qu'on lui donne, en bien ou en mal.

 

Ah, le Japon des années 50. Pas forcément le meilleur endroit pour naître, entre les souvenirs cuisants de bombardements nucléaires et le marasme économique dans lequel le pays est plongé.
Mais, comme le dit la chanson, on ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas sa famille, on ne choisit les trottoirs où on apprends à marcher.
Fils d'un vétéran de la seconde guerre mondiale et d'une couturière, Shiro est le fils aîné d'une fratrie de trois enfants. La vie à la maison ne fut pas forcément des plus faciles. Papounet chéri avait en effet tendance à recourir au secours de la bouteille pour oublier à la fois les horreurs de la guerre et la honte de la défaite. Il n'en devenait pas forcément violent, mais voir celui qui est censé être votre héros se transformer doucement en une loque humaine n'est pas forcément la chose la meilleure pour un enfant. Maman, elle, était la femme d'intérieur japonaise parfaite. Effacée, a la merci de son époux, elle ne faisait pas le rôle de contre-pieds donc la maisonnée Korasu avait affreusement besoin.
Ainsi, la vie apprit bien vite au jeune homme qu'il fallait réussir ou mourir. Le jeune garçon était turbulent et volontaire, n'hésitant pas à faire les quatre cents coups. En gros, il était ce qu'on pouvait tout à fait appeler un délinquant, pompadour et tout. Ce n'est pas le décès en couches de sa mère en 1964 qui arrangea les choses pour le jeune homme.
Néanmoins, tout n'était pas noir. Shiro, sans être un génie, pouvait tout à fait se passer de trop travailler à l'école et prit donc la place de sa mère pour élever son frère et sa petite soeur, le papounet noyant sa rancoeur du monde dans le travail, maintenant que le pays commençait a remonter la pente. Trois ans après le décès de sa mère, c'est avec une pointe de fierté que Shiro, maintenant âgé de 17 ans, put voir son père, maintenant un petit patron sobre, se remarier.

L'amour justement. Cela n'avait jamais vraiment intéressé le jeune homme. Entre son pseudo gang, les cours et la fratrie à s'occuper, il n'avait à vrai dire pas eu le temps de regarder la gent féminine. Il n'était donc absolument pas préparé à l'entrée de Hachiko dans sa vie.
Comme une torpille, la jeune femme de deux ans sa cadette renversa la vie du jeune homme. C'est peut être cliché, mais il comprenait maintenant les sentiments qui avaient pu pousser sa mère à supporter son père pendant tant d'années. Comme si tous les soucis, toutes les épreuves qu'il avait dû traverser n'avaient été en fait qu'une façon d'acheter le ticket vers le bonheur qu'était la jeune femme.
Nous sommes maintenant en été 1986, le jeune homme travaille dans l'entreprise de son père et est le papa heureux de deux petits garçons adorables. Pour la première fois depuis son mariage, le jeune Shiro peut se permettre de prendre quelques jours de vacances. Avec la petite famille, il loue une chambre dans une auberge de campagne.
Le jour parfait pour un pique-nique. Il ne fait ni trop chaud, ni trop froid. Cependant, un poids étrange pèse sur l'estomac de Shiro. Un peu comme toutes les fois où il voyait d'étranges silhouettes du coin de l'oeil, des gens étranges enchaînés à des endroits saugrenus. Des personnes pouvant voler et habillées de noir. Des formes dans la nuit, comme des bêtes féroces. Mais c'est la première fois qu'il ressent ça aussi fort. Il est pris d'une nausée. Il s'éloigne un peu du pique nique pour respirer un peu seul.
Un craquement lourd. Une étrange bête semblant blessée court droit vers la famille de Shiro, qui ne semblent pas la voir. La bouche prise dans un étau, il n'arrive pas à hurler à sa famille de hurler. Il est comme hypnotisé. Une silhouette en noir s'approche et frappe la vête de son épée. Elle s'arrête.


Le temps semble se ralentir. Shiro court vers sa femme et ses deux enfants. Un sentiment d'effroi l'emplis. Plus que quelques mètres. Vite. La silhouette en noir prononce une phrase étrange.
Déflagration.
Une odeur de sang flotte dans l'air. De larmes aussi. Le corps perclus de douleur, Shiro se redresse. Là où se trouvait sa famille, un cratère. Trois masses informes sur le sol. Pas de cris.
Un peu plus loin, trois silhouettes. Une grande et deux petites. Il pense pouvoir les reconnaître. C'est sa famille. Trois chaînes aussi, qui les relie au sol. Lui n'en a pas. Sans un mot, la silhouette en noir s'approche d'eux et les frappe du pommeau de son épée en murmurant quelque chose, l'air méprisant.
Trou noir.
Après en enterrement discret, Shiro n'était plus le même homme. Froid. Sec. Comme si une chose s'était cassé en lui. Beaucoup de colère. De haine. Il fallait qu'il retrouve l'homme en noir. Qu'il lui fasse payer.
Cependant, quelques changements s'étaient opérés en lui. Il pouvait clairement voir les morts maintenant. Les écouter, parler avec eux. Ils lui contaient l'histoire des shinigamis et des hollows, du combat pour les âmes. Mais cela importait peu pour Shiro. Il ne voulait rien d'autre que de la vengeance. Mais pour cela, il devait s'entraîner.
Quelques mois seulement après la mort de sa famille, Shiro rejoignit les rangs de la Légion Étrangère. Ici, il apprit à se battre et à tuer, à combattre et à vivre. Du Golfe au Rwanda en passant par Sarajevo, il fut exposé à ce qui existe de meilleur et de pire chez l'être humain. Il apprit la discipline, l'ordre, mais aussi le maniement des armes. Il était un excellent tireur par ailleurs, capable de réussir des tirs étranges, si bien qu'on le surnomma « Balle magique ».

Balle Magique ? Évidement un effet de son Fullbring. Au début, les effets étaient assez légers, comme par exemple une balle un peu plus perforante où une réussite critique aux fléchettes en passant par une vitesse de course qu'un homme de son age ne devrait pas atteindre. Après vingt ans d'entrainement et de compréhension de l'énergie et de la colère qui habitait en lui, l'homme était capable de faire des ricochets de fou et certains racontent même avoir vu des balles faire des virages à quatre-vingt-dix degrés en plein air. Un vieil ivrogne ivoirien vous racontera même contre un litron de villageoise l'histoire de ce niacoué qui avait réussi plonger deux hommes dans la force de l'age dans le coma en lançant un petit morceau de béton qui avait fait d'étranges ricochets avant de frapper les deux méchants à la tempe.

Nouveau millénaire, nouvel air. Nous arrivons enfin en 2004. Libre de ses obligations militaires, Shiro ne sait pas quoi faire. Des hommes d'une entreprise qu'il ne connaît pas viennent le voir. Ils avaient besoin d'hommes comme lui. Ils pourraient lui apprendre à développer encore plus son potentiel. En échange, ils pourraient l'aider à retrouver les monstres et leurs chasseurs en noir. Parfait.

Et Vous ?

|| Pseudo : Narabaname  || Âge  : Trop vieux pour ces conneries  || Code It's OK. Kahei. || Avis ? ||
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shiro Korasu Kills The Bleach Universe   Dim 10 Mai - 23:02

Alors cette présentation.

J'aime bien le style parfois un peu décalé de la narration en utilisant des termes familiers, sinon la présentation est un peu courte, mais elle dépassé le minimum demandé, ce qui est l'essentiel.
Quelques fautes d'orthographes par-ci par là, pas grand chose mais à faire attention (en particulier l'usage du "ou" et "où", il y a des moments où tu mélanges un peu les deux).

Dans l'ensemble la présentation en elle-même n'est pas mauvaise. On peut tabler sur un niveau 40 je pense que ça sera bon ^^
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shiro Korasu Kills The Bleach Universe   Lun 11 Mai - 4:53

Bienvenue sur le forum et bon courage pour ta validation.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shiro Korasu Kills The Bleach Universe   Lun 11 Mai - 15:23

Yo,

Je suis dégouté parce que c'est pas très long. Mais t'écris putain de bien, surement une des meilleures présentations du forum -en puissance- parce que pas assez étoffé. Si je voulais être un minimum constructif je dirais que ton style autorise les longs développements sans causer l'ennui chez ton lecteur, profite en.

Lvl 50 pour moi, ce qui fait après délibération un lvl 45 pour toi !

(Au fait, le choix de ton avatar est TROP cool)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shiro Korasu Kills The Bleach Universe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Shiro Korasu Kills The Bleach Universe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SG-Universe, saison 1 [SPOILERS]
» Demande partenariat Bankai Bleach Story
» Chrono de Shiro
» Site Bleach
» Bleach et Naruto les films

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach - Hell on Earth :: 
Zone Flood
 :: Archive des Fiches :: Archives des Présentations
-